26/06/2011

Jean BARDIN - 25-06-2011

Animateur et producteur TV français - 84 ans.
Article et photo - Google

Publié dans TV | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : animateur, tv, france, jeux | | |  Facebook

19/05/2011

Edward HARDWICKE - 16-05-2011

series, tv, angleterreComédien britannique qui a tenu le rôle du docteur Watson dans les séries Sherlock Holmes - 78 ans
Article - Photo - Google

17/02/2007

Andre BEZU - 03-02-2007

L'humoriste André Bézu, 63 ans, a été découvert mort mercredi soir dans son appartement.

 Le décès, dû à des causes naturelles, remontait au samedi 3 février.

L'humoriste André Bézu, 63 ans, a été découvert mort mercredi soir dans son appartement, a indiqué jeudi à l'AFP l'un de ses proches, Jean-Claude Ramondenc.
Selon Jean-Claude Ramondenc, le décès, dû à des causes naturelles, remontait au samedi 3 février. André Bézu, interprète de chansons populaires, était surtout connu pour sa participation à une émission de France 3, "La classe", animée par Fabrice (François Fabrice Simon-Bessy) de 1987 à 1994. Il avait notamment lancé dans cette émission le refrain à succès "A la queuleuleu" (1987).
Il avait créé un groupe baptisé "Le Grand Saint Germain", qui avait notamment interprété "Ali Baba" et "Moi vouloir du couscous".
Il avait débuté comme attaché de presse de Louis de Funès et des Charlots. (AFP)

Sidney SHELDON - 30-01-2007

Sidney Sheldon - 30.01.07

LOS ANGELES (AFP) - Le romancier et producteur américain Sidney Sheldon, récompensé par un Oscar du meilleur scénario en 1948 et créateur du feuilleton "Pour l'amour du risque", est mort mardi à l'âge de 89 ans en Californie (ouest), a annoncé son porte-parole.

Sheldon a succombé à une pneumonie au centre médical Eisenhower de Rancho Mirage, une oasis dans le désert à 200 km à l'est de Los Angeles. "Sidney est mort cet après-midi. C'était un homme magnifique et un ami magnifique", a déclaré Warren Cowan.

Sheldon, de son vrai nom Sidney Schechtel, commence à travailler au cinéma à la fin des années 1930 comme retoucheur de scénarios de films de série B.

Pilote pendant la guerre, il reprend ensuite son activité artistique et obtient un Oscar du meilleur scénario pour la comédie "Deux soeurs vivaient en paix" avec Cary Grant, Myrna Loy et Shirley Temple.

Venu sur le tard au roman, en 1969, il y rencontrera un grand succès, se plaçant à plusieurs reprises en tête du classement des ventes aux Etats-Unis, élaboré par le New York Times. Parmi ses oeuvres traduites en français figurent "Crimes en direct", "Racontez-moi vos rêves" ou "Un plan infaillible".

Egalement vainqueur d'un Tony et d'un Emmy Award, les récompenses américaines du théâtre et de la télévision, Sheldon avait produit une dizaine de films et en avait réalisé trois dont la comédie "La femme rêvée" toujours avec Cary Grant et "The Buster Keaton story", biographie et hommage à l'acteur.

Il était aussi le créateur et le scénariste de la série télévisée "Pour l'amour du risque" (1979-1984), l'histoire de Jonathan et Jennifer Hart, deux "justiciers milliardaires" incarnés par Robert Wagner et Stefanie Powers.

Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tv, usa | | |  Facebook

21/01/2007

Art BUCHWALD - 18-01-2007

Décès de l'humoriste et éditorialiste Art Buchwald

WASHINGTON (AP) - Art Buchwald, le célèbre humoriste de la presse américaine, récompensé en 1982 par le prix Pulitzer, est mort mercredi soir des suites d'une défaillance rénale à l'âge de 81 ans.

L'éditorialiste s'est éteint à son domicile entouré des siens, a annoncé jeudi son fils Joel.

Arty, comme le surnommait ses amis, souffrait de longue date d'un grave problème vasculaire qui avait rendu ses reins inopérants. Fin 2005, il avait fallu lui couper une jambe sous le genou.

Ses médecins l'avaient averti l'an dernier qu'il ne pourrait survivre sans une dialyse, traitement qu'il avait refusé de subir, jugeant son propre cas désespéré. Il avait pourtant continué à écrire, tenant la chronique de sa "sortie" avec son inaltérable humour.

Bien que son état soit jugé gravissime, il avait longtemps continué à recevoir dans sa chambre d'hôtel de Washington transformée en salon où l'on cause. Collègues, amis et célébrités s'y croisaient au quotidien.

"Je m'en vais comme très peu de gens s'en vont", confiait-il en avril à l'Associated Press.

Passé maître dans l'art de la "dérision froide" et du "nonsense", Buschwald avait vécu et écrit pendant 14 ans à Paris. Son billet d'humour paraissait en dernière page de l'"International Herald Tribune", quand le quotidien américano-parisien appartenait encore au "Washington Post". AP