14/08/2010

Bruno CREMER - 07-08-2010

Bruno CREMER dans MaigretBruno Cremer est décédé à l’âge de quatre-vingts ans. Il fut le héros de Simenon pendant quatorze ans à la télévision mais aussi le prof de philo de Noce blanche, avec Vanessa Paradis.

Il faut parfois un seul film pour donner sa stature à un comédien. Si Bruno Cremer, décédé samedi à l’âge de quatre-vingts ans, fut pendant quatorze ans, le commissaire Maigret à la télévision, après ces autres Maigret tout aussi crédibles qui furent Jean Richard à la télévision également et, bien sûr, Jean Gabin au cinéma, c’est indiscutablement Noce blanche, de Jean-Claude Brisseau, qui marque sa filmographie, riche pourtant d’une centaine de titres. Noce blanche, film passionné sur la passion, qui donna sa profondeur à Cremer et une vérité que n’avait pas jusqu’alors révélée sa carrière de chanteuse à Vanessa paradis. Avant cela, pourtant Bruno Cremer avait déjà une carrière bien remplie et d’abord au théâtre...

(... suite sur lhumanite.fr - google - source photo )

09/04/2007

Claude STRATZ - 04.04.2007

 
CLAUDE STRATZ  - 04.04.2007
 
Le metteur en scène suisse Claude Stratz, directeur du Conservatoire national supérieur d'art dramatique (CNSAD) de Paris, est décédé mercredi soir à Paris à l'âge de 60 ans des suites d'une crise cardiaque, a-t-on appris jeudi auprès de l'établissement.

Né à Zurich (Suisse) le 7 mai 1946, Claude Stratz avait étudié la psychologie à l'université de Genève avec Jean Piaget avant d'enseigner la dramaturgie et l'interprétation à l'Ecole supérieure d'art dramatique (ESAD) de cette ville.

Assistant de Patrice Chéreau au Théâtre des Amandiers à Nanterre de 1981 à 1988, il avait pris ensuite la direction de la Comédie de Genève (1989-1999).

Ce passionné de pédagogie théâtrale a ensuite consacré une grande partie de son temps à deux grandes écoles, l'ESAD de Genève de 1999 à 2001 puis le Conservatoire national supérieur d'art dramatique (CNSAD) de Paris, dont il a pris la direction en septembre 2001, succédant à Marcel Bozonnet.

Son nom restera attaché à près d'une trentaine de mises en scène, présentées majoritairement en France et en Suisse.

Claude Stratz a notamment abordé de grands textes de Büchner, Claudel, Max Frisch, Ibsen, Kleist, Pirandello, Synge ou Nathalie Sarraute ("Le Silence" et "Le Mensonge") sans oublier Euripide, Marivaux, Molière ou Shakespeare.

La Comédie-Française l'avait invité en 2001 à mettre en scène un "Malade imaginaire" de Molière qui a depuis beaucoup tourné. Claude Stratz avait aussi abordé la mise en scène lyrique en 2003 avec "La Bohème" de Puccini à l'Opéra de Lausanne (Suisse).

Dans un communiqué, le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, a rendu hommage à "un artiste complet et un brillant théoricien qui savait enseigner la dramaturgie et l'interprétation en transmettant la vérité des textes et le mystère des corps".

Son nom "était associé au répertoire classique et composait un ensemble harmonieux avec son charme radieux et l'extrême douceur de son personnage", a ajouté le ministre, qui estime que Claude Stratz "nous aura donné de nouvelles et, souvent, inoubliables raisons d’aimer davantage encore les grands auteurs et, à travers eux, l’esprit éternellement jeune du théâtre".

17/02/2007

Michel ROUX - 02-02-2007

Décès du comédien populaire Michel Roux - 02.02.07 

PARIS (AP) - Il avait brillé sur les planches du théâtre de boulevard, mais c'est surtout à sa voix qu'il devait sa notoriété, au travers du doublage de grands acteurs américains: le comédien Michel Roux est décédé vendredi à Paris à l'âge de 77 ans, a-t-on appris dans son entourage.

Grande figure du théâtre populaire, mais aussi acteur et metteur en scène, Michel Roux est mort des suites d'un problème cardiaque. Il ne s'était pas bien remis d'un pontage coronarien.

Né le 22 juillet 1929 à Colombes (Hauts-de-Seine), il avait été attiré par le théâtre dès le plus âge, donnant ses premières représentations à 14 ans. Autodidacte, il était devenu avec le temps l'un des piliers du théâtre populaire français avec des succès comme "La cage aux folles", "Monsieur Masure", "Le canard à l'orange", "Tromper n'est pas jouer" ou encore "Le dîner de cons".

Tête d'affiche régulière de l'émission télévisée "Au théâtre ce soir", le comédien était apparu pour la dernière fois sur les planches en 2006 dans la pièce "Le charlatan" de Robert Lamoureux jouée au Théâtre du Palais-Royal.

Si son grand regret était de n'avoir pas percé au cinéma, Michel Roux avait participé à la synchronisation de nombreux films américains et italiens. Il était notamment la voix française de Jack Lemmon, Peter Sellers et Alec Guinness. Pour le petit écran, il avait prêté sa voix reconnaissable entre toutes à Tony Curtis, héros avec Roger Moore de la série "Amicalement votre...", contribuant à son grand succès en France.

Pierre Mondy, qui avait joué avec lui dans "La cage aux folles" et "Le dîner de cons", a rendu hommage à un comédien "très aimé du public", de la trempe de Jean Poiret et Jacqueline Maillan, autres grands du théâtre populaire. "Cela fait toujours un choc", a-t-il réagi sur France Info. "On est partis ensemble, on a beaucoup travaillé ensemble..."

"Michel était non seulement un acteur mais aussi un metteur en scène à succès", a-t-il souligné, rappelant qu'il avait notamment monté les deux premières pièces de Françoise Dorin. "Quand il était en tournée, on était sûr d'une salle pleine. C'était quelqu'un de très discret (...) et d'une grande efficacité scénique."

Marthe Mercadier, qui lui avait donné plusieurs fois la réplique, garde elle aussi la mémoire d'un homme d'une "grande élégance". "Il était honnête, jamais il n'empiétait, jamais il ne faisait des mimiques ou des remarques pendant que la partenaire jouait", s'est-elle souvenue, interrogée par France Info. "Il était d'une grande pudeur et d'un grand respect pour les autres. Ce n'est pas quelqu'un qui se répandait contre le directeur, le producteur. Il essayait de comprendre et de faire comprendre aux autres. C'était un homme sage. Il va beaucoup nous manquer, à la scène et à la ville." AP

30/12/2006

Anne-Marie CARRIERE - 29.12.2006

Décès de la comédienne Anne-Marie Carrière à 81 ans

PARIS (AFP) - La comédienne et chansonnière Anne-Marie Carrière, interprète d'innombrables personnages comiques dans les cabarets et théâtres parisiens des années soixante à quatre-vingts, est décédée à l'âge de 81 ans, dans la nuit de jeudi à vendredi.

"Anne-Marie Carrière est décédée à 4H00 du matin, à l'hôpital de Nanterre", a indiqué à l'AFP une source proche de la comédienne.

Née le 16 janvier 1925, de son vrai nom Anne Marie, Alice Louise Blanquart, licenciée en droit, elle avait tout d'abord travaillé dans un bureau d'études fiscales, avant de devenir chansonnière et comédienne.

Jouant de sa rondeur et de son humour bon enfant, elle devient rapidement populaire et se produit dans de nombreux cabarets (aux Noctambules, aux théâtres de Dix-Heures et des Deux-ânes, au caveau de la République).

Anne-Marie Carrière joue aussi au théâtre "J'y suis, j'y reste" (1973), "Madame... pas dame" (1984) et au cinéma, dans "La cuisine au beurre" (1963) ou "Trois enfants dans le désordre" (1966).

A la télévision, elle apparaît régulièrement dans "Au théâtre ce soir", l'émission de Pierre Sabbagh, qui diffuse nombre de ses pièces, présente elle-même des émissions.

Elle fera aussi de la radio, animant à partir de 1970, le programme "l'Humour au féminin" sur la radio Europe 1, et publiera plusieurs livres, notamment "Piments doux" (1963) un recueil de poèmes humoristiques, et "Mon musée de l'homme" (1968).

"Je suis la Française moyenne type", disait-elle à la fin des années 1970, "Après trente ans de métier je crois ne pas avoir changé. Je pense être une honnête femme, de la même façon qu'au XVIIIe siècle on était un honnête homme".

25/11/2006

Betty COMDEN - 23.11.2006

Décès de Betty Comden, légende de Broadway

NEW YORK (Reuters) - La comédienne et parolière américaine Betty Comden, qui a écrit avec Adolph Green des comédies musicales à succès telles que "Chantons sous la pluie", est décédée jeudi à New York à l'âge de 89 ans, rapportent les médias américains.

Comden et Green, lui-même décédé en 2002, ont notamment travaillé avec les compositeurs Leonard Bernstein, Andre Previn, Cy Coleman ou encore Jule Styne.

Les deux paroliers ont écrit les livrets de plusieurs comédies musicales pour la scène, à Broadway, mais aussi pour le cinéma, notamment "Chantons sous la pluie" en 1952.