18/10/2008

Françoise SEIGNIER - 13.10.2008

PARIS (AFP) - L'actrice et metteur en scène Françoise Seigner, qui a fait presque toute sa carrière à la Comédie-Française, dont elle était sociétaire honoraire depuis 1998, est décédée lundi à l'âge de 80 ans, a-t-on appris mardi auprès de la Maison de Molière.Françoise Seigner est née le 7 avril 1928 dans une grande famille du spectacle: fille de Louis Seigner (1903-1991), l'un des piliers de la troupe du Français, elle avait pour nièces les actrices Mathilde et Emmanuelle Seigner ainsi que la chanteuse Marie-Amélie Seigner.

 

Engagée par la Comédie-Française dès sa sortie du Conservatoire, Françoise Seigner y était restée trois ans (1953-1956), puis avait quitté l'institution pour y revenir en 1967.

 

Nommée sociétaire en 1968, elle était devenue l'un des membres honoraires de la troupe en 1998.

 

Françoise Seigner a joué de nombreux rôles de soubrettes au Français, diversifiant ensuite sa palette, et signé plusieurs mises en scène, dont "L'Etourdi" de Molière avec sa nièce Mathilde.

 

Elle est aussi apparue au cinéma, notamment dans "L'Enfant sauvage" de François Truffaut et "Le jeune marié" de Bernard Stora.

Guillaume DEPARDIEU - 13.10.2008

L'acteur français Guillaume Depardieu est mort lundi.Il avait été hospitalisé dans un hôpital de la région parisienne, dans la nuit de dimanche à lundi, après avoir contracté un virus qui a provoqué une violente pneumonie. Il avait 37 ans.

 

Fils des comédiens Gérard et Élisabeth Depardieu, Guillaume Depardieu a tourné dans une vingtaine de films. Il avait remporté le César du meilleur espoir, en 1997, pour son rôle dans Les apprentis, de Pierre Salvadori.

 

Guillaume Depardieu a vécu une jeunesse mouvementée, notamment marquée par la drogue, l'alcool, la violence et les démêlés avec la justice.

 

En 2003, il avait subi l'amputation de la jambe droite, à la suite de longues complications survenues après un accident de motocyclette.

 

Les deux plus récents films dans lesquels il a tourné, Versailles, de Pierre Schoeller et De la guerre, de Bertrand Bonello, ont récemment pris l'affiche en France.

William CLAXTON - 11.10.2008

LOS ANGELES (AFP) - Le photographe américain William Claxton, qui s'était rendu célèbre en immortalisant les grands jazzmen des années 1950, est mort à l'âge de 80 ans, a rapporté lundi le Los Angeles Times.

Citant la femme de l'artiste, le quotidien indique que M. Claxton est mort samedi au Centre médical Cedars-Sinai à Los Angeles après des problèmes cardiaques.

 

Amoureux du jazz, M. Claxton avait réalisé des portraits de grands noms comme Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Mel Torme, Duke Ellington, Thelonious Monk ou encore Stan Getz. Il avait également immortalisé Frank Sinatra et Steve McQueen et travaillé dans la mode.

 

Selon le journal, M. Claxton appelait la photographie le "jazz pour les yeux" et s'attachait à capturer la tension entre l'artiste, son instrument et la musique.

 

Né à Pasadena en Californie en 1927, le photographe expliquait que pour lui le jazz et la photographie étaient "semblables par leur spontanéité et leur improvisation. Ils se produisent alors que vous entendez et voyez quelque chose, et vous l'enregistrez et c'est fixé pour toujours".

11/10/2008

Jorg HAIDER - 11-10-2008

VIENNE (Reuters) - Jörg Haider, leader de l'extrême droite autrichienne, s'est tué dans un accident de voiture dans la nuit de vendredi à samedi près de sa ville natale de Klagenfurt, confirme la police.

Haider, qui était âgé de 58 ans, a perdu le contrôle de sa voiture pour des raisons encore inconnues. Le véhicule a fait plusieurs tonneaux. Haider, qui était seul dans la voiture, a été mortellement touché à la tête et au torse. Il se rendait à une fête de famille à l'occasion des 90 ans de sa mère.

"C'est pour nous comme la fin du monde", a réagi son porte-parole, Stefan Petzner.

Jörg Haider, qui avait conduit l'extrême droite au gouvernement dans la cadre d'une coalition avec les conservateurs, avait effectué un retour spectaculaire sur la scène nationale lors des élections législatives du 28 septembre.

Son parti, l'Alliance pour l'avenir de l'Autriche (BZÖ), créé après sa scission avec le Parti de la liberté (FPÖ) en 2005, avait obtenu 11% des suffrages tandis que l'extrême droite dans son ensemble réunissait quelque 30% des voix.

Personnalité charismatique au teint toujours hâlé, le gouverneur de Carinthie était l'un des responsables politiques les plus décriés d'Europe du fait de ses propos sur l'immigration ou de ses phrases-choc sur le Troisième Reich, dont il avait vanté la politique de l'emploi.

Haider était né le 26 janvier 1950 à Bad Goisern. Son père était un ancien membre des chemises brunes et avait servi sous le drapeau allemand durant la Deuxième Guerre mondiale. Sa mère avait été elle membre des Jeunesses hitlériennes.

Après des études de droit à Vienne, il était devenu un permanent du Parti de la liberté (FPÖ) en 1977.

Un quart de siècle plus tard, fort de ses 27% aux élections de fin 1999, il avait conclu en février 2000 un accord de coalition avec le Parti conservateur (ÖVP) du chancelier Wolfgang Schüssel. Cette alliance avait soulevé un tollé en Europe, l'Union européenne avait imposé des sanctions, temporaires, à l'Autriche.

En 2005, au terme de querelles intestines, il avait quitté le FPÖ et fondé l'Alliance pour l'avenir de l'Autriche. Aux législatives de 2006, la BVÖ franchissait avec peine le seuil des 4% nécessaires pour siéger au parlement. Mais, en septembre dernier, il avait multiplié son score par trois tandis que le FPÖ progressait lui aussi nettement.

Sportif accompli, skieur, marathonien, Haider était marié et père de deux enfants.

Version française Henri-Pierre André - Crédit photo REUTERS

Alexei PROKUROROV - 10-10-2008

MOSCOU (AFP) - Alexei Prokurorov, ancien champion russe de ski de fond qui a collectionné les médailles, est décédé vendredi dans un accident de voiture, ont annoncé des médias russes.

"Prokurorov a été tué dans un accident près de la gare à Vladimir", une ville située à environ 180 km au nord-est de Moscou, a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur à la presse. "Il est mort après avoir été percuté par une voiture. La police de Vladimir a ouvert une enquête".

Agé de 44 ans, Prokurorov avait pris sa retraite sportive en 2002, après les jeux Olympiques de Salt Lake City, où il avait été le porte-drapeau de la délégation russe.

Durant sa longue carrière, il a remporté de nombreuses médailles en compétition internationale, au premier rang desquelles l'or au 30 km et l'argent au relais 4X10 km aux JO de Calgary en 1988. Dix ans plus tard, il avait terminé au pied du podium (4e) dans le 50 km des JO de Nagano.

Alain KATZ - 10-10-2008

Le producteur Alain Katz, à qui l'on doit notamment plusieurs films produits et réalisés par Alain Delon (Le Samouraï, …) et qui était président des sociétés de production Groupe Katz - Les Films du Scorpion, Carlton Film Export et Labrador Films (société avec laquelle Carlton Film Expert fusionna), est décédé.

Après avoir créé en 1980 Les films du Scorpion, une structure à vocation d'exportation du cinéma français (Adieu Bonaparte, Quartet, Mesrine, Le Sixième Jour), Alain Katz rejoignit son père Raoul( lequel décède en 1995) au sein de Labrador Films.

Il était un acteur de premier plan de la vie de l'industrie cinématographique hexagonale. Il fut successivement membre du comité directeur, rapporteur de la commission d'exportation et vice-président d'Unifrance Film Interntional de 1988 à 1990 ainsi que membre exportateur du comité directeur de la chambre syndicale des producteurs et exportateurs de films de 1979 à 1983, s'acharnant à défendre le statut d'indépendant dans une activité qui souffrait déjà des importants regroupements industriels.

Alain Katz, né en 1950, laisse son épouse Anne et leurs deux enfants, Dorothée et Antoine.

04/10/2008

André BELLEC - 03-10-2008

PARIS (AFP) - Le doyen des "Frères Jacques", André Bellec, est décédé vendredi à Senlis (Oise), à l'âge de 94 ans, a annoncé samedi à l'AFP un des proches du groupe, Robin Tourenne.

Les "Frères Jacques", un quatuor vocal créé en 1944, ont marqué l'histoire de la chanson française avec leurs chorégraphies proches du mime, où ils arboraient justaucorps, collants, gants et chapeaux.

Ce quator était composé de deux frères, André et Georges Bellec, de François Soubeyran, mort en 2002, et de Paul Tourenne.

Originaire de Saint-Nazaire, André Bellec avait suivi une formation juridique avant d'entamer une carrière militaire, puis après l'armistice de 1940, de se frotter au monde du théâtre alors qu'il était professeur d'art dramatique dans des chantiers de jeunesse.

A la Libération, c'est lui qui forme le groupe, dont le nom vient de l'expression "Faire le Jacques", c'est-à-dire faire l'idiot.

Pierre Philippe devient très vite le pianiste de la compagnie, jusqu'en 1966, et le quator entame alors une carrière qui les porte jusqu'à leur dernier tour de chant en 1982.

Avec près de 400 chansons écrites par les plus grands (Vian, Brassens, Prévert, Ferré...), les Frères Jacques ont traversé toutes les modes et parcouru la planète dans d'innombrables tournées, sans quitter leurs costumes moulants et leur scénographie immuable.

Dominique FREMY - 02-10-2008

PARIS (AFP) - Dominique Frémy, qui avait créé en 1963 avec son épouse Michèle les encyclopédies grand public Quid, est décédé jeudi à Paris, à l'âge de 77 ans, a-t-on appris auprès de sa famille.

Né le 5 mai 1931 à Paris, il avait travaillé pour le groupe Shell à la fin des années 1950, après des études à l'Institut d'études politiques et à la faculté de lettres de Paris, avant de bâtir son encyclopédie.

 

Esprit méthodique, fouineur, levé à 5H30 tous les jours, Dominique Frémy a passé sa vie à compiler, dépouiller des journaux, établir des listes et recueillir de nouvelles informations. Personnage discret, né dans une famille aristocratique du Loiret, il expliquait sa vocation par une curiosité sans bornes et le besoin de tout noter.

 

Le succès phénoménal du Quid à partir des années 1970, et son passage chez l'éditeur Robert Laffont, l'avait propulsé à la tête d'une entreprise florissante et d'un réseau de 11.000 correspondants dans le monde.

 

Publiée pour la première fois en 1963, l'encyclopédie, dont le slogan est "tout sur tout... tout de suite", a connu 44 éditions consécutives et a été diffusée, selon la famille, à près de 14 millions d'exemplaires dans le monde.

 

A la fois dictionnaire, encyclopédie, providence des amateurs de concours et de jeux de société, le Quid s'était peu à peu étoffé jusqu'à dépasser les 2.000 pages pour un tirage annuel de 500.000 exemplaires dans les années 1990.

 

Confrontée à la concurrence des encyclopédies en ligne, la version papier n'est pas parue en 2008 et le Quid est désormais accessible sur internet.

 

Le comte Dominique Frémy était chevalier de la Légion d'honneur et Commandeur des Arts et des Lettres.

Boris EFIMOV - 01-10-2008

MOSCOU (Reuters) - Le caricaturiste russe Boris Efimov, le plus célèbre dessinateur de l'ère soviétique, est mort à l'âge de 108 ans, annonce son entourage.

Il avait notamment exercé ses talents pendant de nombreuses années dans le journal satirique Krokodil, fondé en 1922, tournant en dérision Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale puis, pendant la Guerre froide, les "impérialistes américains".

Il avait reçu les récompenses les plus prestigieuses de l'Union soviétique.

Son frère, le journaliste Mikhaïl Koltsov, avait été l'une des victimes des purges staliniennes dans les années 30.

Efimov lui-même avait été un moment proche de Léon Trostki, assassiné au Mexique en 1940 par un agent de Staline.

Il avait commencé sa carrière pendant la guerre civile, dans les années qui suivirent la prise du pouvoir par les bolchéviques en 1917.

Il avait couvert après la Seconde Guerre mondiale le procès des criminels de guerre nazis à Nuremberg.

Paul NEWMAN - 27-09-2008

NEW YORK, 27 sept 2008 (AFP) - Paul Newman, l'un des plus grands acteurs du 20e siècle et une légende du cinéma américain, est mort à l'âge de 83 ans, a annoncé samedi sa fondation Newman's Own Foundation.

L'acteur, qui souffrait d'un cancer des poumons et allait très mal ces derniers mois, est mort vendredi à son domicile dans le Connecticut (nord-est), a précisé dans un communiqué la fondation depuis son siège de Westport.

 

"Paul était une icône américaine, un philanthrope et un champion de l'enfance. Notre cher ami, dont le soutien indéfectible signifiait tant pour nous, va nous manquer", ont déclaré la sénatrice Hillary Clinton et son époux Bill dans un communiqué.

 

"Notre père était un exemple rare d'humilité, le dernier à reconnaître que ce qu'il faisait était exceptionnel", ont déclaré dans un communiqué les cinq filles de l'acteur.

 

Paul Newman, dont le regard bleu azur a fasciné plusieurs générations de spectateurs et spectatrices, avait interprété en cinquante ans de carrière plus de soixante films dont "Butch Cassidy et le Kid", "L'Arnaqueur" ou "La Couleur de l'argent".

 

Il avait triomphé en l'espace de quelques années dans des films aussi divers que "La chatte sur un toit brûlant" en 1958 avec Elizabeth Taylor ou encore "Exodus". Contrairement à Marlon Brando ou James Dean et à leurs personnages de rebelles ou de salauds aux yeux doux, les héros incarnés par Paul Newman ont toujours été marqués par une gentillesse de fond, confirmée par son regard magnétique qui le faisait aimer de tous.

 

Paul Newman avait été élu en 1990 par le magazine People comme l'un des 50 plus beaux hommes du monde, et en 1995 le magazine britannique Empire l'avait choisi parmi les 100 acteurs les plus sexy de l'histoire du cinéma.

 

Les hommages à l'acteur sont venus du monde entier, du président français Nicolas Sarkozy à l'ancienne actrice italienne Gina Lollobrigida, de la même génération que lui, ou au président du Festival de Cannes Gilles Jacob.

 

Le chef de l'Etat français a salué "l'acteur et philanthrope" qui fut l'incarnation de "l'Amérique heureuse de l'après-guerre" mais aussi "de ses doutes".

 

Paul Newman, "acteur, auteur, scénariste, réalisateur, producteur et philanthrope, était aussi un grand ami de la France et les passionnés de course automobile se souviendront de ses participations successives aux 24 heures du Mans", a ajouté M. Sarkozy.

 

Acteur engagé, il avait joué également un rôle important dans le Mouvement pour les droits civiques, participé à certaines campagnes du Parti démocrate et pris part à des conférences pour le désarmement nucléaire.

 

Dès 1968, il s'était essayé à la réalisation en faisant tourner sa femme Joanne Woodward, épousée en secondes noces en 1958, dans "Rachel Rachel".

 

Paul Newman avait perdu en 1978 son unique fils et l'aîné de ses six enfants, Scott, né d'un premier mariage et mort à 28 ans d'une overdose d'alcool et de médicaments. L'acteur avait ensuite fondé le Centre Scott Newman, une fondation destinée à souligner les dangers de la drogue et de l'alcool chez les jeunes.

 

Pour "La Couleur de l'argent" de Martin Scorsese (1986) avec Tom Cruise, il avait reçu l'Oscar du meilleur acteur, un an, ironiquement, après avoir été récompensé d'une statuette pour l'ensemble de sa carrière. En 1994, l'Académie des Oscars lui avait remis une nouvelle récompense au titre de ses activités humanitaires.

 

Il avait lancé dans les années 1980 une ligne de produits alimentaires, incluant biscuits, vinaigrettes et sauces spaghetti à son effigie. Ces bénéfices lui avaient permis de financer des organisations caritatives, notamment un camp de vacances pour enfants atteints du cancer.

27/09/2008

Raymond MACHEROT - 26.09.2008

L'auteur de bandes dessinées Raymond Macherot, né à Verviers le 30 mars 1924, est décédé à l'âge de 84 ans, ont annoncé vendredi les Editions Flouzemaker, Le Lombard et Dupuis.

Père de Sibylline et Chlorophylle, Raymond Macherot avait rejoint Le Journal de Tintin des Editions du Lombard en 1953. Il y créera, outre la série animalière "Chlorophylle", les aventures du marin "Le Père La Houle" et du détective "Clifton".

En 1964, il avait quitté Le Journal de Tintin pour collaborer au journal Spirou, où était nés "Chaminou" (1964), "Sibylline" (1965), "Pantoufle" (1966) et "Mirliton" (1970).

En tant que scénariste, il s'était associé en 1969 à Yvan Delporte pour concevoir "Mulligan", un récit policier illustré par Berck. En 1970, toujours avec Yvan Delporte, puis André Franquin, il avait créé les premiers épisodes d'Isabelle dessinés par Will.

Retraité depuis une quinzaine d'années, Raymond Macherot avait été contacté en 2005 pour relancer certaines de ses séries et notamment, Sibylline. "Cette même année, avec la création des Editions Flouzemaker (Flouzemaker étant le nom d'un des héros de Sibylline), l'album 'Sibylline déménage' qui reprend deux récits pré-publiés naguère dans Spirou est présenté aux libraires et est épuisé dès sa sortie", se souviennent les Editions Flouzmaker.

Ce personnage avait ensuite été repris en 2006 par le dessinateur et scénariste André Taymans, qui sortira "La ligue des coupe-jarrets" et "Le serment des lucioles".

"Avec sa disparition, la Bande Dessinée franco-belge perd un de ses derniers grands dessinateurs et probablement, son plus grand dessinateur animalier", commentent vendredi les Editions Flouzmaker.

Les Editions du Lombard et Dupuis estiment également que "ce grand classique unanimement apprécié a réalisé quelques-unes des meilleures pages de la BD belge". Le personne de Chlorophylle avait d'ailleurs été retenu par les Editions du Lombard pour sa collection Millésime éditée à l'occasion de son soixantième anniversaire. Les Editions Dupuis et Le Lombard travaillent en outre à la réalisation d'un projet d'intégrale Macherot, annoncent-elles vendredi. (belga/7sur7) (crédit photo AFP)

Patrick d'UDEKEM d'ACOZ - 25.09.2008

BRUXELLES Le père de la princesse Mathilde, épouse de l'héritier de la couronne de Belgique, le prince Philippe, est mort jeudi à 72 ans, a annoncé le palais royal.

"Le prince Philippe et la princesse Mathilde ont le triste devoir d'annoncer le décès du comte Patrick d'Udekem d'Acoz, survenu ce jeudi après-midi", a indiqué le palais dans un bref communiqué.

Le 21 mars dernier, M. d'Udekem d'Acoz avait été admis à l'hôpital Erasme, à Anderlecht (ouest de Bruxelles) pour une série d'examens, donnant lieu à des spéculations de la presse sur son état de santé. Selon la chaîne de télévision privée RTL-TVI, il a été transféré il y a cinq jours dans un centre de soins neurologiques de la région bruxelloise.

Fils du baron Charles d’Udekem d’Akoz et de Suzanne d’Outrive d’Ydewalle, Patrick d'Udekem d'Akoz avait travaillé dans la sylviculture après des études d'agronomie. Il laisse une veuve, la comtesse Anne Komorowski, d'origine polonaise.

Aînée de leurs cinq enfants, Mathilde d'Udekem d'Akoz, 35 ans, a épousé en décembre 1999 le prince Philippe, duc de Brabant, fils aîné du sixième roi des Belges Albert II.

Le Prince Philippe et la Princesse Mathilde ont en outre annoncé qu'en conséquence, ils ne seront pas en mesure d'assister jeudi soir à Ypres à la soirée de gala du "Comité de soutien de la Province de Flandre Occidentale pour la Fondation Roi Baudouin".

 

© La Dernière Heure 2008
photo BELGA

25/09/2008

Georges DEBUNNE - 22.09.2008

Georges Debunne, ancien secrétaire général de la FGTB, est décédé à l'âge de 90 ans. Ces dernières années, il s'était illustré dans la campagne contre le projet de Constitution européenne, exigeant la mise en place d'une Europe sociale.

 Georges Debunne a été injustement dépeint comme un « monsieur non », a estimé Mia De Vits, elle-même ancienne secrétaire générale du syndicat socialiste, dans une réaction à l'annonce de ce décès.

« Je l'ai accompagné lors de concertations interprofessionnelles explique l'ancienne responsable syndicale. « Il a été injustement dépeint comme 'monsieur non' ou 'monsieur niet'. C'était sans nul doute un négociateur dur mais c'était un négociateur ».

Georges Debunne était « un syndicaliste combatif, qui mettait en avant l'intérêt du travailleur », affirme encore Mme De Vits. Il était également un défenseur de l'égalité des chances. « C'est Debunne qui m'a poussé du service d'étude (de la FGTB) à me présenter à une fonction élective », conclut-elle.

Né le 2 mai 1918, Georges Debunne a démarré sa carrière syndicale très jeune. Enseignant de formation, il assurait déjà la présidence de la section locale enseignement de Halle, à seulement 20 ans.

En 1949, à 31 ans, il prend la tête de la Centrale Générale des Services Publics, avant de devenir le patron du syndicat socialiste en 1968, en tant que secrétaire général de l'organisation, fonction qu'il occupera pendant 14 ans.

En 1973, il participe à la création de la Confédération Européenne des Syndicats, dont le premier congrès a lieu à Bruxelles et dont il assumera la présidence de 1982 à 1985.

De 1988 à 2003, il a également été président honoraire de la Fédération européenne des retraités et des personnes âgées.

Ces dernières années, l'ancien responsable syndical s'était illustré dans la campagne contre le projet de constitution européenne, exigeant la mise en place d'une Europe sociale. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont le dernier, « A quand l'Europe sociale ? », est paru en 2003.

En 2005, Georges Debunne avait été à la base de la création du "Comité pour une autre politique" (CAP) dont le but était de lutter contre le Pacte des Générations.

Il y a quelques mois, la FGTB avait rendu hommage à son ancien patron, à l'occasion de son nonantième anniversaire

(source Le Soir.be)

Thomas BATA - 01.09.2008

PRAGUE - L'homme d'affaires canadien d'origine tchèque Thomas Bata, à la tête de l'empire de la chaussure qui porte son nom, est mort lundi dans un hôpital de Toronto au Canada, où était basée sa société. Il avait 93 ans.

 

La nouvelle a été annoncée par Pavel Velev, directeur de la Fondation Thomas Bata basée à Zlin, dans l'est de la République tchèque. M. Velev n'a pas précisé la cause du décès.

 

Le président tchèque Vaclav Klaus a rendu hommage à "une des plus grandes personnalités de notre temps". "Il a réussi dans le monde et est devenu pour nous un symbole de réussite dans les affaires", souligne-t-il dans un communiqué. "Il va nous manquer à tous."

 

Né le 17 septembre 1914 dans ce qui est aujourd'hui la République tchèque, Thomas Bata avait été contraint de s'exiler au Canada en 1938 à cause de la montée du nazisme. Sept ans plus tard, après avoir servi dans l'armée canadienne durant la Seconde Guerre mondiale, il est revenu dans sa ville natale. Il n'y est toutefois pas resté longtemps, les communistes arrivés au pouvoir après la guerre ayant saisi son usine et rebaptisé sa société.

 

Mais Thomas Bata a su perpétuer le nom de son entreprise. Etabli à Toronto, il a également soutenu le mouvement dissident dans son pays natal et présentait son empire de la chaussure comme un exemple de réussite du système démocratique.

 

A l'époque de l'effondrement du bloc communiste en 1989, le dissident Vaclav Havel, qui deviendra par la suite président de la République tchèque, lui a demandé de revenir au pays. M. Bata a été acclamé par la foule à l'aéroport de Prague lors de son retour.

 

Vaclav Havel lui a décerné en 1991 l'Ordre Tomas Garrigue Masaryk, la plus haute distinction tchèque. L'industriel s'était rendu pour la dernière fois en République tchèque en juin dernier. C'est son père, Tomas, qui avait fondé en 1894 l'empire familial à Zlin.

 

Thomas Bata laisse dans le deuil son épouse, ses trois filles et son fils, George Bata, qui a pris les rênes de la compagnie en 2001.

23/08/2008

Levy MWANAWASA - 19.08.2008

LUSAKA (AFP) - Le président zambien Levy Mwanawasa, au pouvoir depuis 2002, est mort mardi à l'âge de 59 ans à Paris où il avait été hospitalisé après une attaque cérébrale fin juin

Loué pour sa politique de lutte contre la pauvreté et la corruption, le chef de l'Etat zambien était l'une des rares voix dans la région à avoir critiqué son homologue zimbabwéen Robert Mugabe et son décès pourrait déstabiliser l'équilibre régional.

Hospitalisé depuis sept semaines dans une unité de soins intensifs, son état de santé s'était brusquement détérioré ce week-end et il avait été opéré en urgence lundi. Il est finalement décédé mardi vers 08H30 GMT.

Sa mort a été annoncée sur les médias d'Etat par le vice-président Rupiah Banda, qui doit assurer l'interim jusqu'à l'organisation d'une élection présidentielle dans les 90 jours.

M. Banda a décrété sept jours de deuil national, durant lesquels les drapeaux resteront en berne, les radios et télévisions diffuseront de la musique funèbre et les loisirs seront suspendus.

Le Parlement a suspendu ses travaux "afin de se préparer pour les funérailles", a déclaré le président de l'Assemblée nationale, Amussa Mwanamwambwa. La date des obsèques n'a pas encore été fixée.

Le président Mwanawasa avait été hospitalisé après un malaise le 29 juin alors qu'il se trouvait en Egypte pour un sommet de l'Union africaine (UA). Il avait été transféré à l'hôpital militaire Percy de Clamart, dans la banlieue de Paris, où il est décédé.

Troisième chef d'Etat depuis l'indépendance en 1964 de la Zambie, M. Mwanawasa avait gagné le respect de la communauté internationale pour avoir réduit l'inflation et les dépenses publiques, même si le pays reste l'un des plus pauvres du monde.

La croissance économique en Zambie est aujourd'hui supérieure à 6% et les réserves en devises dépassent le milliard de dollars.

Il a aussi gagné le respect de l'Occident pour avoir osé critiquer, à contre-courant de la majorité des leaders régionaux, le président Mugabe, reconduit dans ses fonctions après un simulacre de présidentielle fin juin.

En 2007, il avait comparé le Zimbabwe à "un Titanic en train de sombrer" puis dénoncé en juin dernier "le silence" de ses voisins malgré les violences dans le pays.

Le chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy, qui préside actuellement l'Union européenne (UE), a immédiatement estimé que sa mort représentait "une grande perte pour la démocratie, dont il fut un ardent défenseur tout au long de sa vie".

L'opposant zimbabwéen Morgan Tsvangirai a regretté la perte "d'un bon ami et camarade", d'"un champion de la démocratisation de la région (australe) et du continent africain en général".

Le premier président de la Zambie indépendante Kenneth Kaunda, à la tête du pays pendant 27 ans, a regretté la perte d'un "visionnaire, un leader, qui a transformé l'économie de ce pays" et a appelé les Zambiens à rester unis, tout comme son successeur, l'ex-président Frederick Chiluba.

Levy Mwanawasa avait succédé à ce dernier en 2002 sous les couleurs du Mouvement pour la démocratie multipartite (MMD) après un scrutin remporté de justesse dans des conditions contestées.

En octobre 2006, il s'était maintenu à son poste pour un nouveau mandat de cinq ans. Là encore, le scrutin avait été contesté et sa réélection avait entraîné des violences à Lusaka.

Une campagne anti-corruption, lancée au plus haut niveau, lui a surtout permis d'écarter de potentiels rivaux.

Le MMD de Levy Mwanawasa, qui ne pouvait briguer de troisième mandat selon la Constitution, devait l'année prochaine organiser une conférence pour lui choisir un successeur.

Grièvement blessé dans un accident de voiture au début des années 90, ce père de six enfants avait eu une première attaque cérébrale en 2006.

15/08/2008

ISAAC HAYES - 10-08-2008

LOS ANGELES (Reuters) - Le chanteur américain Isaac Hayes, l'un des plus grands noms de la soul music, est décédé dimanche à Memphis à l'âge de 65 ans, apprend-on auprès de son ami et ancien manager Onzie Horne.

Le musicien a été trouvé inconscient à son domicile, puis transféré d'urgence à l'hôpital où son décès a été prononcé, a déclaré l'épouse de Hayes à Onzie Horne.

Avec James Brown, Al Green et Stevie Wonder, Isaac Hayes fut l'un des musiciens noirs les plus marquants du début des années 1970. Il aurait eu 66 ans le 20 août.

Sa carrière connut son apogée en 1972 avec un Oscar pour son "Theme from Shaft", tiré de l'un des films phares du genre "blaxploitation". Le morceau, mélange irrésistible de guitares wah-wah et d'un rythme enivrant, fut longtemps numéro un des ventes aux Etats-Unis.

Bien avant de se mettre à chanter, Hayes, ancien pianiste et organiste, fut aussi un compositeur de tubes pour le label soul de Memphis Stax Records.

Avec le parolier David Porter, il a composé des classiques de la soul pour Sam and Dave, comme "Soul Man" ou "Hold On! I'm A Comin".

Avec son crâne chauve, ses lunettes noires, ses vêtements extravagants et ses multiples bijoux, Hayes fut ensuite encouragé à poursuivre sa propre carrière de chanteur par les dirigeants de Stax.

Son premier album, "Presenting Isaac Hayes", ne connut guère de succès en 1968. Le deuxième, "Hot Buttered Soul" publié l'année suivante, ne contenait que quatre chansons mais se vendit à plus d'un million d'exemplaires.

Son travail sur "Shaft", un film policier réalisé par Gordon Parks où il espérait jouer, fut le premier d'une longue série d'oeuvres écrites pour le cinéma.

Il devint finalement acteur dans "Truck Turner" en 1974 et apparaissait encore récemment dans le drame hip-hop "Hustle & Flow".

Ces dernières années, il avait prêté sa voix à Chef, l'un des personnages du dessin animé "South Park". Mais il avait quitté la série parce qu'elle se moquait de la scientologie, mouvement religieux auquel il appartenait.

Dean Goodman, version française Jean-Stéphane Brosse

09/08/2008

Andrea PININFARINA - 07.08.2008

MILAN (AFP) — Andrea Pininfarina, PDG du célèbre carrossier italien du même nom, a été tué jeudi matin dans un accident de la circulation dans la banlieue de Turin (nord de l'Italie), a annoncé la société Pininfarina.

L'industriel, âgé de 51 ans, a été renversé par une voiture alors qu'il conduisait sa moto, selon la même source.

Andrea Pininfarina appartenait à la troisième génération de cette famille industrielle turinoise, qui avait transformé le petit atelier de carrosserie créé en 1930 par le grand-père Giovanni en une marque mondiale du design automobile industriel grâce au père, le célèbre carrossier et designer Sergio Pininfarina.

Ce dernier, âgé de 81 ans, est toujours président honoraire de la société.

Père de deux autres enfants, il avait cédé son poste de PDG à son fils Andrea, il y a six ans, selon la société.

Andrea Pininfarina, père de trois enfants, ingénieur mécanique de formation, était entré dans l'entreprise familiale en 1983, après avoir travaillé aux Etats-Unis. Il a été vice-président de Confindustria, l'organisation patronale italienne, de 2004 à 2008.

Spécialisé dans l'assemblage de modèles sportifs (coupés, cabriolets) pour le compte de grands constructeurs, le groupe Pininfarina s'était illustré en 2006 en dessinant la torche olympique des jeux Olympiques d'hiver de Turin.

En difficulté financière, Pininfarina, dont le chiffre d'affaires s'élève à 670,4 millions d'euros, avait obtenu en avril dernier le soutien de trois industriels italiens et du français Vincent Bolloré pour appuyer son plan de relance et participer à une augmentation de capital de 100 millions d'euros.

A cette occasion, Andrea Pininfarina avait annoncé l'intention de la famille, actionnaire à 55% de la société, de descendre dans le capital pour laisser de la place aux nouveaux investisseurs, tout en gardant une participation de 30%.

Le carrossier a subi l'an dernier une lourde perte nette de 114,9 millions d'euros, contre 22 millions un an plus tôt.

Pour réduire ses pertes, le groupe italien a mis en place un plan industriel.

Il a par ailleurs renforcé son activité de design automobile et d'ingénierie, plus rentable, et a accentué ses efforts sur la voiture électrique.

Avec le groupe Bolloré, Pininfarina a notamment mis au point une voiture 100% électrique, qui doit être disponible à partir de juin 2009.

Le titre a été suspendu à la bourse de Milan pour excès de hausse

Alexandre SOLJENITSYNE -04.08.2008

 

L’écrivain russe Alexandre Soljenitsyne s’est éteint à 89 ans dans la nuit de dimanche à lundi à Moscou des suites d’une crise cardiaque. Paria devenu héros, prix Nobel de littérature, grand historien, dissident, son histoire retrace les grands bouleversements de la Russie du XXe siècle. « J’ai en moi le sentiment, la conviction, que je reviendrai vivant dans ma patrie », avait prédit Alexandre Soljenitsyne en 1974, alors exilé aux Etats-Unis.  Et c’est bien à Moscou que s’est éteint le grand historien russe, tour à tour détesté, craint et célébré dans son pays.

Avec son physique de penseur du XIXe, Alexandre Soljenitsyne fut une grande figure du XXe. L’écrivain russe a dévoilé au monde la réalité du système concentrationnaire soviétique. Cet esprit libre symbolise la révolte contre le stalinisme. L’historien a marqué le siècle dernier en écrivant Une journée d’Ivan Denissovitch, le témoignage qui a dévoilé au monde l’horreur des goulags.

 

Né dans le Caucase en 1918, un an après la révolution russe, il commence par adhérer aux idéaux bolchéviques. Mobilisé en 1941, il se bat courageusement sur le front contre les troupes d’Hitler. Mais il commence déjà à inquiéter le pouvoir. En effet, il écrit des lettres à un ami, dans lesquelles il critique Staline. Dès la fin de la guerre, il est condamné à huit ans de détention comme traître dans un « camp de redressement par le travail ». A sa sortie, en 1953, il est exilé dans un village du sud du Kazakhstan, où il commence à écrire. L’écrivain est atteint à 35 ans d’un cancer de l’estomac, dont il guérit miraculeusement.

L’exil prend fin en 1956, début de la déstalinisation. Un an plus tard, il est réhabilité. Il arrive même à faire paraître son premier roman en 1962, Une journée d’Ivan Denissovitch, qui dévoile l’horreur des camps staliniens. Une onde de choc pour l’URSS mais aussi pour l’occident, qui découvre la réalité d’un régime tyrannique.

Brejnev remplace Khrouchtchev. Le dissident inquiète… Soljenitsyne continue à écrire, mais Le pavillon des Cancéreux et Le premier cercle ne sortent qu’en éditions clandestines et à l’étranger. Lorsqu’en 1970, l’écrivain reçoit le prix Nobel de littérature, le Kremlin voit d’un mauvais œil cette reconnaissance internationale. L’historien décide de ne pas aller à Stockholm chercher sa récompense car il craint de ne pouvoir revenir dans sa patrie.

En 1973, L’Archipel du goulag, une fresque sur les camps, est publié à Paris. Il reçoit à nouveau un grand écho dans le monde. Pour Soljenitsyne, cette fois c’est l’expulsion. Déchu de sa citoyenneté soviétique, il part pour Francfort, puis pour la Suisse. L’écrivain finit par s’installer aux Etats-Unis dans le Vermont. Il se consacre alors à un cycle historique : La roue rouge. Mais aux Etats-Unis, l’écrivain dénonce, toujours sans complaisance, le mode de vie matérialiste de l’occident. Dans sa propriété de Cavendish, Soljenitsyne reprend toutes ses œuvres publiées pour les fignoler.

Retour en Russie post-soviétique

En 1991, c’est la fin de l’URSS. Après 20 ans d’exil, Alexandre Soljenitsyne revient en Russie en mai 1994. Il anime une émission télévisée et voyage à travers le pays. A partir de 1998, il vit retiré près de Moscou entouré de sa famille.                                                

Qualifié par certains de rétrograde, de nationaliste, d’antisémite aussi, l’éternel dissident a été à plusieurs reprises critiqué. Il fut targué notamment d’antisémitisme suite à la parution de son ouvrage, Deux siècles ensemble, qui abordait les relations entre les Juifs et les Russes de 1795 à 1995. Autres sujets de controverse pour ce libre penseur : à son retour en Russie, il défend la peine de mort pour les terroristes et approuve l’intervention de l’armée en Tchétchénie. Au fil des ans, le dissident s’est rapproché de Vladimir Poutine, mais ce dernier l’a déçu : il ne suivait pas ses conseils.

Quelques dates
1918 : naissance à Kislovodsk dans le Caucase
1941 : mobilisé contre les troupes d’Hitler, il est décoré deux fois pour son courage sur le front
1945 : condamné à huit ans de détention dans un camp de travail de la steppe kazakhe
1953 : exilé dans un village du sud du Kazakhstan, où il est atteint d’un cancer à l’estomac
1956 : fin de son exil, il est réhabilité
1962 : publie Une journée dans la vie d’Ivan Denissovitch sur la réalité des goulags
1963 : publie dans la revue Novyi Mir plusieurs textes dont La Maison de Matriona
1964 : Khrouchtchev est écarté du pouvoir, les livres de Soljenitsyne sont interdits
1970 : reçoit le prix Nobel de littérature
1973 : parution en France de L’archipel du goulag
1974 : Soljenitsyne est expulsé d’URSS et se retrouve en RFA
1976 : installation aux Etats-Unis, dans le Vermont
1994 : retour en Russie, où il est réhabilité
1998 : l’écrivain se retire de la vie publique

03/08/2008

Mate PARLOV - 29.07.2008

ZAGREB (AP) - L'ancien champion du monde et champion olympique de boxe Mate Parlov est décédé à l'âge de 59 ans.

Selon la presse croate, Parlov est mort mardi soir, cinq mois après avoir découvert qu'il souffrait d'un cancer du poumon. Le Croate est décédé à l'hôpital, dans sa ville natale de Pula.

Parlov était considéré comme l'un des plus grands sportifs de l'ex-Yougoslavie.

Il avait remporté la médaille d'or dans la catégorie des lourds-léger aux Jeux de Munich en 1972. Il avait aussi été sacré champion d'Europe chez les amateurs à deux reprises et champion du monde en 1974.

En tant que professionnel, il avait conquis le titre WBC des lourds-léger. AP

Hiram BULLOCK - 25.07.2008

Un cancer a emporté le guitariste de jazz américain Hiram Bullock à New York, a le site du journal "Jazz Times". Le musicien avait 52 ans. Il avait travaillé notamment avec Barbra Streisand, Sting et Eric Clapton.

Il a accompagné sur scène Miles Davis, James Brown ou Al Green et fut longtemps à la télévision membre de l'orchestre de l'animateur et humoriste David Letterman. Le guitariste laisse une douzaine d'albums dont le dernier, "Too Funky 2 Ignore" date de 2006.