25/04/2010

Dede ALLEN - 17-04-2010

Décès d'une monteuse de légende. Dede Allen, 86 ans, s'est éteinte samedi à Los Angeles des suites d'une attaque cardiaque. Monteuse novatrice, elle débuta sa carrière comme coursière au sein de la Columbia, avant de passer à la section montage du studio. Débutant sa carrière en 1948 avec le film Because of Eve de Howard Bretherton, elle imprima sa marque dès 1959 sur le montage du film de Robert Wise, Le Coup de l'escalier, dans lequel elle avait calé son montage sur la musique.

Travaillant au sein de l'un des rares départements comptant à peu près autant d'hommes que de femmes, Dede Allen acquit très vite une réelle notoriété. En 1961, elle signe le montage d'un autre chef-d'oeuvre, L' Arnaqueur de Robert Rossen, puis suivra America, America d'Elia Kazan. En 1967, elle entre dans la légende du 7e art pour la scène finale de Bonnie and Clyde, qui voit Warren Beatty et Faye Dunaway criblés de balles dans un guet-apens. 50 plans se téléscopent en 1 min, livrant un maelström foudroyant et bouleversant du chef-d'oeuvre d'Arthur Penn.

Parmi ses nombreux films, on lui doit aussi les montages de Little Big Man (1970); de Abattoir 5, le brillant film de science-fiction de George Roy Hill; ainsi que trois collaborations avec Sidney Lumet dont les immenses Serpico et Un après-midi de chien. Nommée à la tête du département de post-production chez Warner en 1992, elle ne retourna sur la table de montage que huit ans plus tard avec Wonder Boys. A l'âge de 84 ans, elle fit son ultime montage sur Fireflies in the Garden, toujours inédit chez nous.

source article - source photo

Sotigui KOUYATE - 17-04-2010

Le comédien et acteur burkinabé Sotigui Kouyaté, une des grandes figures du théâtre et du cinéma africain depuis le milieu des années 1960, est décédé samedi à Paris (France) à l’âge de 73 ans, des suites d’une maladie, a appris l’APS de bonne source. D’abord joueur de football - capitaine de l’équipe nationale de Haute Volta (actuel Burkina Faso), chanteur, danseur, conteur, musicien et compositeur, Sotigui Kouyaté, né 19 juillet 1936 à Bamako, s’est ensuite consacré à l’enseignement avant de s’orienter vers la comédie. Autodidacte, il monte sa propre compagnie de théâtre en 1966. Tout au long de sa carrière, il s’est forgé l’image d’un comédien talentueux devenu au fil des apparitions et des interprétations le sage griot de la scène, passeur de mots, de proverbes, et symbole du dialogue des peuples et des cultures.

En citoyen africain voulant symboliser l’intégration, il se définissait lui-même ainsi : ‘’Je suis guinéen d’origine, malien de naissance et burkinabé d’adoption. Je ne suis passé par aucune école de théâtre, si ce n’est la grande école de la rue, de la vie.’’ C’est au début des années 1970 que Sotigui Kouyaté fait ses premières apparitions au cinéma... Pour son rôle dans ‘’London River’’ de Rachid Bouchareb (2008), il est récompensé par l’Ours d’argent du meilleur acteur au Festival de Berlin (février). Dans ce film, il joue le rôle d’Ousmane, un musulman qui va à la recherche de son enfant, qui n’a pas donné signe de vie depuis les attentats qui ont endeuillé la capitale britannique. Il a marqué le deuxième Festival culturel panafricain d’Alger (juillet 2009) au cours duquel il a été honoré en même temps qu’une quinzaine d’autres hommes de théâtre du continent.

source article - source photo

Alejandro ROBAINA - 17-04-2010

Le plus célèbre producteur cubain de tabac, Alejandro Robaina, est décédé à l'âge de 91 ans des suites d'un cancer, a annoncé hier la société hispano-cubaine Habanos S.A. qui détient le monopole des ventes de cigares cubains dans le monde.

Alejandro Robaina, dont la famille était établie depuis 1895 dans la région de Vuelta Abajo, réputée pour produire le meilleur tabac du monde, était le seul Cubain à avoir donné de son vivant son nom à une marque de cigares, Vegas Robaina. Il était considéré comme une encyclopédie vivante de la culture du tabac qu'il avait commencé à récolter à l'âge de 12 ans.

Ses funérailles auront lieu dimanche après-midi à San Luis, dans la province de Pinar del Rio, où il a vécu quasiment toute sa vie, a indiqué la télévision cubaine.

Créée en 1997, Vegas Robaina est l'une des marques les plus récentes de cigares et compte cinq bagues de grande qualité élaborées artisanalement. Habanos S.A a réalisé un chiffre d'affaires de 360 millions de dollars en 2009

source article - source photo

17/04/2010

Peter STEELE - 14-04-2010

Peter Steele, chanteur et bassiste du groupe américain Type O Negative, est  décédé ce mercredi 14 avril.

Il y a quelques années, Peter Steele s'était fait passer pour mort. Les rumeurs les plus folles avaient couru, dont celle du sida et du suicide. C'est que Peter Steele avait le sens de l'humour très noir. Il aimait la provocation.

Aussi quand la nouvelle de sa mort s'est à nouveau répandue hier, beaucoup ont cru à une nouvelle blague. Mais cette fois, c'est vraiment arrivé. Peter Steele est décédé ce 14 avril d'une crise cardiaque à l'âge de seulement 48 ans.

Steele était le chanteur du groupe new-yorkais Type O Negative. Le combo avait fait la une en 1993, lors de la sortie de l'album "Bloody Kisses". Le dernier album du groupe est sorti en 2007. Il s'intitulait "Dead Again". Prémonitoire au vu de sa précédente blague ?

Peter Steele était né le 4 janvier 1962. Il était d'origine polonaise. Son véritable nom était Petrus T. Ratajczyk

source article - source photo

Fransisco SILVA - 14-04-2010

Le président de l'Assemblée nationale de Sao Tomé et Principe, Francisco Silva, deuxième personnalité de l'Etat, est mort mercredi des suites d'un cancer, et un deuil national de cinq jours a été décrété à sa mémoire, a-t-on appris de sources concordantes. M. Silva, qui était âgé de 52 ans, s'est éteint en fin de matinée à son domicile de Sao Tomé, vaincu par un cancer de l'instestin dont il souffrait depuis 2007, a annoncé son épouse aux médias publics. Il avait suivi plusieurs séances chimiothérapie à Lisbonne. Aucune information n'était disponible immédiatement sur ses obsèques. Peu après l'annonce de la nouvelle, le président santoméen Fradique de Menezes a rendu hommage au défunt, qui était membre du Parti de la convergence démocratique (PCD), une formation de la coalition gouvernementale. "Francisco Silva est un homme qui a beaucoup travaillé pour le développement de Sao Tomé et Principe", a déclaré le président de Menezes. Dans un communiqué, le gouvernement a regretté la disparition du chef du parlement et décrété un deuil national de cinq jours à compter de mercredi.

(JDO)

© BELGA
SAO TOMÉ 14/04 (BELGA/AG)

SOURCE ARTICLE

Balthasar BURKHARD - 16-04-2010

Costume gris, cheveux gris, fragile déjà, il s’était glissé dans l’exposition sans mot dire, attentif aux regards des visiteurs sur ses monumentaux tableaux photographiques en noir et blanc. C’était lors du festival Images à Vevey en 2008. Avec le Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, le Musée Jenisch avait organisé cette année-là une grande rétrospective du travail de Balthasar Burkhard. Jusqu’au dernier moment, le suspense avait duré: l’artiste, cet immense artiste bernois, allait-il venir assister au vernissage de sa propre exposition? Il était finalement arrivé. Tout le monde avait respiré un bon coup.

Décédé vendredi à l’âge de 65 ans, Balthasar Burkhard était une personnalité de la création contemporaine. Jeune homme, il avait été engagé comme photographe documentaliste à la Kunst­halle de Berne alors dirigée par Harald Szeemann. Rencontre décisive. Balthasar Burkhard s’était du coup passionné pour l’art contemporain, avait voyagé et enseigné aux Etats-Unis et trouvé sa manière imposante. De grands formats sériels, tous attentifs à la matérialité des peaux, des déserts, des mégapoles, des forêts, des montagnes, des animaux. Avec lui, l’essentiel était toujours mis à nu dans de somptueux dégradés de gris et de grains.

D’exposition en exposition, sa cote et son renom n’avaient cessé de croître. Beaucoup plus que le livre, le musée était le territoire naturel de ses images monumentales, toujours subtilement scénographiées dans ces espaces imposés. Ses images plus petites, comme les héliogravures qu’il avait présentées à Vevey en 2008, ne perdaient pas, ou peu, au change. Chez lui, le grand format n’était pas un artifice destiné à impressionner le spectateur. Chez lui, agrandir était magnifier l’essence des choses.

Balthasar Burkhard, c’était aussi la primauté de l’intention, de l’idée, de l’intuition. Il disait: «Je rêve beaucoup de la photo que je veux faire, avant de la faire.»

source article - source photo

Isabelle CAUBERE - 13-04-2010

La petite sœur de Philippe Caubère, Isabelle, également comédienne, est morte le mardi 13 avril à l'âge de 55 ans.

Isabelle Caubère a commencé sa carrière au théâtre à la fin des années 70. Elle a joué Tchekov, Beckett, Lorca.

C'est Roger Hanin qui lui donne l'un de ses premiers rôles notables au cinéma dans Train d'enfer en 1984. La comédienne enchaîne alors les seconds rôles sur grand écran, discrète mais toujours juste. Parmi ses multiples rôles, on note L'étudiante avec Sophie Marceau, Sur mes lèvres de Jacques Audiard avec Vincent Cassel et Emmanuelle Devos, Adolphe de Benoît Jacquot avec Isabelle Adjani, Meurtrières de Patrick Grandperret, Molière de Laurent Tirard ou encore Brice de Nice.

En 2007, elle tourne son dernier film avec Florence Quentin : Leur morale... et la nôtre.

Au théâtre, on l'avait vu pour la dernière fois dans Belle(s) Famille(s), une comédie de Alain Cauchi, mise en scène par Eric Civanyan.

Une cérémonie est organisée le lundi 19 avril à 14h10 précise au crématorium du Père Lachaise.

source article et photo Premiere.fr

Werner SCHROETER - 13-04-2010

Werner Schroeter, metteur en scène et cinéaste allemand, est décédé dans la nuit de lundi à mardi des suites d'une crise cardiaque, à l'âge de 65 ans.

Schroeter était l'un des piliers de la Nouvelle Vague allemande des années 1960-1970, aux cotés de Wim Wenders ou Rainer Werner Fassbinder. Homosexuel, le cinéaste avait obtenu le Teddy Award (prix remis aux films évoquant l'homosexualité) de la dernière Berlinale, présidée par son compatriote Werner Herzog.

Découvert en 1969 en recevant le prix allemand Josef von Sternberg pour sa première réalisation, il fera du cinéma une vocation, bien que sa carrière au théâtre fut tout aussi proligique, avec plus de 80 mises en scène sous sa direction, dont sa plus récente, Quai ouest,  demeure encore à l'affiche à Berlin en ce moment même. Parmi la trentaine de longs métrages qu'il a réalisé, on retiendra Palermo, Ours d'or à Berlin en 1980, et Malina en 1990, dans lequel il met en scène Isabelle Huppert. Il avait eu l'occasion de diriger Carole Bouquet, Bulle Ogier ou encore son égérie Magdalena Montezuma. Son dernier film Nuit de chien avait été présenté au Festival International du Cinéma de Venise en 2008.

source article - source photo 

Jean BOITEUX - 11-04-2010

PARIS — Jean Boiteux, le premier champion olympique de la natation française, est mort accidentellement après avoir chuté d'un arbre à son domicile bordelais, dimanche soir, a-t-on appris lundi auprès de Jean Reynal, président du comité de natation d'Aquitaine. Il était âgé de 76 ans.

Le 30 juillet 1952, il avait remporté aux Jeux d'Helsinki le tout premier titre olympique de l'histoire de la natation française en s'emparant de la médaille d'or du 400m nage libre.

Seul Alain Bernard, sacré sur 100m aux Jeux olympiques de Pékin en 2008, a renouvelé l'exploit chez les garçons. Alors âgé de 19 ans, Boiteux avait failli être disqualifié car son père, pris par l'enthousiasme de la victoire, avait sauté tout habillé dans le bassin.

"On a perdu un très grand champion qui a marqué le sport français et qui en plus, au-delà du champion, était un cadre technique, un conseiller technique régional en Aquitaine", a déclaré Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF).

source article - source photo

Abel TENDEKAYI - 09-04-2010

HARARE — L'évêque méthodiste et ancien Premier ministre du gouvernement de coalition de l'ex-Rhodésie, devenu le Zimbabwe à l'indépendance, Abel Tendekayi Muzorewa, est décédé à l'âge de 85 ans, ont annoncé vendredi les médias d'Etat.

"L'ancien Premier ministre de Rhodésie est décédé à son domicile de Borrowdale, Harare, hier (jeudi) après-midi (...) Il est mort après avoir appris que son plus jeune frère était décédé aux Etats-Unis", rapporte le quotidien d'Etat The Herald.

Ancien instituteur, Abel Muzorewa avait été consacré évêque de l'église méthodiste de Rhodésie en 1968.

En 1971, il avait formé le Conseil national africain uni (UANC) et ouvert des négociations avec le gouvernement rhodésien du leader blanc Ian Smith, qui avait proclamé en 1964 l'indépendance unilatérale de l'ex-colonie britannique, en s'alignant sur l'Afrique du Sud de l'apartheid.

Un accord avait été signé en 1978 entre l'UAANC, Ian Smith, Ndabaningi Sithole (fondateur de la Zimbabwe African National Union, Zanu) et un autre leader africain Jeremiah Chirau, pour former un gouvernement de transition.

Ce gouvernement avait été rejeté par les mouvements de libération de Robert Mugabe, actuel président du Zimbabwe, l'Union nationale africaine du Zimbabwe - Front patriotique (Zanu-PF), et celui de Joshua Nkomo, la Zapu (Zimbabwe African Popular Union).

Abel Muzorewa avait remporté les élections générales en avril 1979 mais n'avait pas réussi à obtenir une reconnaissance sur le plan international, les Nations unies ayant qualifié d'"illégal" "l'accord (politique) intérieur", alors que la guerre civile pour l'indépendance de la Rhodésie se poursuivait.

Muzorewa avait été un moment détenu en 1980 peu après l'arrivée de Robert Mugabe au pouvoir, accusé de comploter contre le nouveau gouvernement.

Il s'était retiré de toute activité politique en 2001.

source article et photo

11/04/2010

Dixie CARTER - 10-04-2010

LOS ANGELES (AP) — L'actrice américaine Dixie Carter, qui avait brillé sur scène et tourné pour la télévision, notamment dans la série "Desperate Housewives", est décédée samedi à l'âge de 70 ans.

Steve Rohr, qui représente Dixie Carter et son époux, l'acteur Hal Holbrook, a précisé qu'elle était morte samedi matin, sans divulguer la cause de son décès.

Le couple, qui s'était marié en 1984 après s'être rencontré sur le tournage d'un téléfilm, vivait dans la région de Los Angeles.

Originaire de McLemoresville dans le Tennessee, Dixie Carter devait sa célébrité à sa présence dans la série de CBS, "Femmes d'affaires et dames de coeur" ("Designing Women"), diffusée entre 1986 et 1993.

L'actrice avait été nommée aux Emmy Awards en 2007 pour son apparition dans plusieurs épisodes de la série "Desperate Housewives". Elle avait également tourné dans les séries "Associés pour la loi" ("Family Law") et "Arnold et Willy" ("Diff'rent Strokes").

Après avoir débuté sur scène en 1960, Dixie Carter avait interprété plusieurs rôles à la télévision durant les années 1970 mais n'avait gagné ses galons de vedette qu'au cours de la décennie suivante, marquée par ses rôles dans "Arnold et Willy" et "Filthy Rich", qui l'ont menée à "Femmes d'affaires et dames de coeur", une comédie sur la vie de quatre femmes dans une société de décoration d'intérieur à Atlanta. AP

source article - source photo

Kerstin THORVALL - 09-04-2010

La romancière et illustratrice suédoise Kerstin Thorvall s'est éteinte à l'âge de 84 ans.
Anna Tillgren de la maison d'édition Albert Bonniers Forlag a précisé que l'écrivain était décédée vendredi dans une maison pour personnes âgées à Stockholm. Née à Eskilstuna en 1925, Kerstin Thorvall avait une formation d'illustratrice de mode. Elle avait publié son premier ouvrage en 1959.

Au cours de sa carrière jalonnée de nombreuses récompenses, dont le prix Moa Martinson, elle a signé des dizaines de livres et en a illustré plusieurs autres. Son oeuvre va des livres pour enfants à des ouvrages de fictions pour adultes. On lui doit notamment "Le sacrifice d'Hilma", "Les années d'ombre" et "La rage d'être libre", trois livres formant la "Trilogie de Signe".

source article - source photo

Lech KACZYNSKI - 10-04-2010

L'avion dans lequel se trouvait le président polonais Lech Kaczynski s'est écrasé samedi à l'approche de l'aéroport de Smolensk, dans l'ouest de la Russie. Le corps du chef d'Etat, âgé de 60 ans, a été retrouvé samedi en milieu de journée. "96 personnes dont 88 membres de la délégation polonaise se trouvaient à bord de l'avion Tupolev-154", a indiqué un porte-parole du ministère cité par les agences russes. Il n'y a aucun survivant.

Selon une liste des passagers de l'avion rendue publique samedi à la mi-journée, les principaux chefs de l'armée polonaise ont péri avec le président Lech Kaczynski. Le porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères, Piotr Paszkowski, qui s'est exprimé peu après l'annonce du drame, a précisé qu'à bord de l'appareil se trouvaient "le chef de l'état-major, et le vice-ministre des Affaires étrangères Andrzej Kremer". Le gouverneur de la Banque centrale de Pologne, Slavomir Skrzypek, et le président du comité olympique polonais, Piotr Nurowski, ont également péri dans l'accident d'avion.


L'avion présidentiel polonais aurait ignoré les ordres des aiguilleurs du ciel, selon le commandant-adjoint de l'état-major des forces aériennes russes, Alexandre Aliochine. Ce dernier a expliqué que les autorités russes avaient proposé à l'équipage polonais d'atterrir à Minsk ou à Moscou en raison du brouillard. Mais le pilote aurait malgré tout décidé d'atterrir près de Smolensk. L'analyse des boîtes noires, qui ont toutes deux été extraites des décombres, permettra d'y voir plus clair sur les circonstances exactes de ce drame. Quoi qu'il en soit, "l'avion a accroché des arbres, il s'est écrasé et a pris feu", a déclaré Piotr Paszkowski à la chaîne de télévision privée polonaise TVN24.

Lech Kaczynski se rendait aux commémorations du massacre de Katyn, où quelque 22.000 officiers polonais avaient été assassinés en 1940 par la police secrète soviétique. C'était la première fois que Moscou invitait un président polonais à Katyn. La Pologne a décrété un deuil national d'une semaine après le crash de l'avion présidentiel. La Russie a également décrété une journée de deuil.

article et photo Le Point + voir tous les articles spécialisés sur cette catastrophe.

Malcom MCLAREN - 08-04-2010

Le Britannique Malcom McLaren, agent et "cerveau" autoproclamé des Sex Pistols, précurseurs du punk et phénomène des années 70, est mort jeudi dans une clinique suisse où il était soigné pour un cancer, annonce sa compagne Young Kim. Il était âgé de 64 ans.

"Malcom McLaren était un homme qui a changé le monde et il exercera une influence durable", a-t-elle déclaré, précisant qu'il s'était rendu à New York en février pour la sortie d'un livre d'art avant de regagner la Suisse.

L'ancien compagnon de la styliste Vivienne Westwood souffrait d'une forme rare de cancer appelée mésothéliome, qui affecte la plèvre.

Après avoir été le manager des New York Dolls, groupe américain très porté sur la provocation, Malcom McLaren a connu le succès avec les Sex Pistols, qu'il a formés en 1975. Le groupe n'a enregistré qu'un album et s'est séparé trois ans après sa formation, mais "Anarchy in the U.K." ou "God Save the Queen" sont devenus les hymnes d'une génération fascinée par le nihilisme et les extravagances du quatuor.

Malcom McLaren est en outre l'interprète d'une demi-douzaine de disques et a notamment enregistré en 1994 un duo intitulé "Paris Paris" avec Catherine Deneuve.

source article - source photo

Christopher CAZENOVE - 07-04-2010

C’est la triste loi des séries. Alors que disparaissait il y a une semaine John Forsythe, qui interprétait le héros de «Dynastie», c’est son frère dans le feuilleton des années 1980 qui s’est éteint. Christopher Cazenove, qui jouait Ben Carrington dans la série est décédé hier. Le comédien britannique est mort à l'hôpital St-Thomas de Londres d’une septicémie qu’il avait contracté à la fin du mois de février dernier. Il avait 66 ans.

Né à Winchester, dans le Hampshire, en Angleterre, Christopher Cazenove s’est d’abord illustré dans les années 70 avec son rôle dans la série «The Regiment». Mais c’est sa performance dans la trentaine d’épisodes de «The Duchess of Duke Street», une série produite par la BBC, qui le rend célèbre outre-Manche. S’il a été rapidement cantonné aux rôles d’aristocrates britanniques, rôle qu’il maîtrisait grâce à son éducation classique à l’anglaise, Christopher Cazenove se fera connaître auprès du grand public pour un personnage bien différent. Dans «Dynasty», série phare des années 1980, il incarne Ben, le frère de Blake Carrington, le magnat du pétrole, personnage principal du «soap opéra». Par la plus grande des coïncidences, John Forsythe qui jouait Blake est décédé jeudi dernier, d’un cancer. Plus récemment, on avait vu Christopher Cazenove dans un autre drame de la BBC, «Judge John Deed». S’il était très connu en Angleterre pour ses rôles à la télévision, il avait joué au cinéma dans «Three Men and a Little Lady» - suite de l’adaptation américaine de «Trois hommes et un couffin» - ou encore «A Knight's Tale», aux côtés de Heath Ledger. Marié pendant plus de 20 ans à l'actrice Angharad Rees, Christopher Cazenove a eu deux enfant. Tragiquement, son fils aîné s’est tué dans un accident de voiture en 1999. Il avait 25 ans. Sa famille et sa compagne, Isabel Davis, ont déclaré, dans un communiqué publié par son agent, que l'acteur était «décédé paisiblement entouré de ses proches». «En dépit d'une lutte courageuse et des efforts inlassables de l'équipe merveilleuse de Saint-Thomas, il était condamné», a précisé son agent. Christopher Cazenove a également reçu un hommage de la part de Joan Collins, sa partenaire dans «Dynastie»: «C'était un homme absolument charmant et un très bon acteur. J'ai beaucoup aimé travailler avec lui».

source article et photo Point final

Mike ZWERIN - 02-04-2010

Le critique de jazz et tromboniste américain Mike Zwerin, qui fut membre en 1948, à 18 ans, du groupe de Miles Davis, est décédé vendredi à 79 ans à l'hôpital Saint-Antoine à Paris des suites d'une longue maladie, a annoncé aujourd'hui sa femme Martine Zwerin à l'AFP.

Après une vingtaine d'années où il avait privilégié sa carrière de musicien, ce New-Yorkais s'était orienté vers celle de critique de jazz à la fin des années 60, comme correspondant à Londres pour l'hebdomadaire The Village Voice et pigiste pour les revues Actuel et Rolling Stone.

Il s'était installé en France en 1970, d'abord dans le Vaucluse (sud), où il avait enregistré notamment avec le pianiste français Michel Petrucciani, puis à Paris à partir de 1978.
Depuis, tout en privilégiant sa carrière de journaliste, il avait continué à jouer, notamment aux côtés du contrebassiste américain Alan Silva, du trombone mais aussi de la trompette basse, un instrument qui a la même embouchure que le trombone.

A cette époque, il a travaillé régulièrement pour l'International Herald Tribune puis Bloomberg News. Il est également l'auteur de plusieurs ouvrages, dont "Close enough for jazz" (1983), "Swing under the Nazis" (2000), une histoire du jazz en Europe sous l'Occupation, ou "The Parisian Jazz Chronicles" (2005).

Mike Zwerin, qui avait cessé toute activité depuis deux ans et vivait dans le quartier de la Bastille, laisse un fils, Benjamin, un bassiste de 34 ans.

source article - source photo

Corin REDGRAVE - 06-04-2010

LONDRES (AP) — L'acteur britannique Corin Redgrave, frère de Lynn et Vanessa Redgrave, est décédé mardi à l'âge de 70 ans.

L'acteur, notamment connu au grand écran pour ses rôles dans "Quatre mariages et un enterrement" ou "Ah Dieu! que la guerre est jolie", est mort deux jours après être tombé malade, a annoncé la famille Redgrave, qui est considérée en Grande-Bretagne comme une véritable dynastie de comédiens.

L'acteur est mort à son domicile "entouré de sa famille", a déclaré sa femme Kika Markham.

Corin Redgrave est le fils du célèbre acteur Michael Redgrave et de Rachel Kempson, beauté légendaire du théâtre et du cinéma britannique. Bien qu'étant moins connu que ses soeurs Vanessa et Lynn, il a embrassé une longue carrière sur les planches comme sur le petit et grand écran, avec un succès qui ne s'est jamais démenti. AP

source article - source photo

James CAMPBELL BADIANE - 07-04-2010

Dakar, 7 avr (APS) – Avec son éternel chapeau noir vissé sur une chevelure poivre-sel, et son habit en patchwork, James Campbell-Badiane, se sera investi jusqu’à sa mort, mercredi à l’âge de 78 ans, dans le combat ‘’contre l’oubli’’ des hauts faits d’armes des anciens combattants.

L’homme qui s’est révélé au premier Festival mondial des arts nègres (1966) où il a tenu le rôle de Hugonin-Baron dans l’adaptation de ‘’La Tragédie du Roi Christophe’’ d’Aimé Césaire aux côtés de feu Douta Seck, est de cette race d’artistes en qui la fibre artistique vibre en temps réel.

Au théâtre, il s’est affiché avec Bernard Tapie, ancien ministre français, dans l’adaptation de ‘’Vol au-dessus d’un nid de coucou’’. Il a aussi joué le rôle de l’ancien combattant Léopold Abdou Diallo, dans un téléfilm écrit par l’académicien français Eric Orsena intitulé ‘’La Dette’’.

Dans son cœur, l’acteur-comédien a porté les anciens combattants, acteurs d’une histoire qui selon lui ne doit pas être oubliée. Pour James Campbell-Badiane, certaines dates de l’histoire des anciens combattants sont encore méconnues du grand public. Même s’il se félicite de l’instauration, par le président Abdoulaye Wade, de la Journée du Tirailleur, il note que les commémorations ne sont pas habituelles.

‘’C’est une mission qui m’est dévolue. Il ne faut pas qu’on les oublie’’, martèle t-il à tout instant. ‘’L’oublie est un acte volontaire (…). Le monde est amnésique et particulièrement chez les Noirs’’, se désolait t-il avant d’ajouter que le combat contre l’oubli est ‘’une affaire de tout le monde’’.

Contre l’oubli, le remède de James Campbell-Badiane était la ‘’transmission’’ du savoir aux jeunes générations. ‘’C’est mon devoir de transmettre et non une partie de plaisir’’, soutenait-il. Pour lui, ‘’l’expérience ne vaut (quelque chose) que si elle est transmise’’.

A propos de la transmission, il disait : ‘’Si on dit que les valeurs nègres ont pété, c’est parce qu’il y a un gap de transmission. Entre notre génération et les suivantes, il y a des choses qui n’ont pas été transmises. Et dans le combat que nous menons, s’il y a quelque chose d’essentiel, c’est la transmission. La transmission, c’est l’arme du combat contre l’oubli. Parce qu’on ne combat pas dans le noir, il faut s’armer et transmettre par des actes posés’’.

La bataille contre l’oubli des anciens combattants a été exprimée dans la production artistique à travers le film ‘’La Dette’’ de Fabrice Cazeneuve tiré d’un scénario de l’écrivain Erik Orsenna.

Dans ce film, James Campbell interprète le rôle de Léopold Abdou Diallo, un vieil Africain qui, bardé de ses décorations, arrive de manière impromptue à représenter les siens à une cérémonie commémorative à laquelle participent des ministres allemands et français.

James Campbell est aussi l’initiateur de AGISYMBA, groupe négro-africain d’intervention culturelle qui a pour mission de ‘’raviver le souvenir, valoriser l’héritage, honorer la mémoire’’ des anciens combattants.

AGISYMBA, créé en août 1966, considère que les anciens combattants et les victimes de guerre ont été les acteurs et sont aujourd’hui les témoins de ces périodes.

Le groupe se bat pour, entre autres, ‘’inventorier, créer et réhabiliter les lieux de mémoire et sites aussi bien en Afrique qu’en France’’, ‘’garder la mémoire vivante, préservée et extirpée de l’oubli, transmettre l’héritage aux générations futures en les éduquant par les exemples’’.

De passage en 2009 à Ziguinchor chez les siens, James Campbell-Badiane avait invité les artistes de la Casamance à se rassembler autour d’un ‘’projet commun’’ qui sera leur ‘’contribution au processus de paix’’ dans la région. Au-delà des ‘’ambitions personnelles’’, il s’agirait, expliquait-il, d’une ‘’ambition commune’’ des artistes qui vont proposer cette initiative dans le cadre du retour de la paix dans la région.

source article et photo

04/04/2010

John FORSYTHE - 02-04-2010

Surtout connu pour avoir incarné pendant huit ans Blake Carrington, le patriarche et roi du pétrole de « Dynastie », John Forsythe est mort jeudi, victime d’une pneumonie. Il avait 92 ans.

Sa longue carrière, John Forsythe la commence peu après la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, dans des dramatiques radiophoniques d’abord, au théâtre ensuite.

Un temps employé dans un restaurant dont l’un des autres serveurs se nomme Kirk Douglas, le comédien multiplie dans les années 50 au début des années 70 les rôles modestes au cinéma. Il tourne néanmoins pour de grands cinéastes tels Alfred Hitchcock ( Mais qui a tué Harry ?, L’Etau), Richard Brooks ( De Sang froid)…

Peu à peu, Hollywood le privant des premiers rôles, John Forsythe se dirige vers la télévision où il fait ses débuts. Déjà parmi les vedettes d’une première série entre 1957 et 1962, « Bachelor Father », il apparaît comme vedette invitée dans « Match contre la vie », « Police Story », « La Croisière s’amuse »… Voix de Charlie dans « Drôles de dames », il connaît sur le tard, dans les années 80, une célébrité internationale avec « Dynastie ». Aux Etats-Unis, John Forsythe était déjà depuis longtemps l’une des figures les plus familières du petit écran.

source article - source photo

Claude TCHOU - 31-03-2010

PARIS — L'éditeur Claude Tchou, créateur du Club du Livre du mois, est décédé mercredi à Paris à l'âge de 86 ans d'une longue maladie, a-t-on appris vendredi dans son entourage.

Né en Belgique en 1923 d'un père diplomate chinois, Claude Tchou a démarré sa vie professionnelle comme journaliste. Il a dirigé l'agence de presse Inser de 1945 à 1949 avant de créer deux ans plus tard le Club du Livre du mois, réseau de vente d'ouvrages sélectionnés qui a connu un grand succès.

En 1962, Claude Tchou, parmi les grands éditeurs français avec Pierre Bordas et Jean-Jacques Pauvert, crée sa maison d'édition et se spécialise dans des ouvrages rares et parfois dérangeants à l'époque, notamment consacrés à l'érotisme et la sexualité. Dans l'ordre moral du début des années 60, il est poursuivi et condamné à six mois de prison ferme, jugement annulé en appel.

Claude Tchou a édité aussi les oeuvres complètes du Marquis de Sade, de Franz Kafka, d'Emile Zola et la correspondance de Napoléon Ier.

En 1999, il a fondé la Bibliothèque des Introuvables, spécialisée dans l'édition et la réédition de beaux livres rares. On doit notamment à Claude Tchou la réédition de l'Histoire générale du Languedoc, somme de seize volumes et 20.000 pages, écrite en latin et vieux français par des moines bénédictins entre le XVIe et le XVIIIe siècle.

D?ascendance belge et chinoise, Claude Tchou se sentait Français et parisien, mais sa patrie était avant tout celle des amoureux des livres et de l?édition.

Le ministre de la culture Frédéric Mitterrand a rendu hommage à "cet homme d?une grande originalité, d?une grande liberté de style et de ton, un éditeur hors norme qui aura marqué l?histoire de sa profession d?une empreinte bien particulière".

"Pour tous les passionnés de littérature, de poésie et de textes rares, son nom restera lié bien sûr aux éditions Tchou mais aussi au célèbre Club du livre du Mois qu?il avait créé au tout début des années cinquante. Son catalogue était à son image : audacieux et exigeant, divers et varié, d?un éclectisme passionnant comme la vie. Grâce à lui la lecture redevenait une aventure", a ajouté le ministre dans un communiqué.

Claude Tchou a été marié notamment à la journaliste Michèle Cotta. Ses obsèques seront célébrées le 7 avril à 14H30 en l'église Saint-Germain-des-Prés à Paris.