13/12/2009

Gene BARRY - 09-12-2009

Gene BARRYHéros de La Guerre des Mondes version 1953, Gene Barry est mort mercredi dernier à son domicile de Los Angeles. Il avait 90 ans. 

S’il présente d’autres films à son tableau de chasse (dont deux Samuel Fuller, China Gate et Quarante tueurs), Gene Barry fait surtout carrière à la télévision. Il incarne ainsi le shérif et joueur de poker « Bat Masterson », le capitaine de police de « L’homme à la Rolls» , « L’Aventurier » et le patron de presse de « Les règles du jeu ». Outre ses rôles principaux, il apparaît, entre autres, comme guest-star dans « Alfred Hitchcock présente », « Drôles de dames », « Arabesque », « La Grande caravane », « La Croisière s’amuse », « L’île fantastique » 

Formé au théâtre, Gene Barry revient régulièrement sur les planches tout au long de sa longue carrière. Outre plusieurs comédies musicales, il compte parmi les interprètes de l’adaptation américaine de La Cage aux folles de 1984, pièce dans laquelle il incarne George, le patron gay d’une boîte de nuit.

Il fait en 2005 sa dernière apparition à l’écran dans La Guerre des Mondes de Steven Spielberg, jouant le grand-père des dernières scènes. Une participation sous forme de clin d’œil. (source Tout le Cine)

Thomas HOVING - 10-12-2009

Ancien conservateur du New York's Metropolitan Museum of Art, décédé à 78 ans - Extrait du journal Numerama - "Thomas Hoving nous révèle : - comment, alors qu'il était un jeune conservateur, il a ramené clandestinement d'Europe des trésors d'art ; - pourquoi il a été licencié du magazine Connoisseur ; - les secrets qui ont aidé les Italiens à récupérer le cratère d'Euphronios, un vase d'un million de dollars ; - comment, en qualité de directeur des parcs new-yorkais, il a géré l'évacuation des cadavres abandonnés dans Central Park ; - les anecdotes internes du magazine d'informations télévisées d'ABC 20/20.

Hoving a été d'abord conservateur (1959-65) puis directeur (1967-77) du Met, où il a mené une entreprise spectaculaire d'agrandissement du musée. Il s'est spécialisé dans l'acquisition de chefs-d'oeuvre importants - l'un de ses fers de lance et dont il développe le sujet dans << My Eye >> sur artneTV - et peut s'enorgueillir d'avoir ouvert le musée à un public plus large et plus jeune par le biais de super-expositions comme celle de King Tut. Sous sa direction, le musée s'est lancé dans un grand projet d'expansion en construisant 125 galeries d'exposition en doublant ainsi son espace. Parmi les importantes acquisitions qui ont eu lieu sous sa direction figurent la Lehman Collection, la Packard Collection et le Temple of Dendur.

Après une décennie de direction, Hoving a quitté le musée pour devenir correspondant et animateur du magazine d'informations sur ABC 20/20. Il a ensuite fondé la société Hoving Associates, une société de consulting pour les musées, puis il est devenu rédacteur en chef du magazine Connoisseur.

Hoving est l'auteur de nombreux succès de librairie parmi lesquels figurent Making the Mummies Dance: Inside the Metropolitan Museum of Art (1993), The Hunt For Big-time Art Fakes (1997), Art for Dummies (1999), et American Gothic: The Biography of Grant Wood's American Masterpiece (2005)."

Francis BLANCHARD - 10-12-2009

Francis BLANCHARDFrancis Blanchard (France) débute sa carrière de fonctionnaire international en 1947, en rentrant à l'âge de 31 ans, à l'Organisation internationale des réfugiés (IRO). M. Blanchard reste à l'IRO jusqu'à ce que l'organisation cesse d'exister puis participe activement à la mise sur pied des deux organismes qui lui succèdent, à savoir le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et le Comité intergouvernemental pour les migrations européennes. En 1951, M. Blanchard entre au BIT comme chef adjoint de la section de la main-d'œuvre et participe, à ce titre, aux premières activités de coopération technique de l'OIT dans le domaine de la formation professionnelle et de la main-d'œuvre, activités financées par les Nations Unies et par l'Organisation européenne de coopération économique.

En 1956, le Directeur général du BIT, David Morse, nomme M. Blanchard au poste de Sous-directeur général, en charge de toute une série d'activités de recherche et de coopération technique dans le domaine des questions économiques, de la sécurité sociale, de la main-d'œuvre, de la formation professionnelle et de la formation à la gestion. Alors qu'il est à ce poste, M. Blanchard est étroitement associé à la création du Centre de Turin et à son programme de travail. A la suite de la réorganisation du Bureau, en 1964, M. Blanchard se voit confier la responsabilité générale des activités de coopération technique de l'OIT ce qui nécessite des contacts quotidiens avec le Programme des Nations Unies pour le développement et une supervision de toutes les activités du Bureau liées à la préparation et l'exécution des programmes financés par le PNUD. M. Blanchard organise et guide les activités des bureaux extérieurs qui assument peu à peu la responsabilité générale de la coopération technique.

En 1968, M. Blanchard est nommé Directeur général adjoint, responsable des activités de coopération technique et des opérations menées sur le terrain. Il doit désormais assumer le contrôle de deux des nouvelles grandes missions de l'OIT, à savoir fournir une assistance technique aux pays en développement et planifier la décentralisation des activités de l'OIT. En novembre 1973, le Conseil d'administration le nomme Directeur général, responsabilité que M. Ammar avait endossée à la suite du décès tragique de Wilfred Jenks.

En sa qualité de Directeur général, M. Blanchard supervise le développement des programmes de coopération technique de l'OIT et, ce faisant, modifie quelque peu l'image de l'Organisation. L'OIT est aussi confrontée à de sérieuses difficultés financières qui nécessitent des compressions budgétaires. M. Blanchard réussit à éviter que la crise déclenchée par le retrait des Etats-Unis de l'Organisation (1977-1980), qui s'est soldée par la perte d'un quart des ressources budgétaires, ne cause des dommages irréversibles à l'Organisation. Il mène un combat sans égal pour faire valoir le caractère universel de l'Organisation. Les Etats-Unis réintègrent l'Organisation au début de l'administration Reagan et, en 1983, la Chine redevient un membre actif de l'Organisation, ce qui ne fait que concrétiser le caractère universel de l'Organisation et accroître sensiblement ses responsabilités en Asie.

Au cours de cette période, l'OIT s'est résolument engagée dans la voie de la défense des droits de l'homme. C'est ainsi que l'Organisation a aidé activement la Pologne à briser ses chaînes, en apportant son appui total au syndicat Solidarnosc, conformément à la convention (nº 87) sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948, que la Pologne avait ratifiée en 1957. La Réunion de haut niveau sur l'emploi et les adaptations structurelles, qui s'est tenue en 1987, a constitué un autre événement marquant du mandat de M. Blanchard. Pour la première fois, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont collaboré étroitement avec les gouvernements et les organisations de travailleurs et d'employeurs membres du Conseil d'administration. Grâce à son initiative personnelle et à son rôle directeur, l'OIT et de nombreux autres organismes internationaux ont participé activement à l'élaboration et à la mise en œuvre de politiques visant à combattre la pauvreté ainsi que les répercussions sociales de la dette extérieure et de l'ajustement structurel.

M. Blanchard s'est employé à diffuser le plus largement possible les idées et principes directeurs de l'OIT et à étendre ses activités au secteur informel. M. Blanchard a quitté le BIT en 1989, après trente-huit années de bons et loyaux services. (source Organisation Internationale du Travail)

Rodrigo CARAZO ODIO - 10-12-2009

Rodrigo Carazo Odio est un ancien président du Costa Rica. Il a gouverné son pays de 1978 à 1982. Il est décédé à 82 ans de complications après une opération des coronaires et à coeur ouvert. Il avait été considéré comme un supporter de la révolution sandiniste au proche Nicaragua en 1979. Il s'était aussi opposé à un accord  commercial avec les USA et avait cassé les relations diplomatiques de son pays avec Cuba en 1981.

Alfred HRDLICKA - 07-12-2009

Alfred HDRLICKAIl avait été l'un des artistes européens les plus engagés contre le fascisme. Le sculpteur et dessinateur autrichien Alfred Hrdlicka est mort à son domicile viennois, samedi 5 décembre, à l'âge de 81 ans. Volontiers obscène et provocateur, d'une force physique que même son alcoolisme n'a pas réussi pendant longtemps à amoindrir, il se définissait comme "un fossile, un homme préhistorique, avec la colonne vertébrale d'un dinosaure" et proclamait que "toute la puissance de l'art vient de la chair".En 2008, l'une de ses expositions avait encore créé le scandale au musée de la cathédrale de Vienne : le cardinal Christoph Schönborn avait dû faire décrocher une Cène iconoclaste - un hommage, datant de 1984, au cinéaste assassiné Pier Paolo Pasolini - qui montrait le Christ et les apôtres en pleine orgie homosexuelle.

Alfred Hrdlicka (prononcer "Herdlitchka", nom d'origine tchèque) était né le 27 février 1928 au sein d'une famille communiste de Vienne. La capitale autrichienne était alors dominée par les affrontements entre les milices de la social-démocratie et celles de la droite autoritaire. Il a accompagné son père dans la clandestinité quand le nazisme a déferlé sur l'Autriche, après l'Anschluss de 1938.

Toute sa vie, il a revendiqué des idées marxistes, même s'il s'est souvent disputé avec le petit Parti communiste autrichien, dont il a accepté d'être le candidat lors des élections législatives de 1999. Il se vantait aussi d'avoir été le parrain du principal courant de l'extrême gauche parlementaire dans l'Allemagne actuelle, Die Linke, en organisant la rencontre de ses deux fondateurs, le social-démocrate Oskar Lafontaine et l'ancien leader est-allemand Gregor Gysi.

Mais ce colosse moustachu à l'oeil bleu était surtout un plasticien, plus connu en Autriche et en Allemagne pour ses sculptures cyclopéennes, de marbre ou de bronze, que pour les dessins où il a atteint le sommet de son art, en particulier dans de saisissantes séries consacrées à la Révolution française ou à Franz Schubert. Dans un monde chaotique qui a englouti le souvenir des dieux grecs à Auschwitz et à Hiroshima, l'homme n'est plus qu'un corps tourmenté par le désir et la souffrance, et Hrdlicka dessine les culs, féminins ou masculins, comme des volcans creusés de ténèbres.

Polémique

Formé d'abord au métier de technicien dentaire, il a pu étudier après la seconde guerre mondiale à l'Académie des beaux-arts, dans la classe du sculpteur Fritz Wotruba. Lui-même enseignera de front dans plusieurs universités de la sphère germanique, concevant aussi des décors de théâtre et d'opéra. Obsédé par la figure mythologique du satyre Marsyas, écorché vif par Apollon pour avoir trop bien joué de la flûte, il est vite consacré par les milieux officiels : dès 1964, il représente l'Autriche à la Biennale de Venise. Mais son buste, trois ans plus tard, du premier président de l'Autriche au lendemain du nazisme, le social-démocrate Karl Renner, lui vaut une virulente campagne, suscitée par une "Ligue contre l'art dégénéré".

Lorsque, en 1986, éclate l'affaire Kurt Waldheim, du nom du président autrichien accusé d'avoir menti sur son passé, Hrdlicka construit un grand cheval de bois, monté sur des roulettes, signe de ralliement des opposants : Kurt Waldheim avait justifié son adhésion à une organisation nazie par le désir de pratiquer l'équitation. Nouvelle polémique, en 1991, avec l'inauguration à Vienne du Mémorial contre la guerre et le fascisme, installé juste en face du Musée de l'Albertina : à côté de stèles plus classiques en marbre, le sculpteur a représenté, en bronze, un juif contraint de nettoyer à quatre pattes la chaussée - d'après des photographies prises juste après l'Anschluss, au moment où s'est déchaîné l'antisémitisme des Viennois. Une scène que beaucoup, même dans la communauté juive, préféraient oublier.

Devenu ces dernières années tétraplégique, Hrdlicka offrait la vision d'un titan cloué sur une chaise roulante, veillé par son galeriste et ami de longue date, Ernst Hilger, et par sa dernière épouse, la fellinienne Angelina. A côté de lui, a-t-il affirmé un jour dans un accès de modestie, Rodin était "un artiste gentil".
(source journal Le Monde)

Vyacheslav TIKHONOV - 04-12-2009

MOSCOU - AP -  L'acteur Vyacheslav Tikhonov,connu pour ses rôles d'espions soviétiques ou de princes russes est décédé à l'âge de 81 ans. Il est mort à Moscou, à l'hopital, quelques jours après une attaque cardiaque, rapportent les agences ITAR - Tass et RIA Novosti

Tikhonov est très connu à l'ouest pour son rôle de prince russe dans le film "Guerre et Paix", oscarisé en 1967. Depuis la fin des années 50 il a interprété des douzaines de films dans lesquels ses personnages reflètaient les héros soviétiques qui combattaient pour le triomphe des idées communistes. 
Il  se fit aussi connaître pour son interprètation du Standartenführer  Stirlitz dans la série télévisée Seventeen moments of Spring en 1958. Très populaire dans son pays la Russie, il se vit décerner un "Order of the Service for the Nation Third degree" par Poutine en 2003. Sa
biographie complète en anglais sur wikipedia.
Voir aussi la page du Guardian à cet effet.

Aaron SCHROEDER - 02-12-2009

Aaron Schroeder est décédé le 2 décembre à Englewood dans le New Jersey. Il était âgé de 83 ans. Inconnu du grand public, ce songwriter signa pourtant une multitude de tubes dont 17 pour Elvis Presley parmi lesquels A Big Hunk O’ Love, Good Luck Charm, I Got Stung, Stuck On You ou bien encore It’s Now or Never.

Né le 7 septembre 1926 à Brooklyn, le nom d’Aaron Schroeder apparait dans la discographie de légendes telles que Roy Orbison, Frank Sinatra, Tony Bennett, Barry White, Duane Eddy, Sammy Davis Jr., Nat King Cole, Perry Como, Pat Boone ou bien encore Rosemary Clooney pour qui il écrivit At A Sidewalk Penny Arcade, son premier succès.

Parallèlement à son activité de songwriter, Schroeder s’occupera de Musicor Records (1960 – 1965) et sera également le manager du chanteur Gene Pitney. Ce label indépendant accueillera d’ailleurs plusieurs disques de Pitney mais aussi de la star country George Jones.

( source Qobuz.com)

Richard TODD - 04-12-2009

capture206Richard Todd avait 90 ans. Il est mort jeudi dans son sommeil et dans sa maison anglaise à Grantham. Irlandais, formé à l'école des planches dans les années 30, sa carrière avait pris un coup dans l'aile avec le début de la Seconde guerre mondiale et son engagement dans les forces armées britanniques. Ayant participé au débarquement du 6 juin en Normandie, revenu du champ de bataille avec le grade de capitaine, il s'envole la paix signée pour Hollywood, histoire d'enfiler l'uniforme d'acteur dans Le dernier voyage. Sa performance est telle qu'elle lui vaut un nomination à l'Oscar du meilleur acteur en 1949.  

En 1950, Alfred Hitchcock l'engage pour épicé son son thriller Le grand alibi. Il revêtira ensuite les costumes de Robin des bois, Rob Roy... avant de mener au combat les personnages de Les Briseurs de barrages. La guerre semblant l'inspirer, on le retrouve à l'affiche du Jour le plus long, en même temps il connait parfaitement le sujet.  

Poussé par Ian Fleming, Todd fut à deux doigts de porter le smoking de 007 dans James Bond 007 contre Docteur No, mais le destin et un problème de date en décidèrent autrement. Ce baroudeur des écrans vu dans les premières fictions sorties de chez Walt Disney (voir Robin des bois et ses joyeux compagnons) a continué à jouer jusqu'au début des années 80, entre autre, pour la télévision de son pays, l'Angleterre. (source TOUTLECINE )

Jacques ECHANTILLON - 11-12-2009

PARIS (AFP) - Le comédien et metteur en scène Jacques Echantillon, qui s'est illustré au théâtre (public et privé) mais aussi à la télévision et au cinéma, est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi à Paris des suites d'un cancer, a-t-on appris dans son entourage professionnel.Né à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs (Isère) le 12 décembre 1934 - il devait donc fêter ses 75 ans samedi -, Jacques Echantillon a dirigé de 1975 à 1981 le centre dramatique national (CDN) de Languedoc-Roussillon, qu'il a installé à Béziers (Hérault) sous le nom des "Tréteaux du Midi". 

Formé au Conservatoire de Paris, il a joué le répertoire (Molière, Shakespeare...) et des rôles modernes et contemporains sur différentes scènes parisiennes dont, dernièrement, l'un des "Douze hommes en colère" en compagnie de Michel Leeb au Théâtre de Paris.

Jacques Echantillon a signé de nombreuses mises en scène en France et à l'étranger, s'épanouissant chez Molière, Feydeau, Guitry ou Dario Fo. Au cinéma, il a été dirigé par Alex Joffé, Claude Autant-Lara et Michel Deville. Il a aussi tourné des téléfilms pour Claude Santelli, Marcel Cravenne ou encore René Allio. 

Une messe aura lieu en son hommage jeudi 18 décembre à 11h00 en l'église Saint-Roch, la paroisse parisienne des artistes.

05/12/2009

Eric WOOLFSON - 02-12-2009

Eric WOOLFSONBERLIN - Eric Woolfson, qui avait cofondé dans les années 1970 le groupe de rock britannique Alan Parsons Project, connu pour ses succès "Eye in the Sky" et "Don't Answer Me", est mort d'un cancer à l'âge de 64 ans, a-t-on appris jeudi auprès de son agent.

 Gallissas Theaterverlag, une compagnie qui représentait le musicien en Allemagne, a annoncé jeudi qu'il s'était éteint cette semaine à Londres. Il est décédé tôt mercredi, selon son site Internet. 

Eric Woolfson était né le 18 mars 1945 à Glasgow en Ecosse. Avec Alan Parsons, il avait fondé le groupe Alan Parsons Project, qui avait connu le succès dans plusieurs pays. Après la séparation du groupe dans les années 1990, Eric Woolfson avait continué à travailler comme producteur et compositeur de comédies musicales. Sa comédie musicale "Edgar Allan Poe" est actuellement à l'affiche à Berlin.

Vjekoslav SUTEJ - 02-12-2009

Vjekoslav SUTEJZAGREB (AFP) - Vjekoslav Sutej, un des plus grands chefs d'orchestre croates, qui a fait une carrière internationale notamment aux Etats-Unis et en Europe, est décédé mercredi à l'âge de 58 ans, des suites d'une leucémie, a rapporté la radio nationale.Chef de l'orchestre philharmonique de Zagreb, le maestro croate s'est éteint dans un hôpital de Zagreb où il était soigné depuis plusieurs mois. 

Né en 1951 à Rijeka (ouest) dans une famille de musiciens, M. Sutej avait entamé sa carrière de chef d'orchestre en 1979 au théâtre national de Split (sud), selon sa biographie officielle. 

De 1990 à 1993, il avait été le principal conducteur d'orchestre à l'opéra La Fenice, à Venise, l'un des temples les plus prestigieux de l'opéra italien. 

Il avait à l'époque aussi crée, en 1990, l'Orchestre royale symphonique de Séville, qu'il a dirigé jusqu'en 1996. 

"C'est une énorme perte pour la Croatie. C'était un chef d'orchestre extraordinaire, il possédait un charisme et une énergie uniques", a déclaré une critique musicale locale, Jagoda Martincevic. 

De 1992 à 1997, M. Sutej avait par ailleurs été le maître d'orchestre du Houston Grand Opera (Texas, Etat-Unis), et il a régulièrement dirigé depuis 1994 à l'opéra de Vienne, en y totalisant plus de 130 spectacles. 

Il avait été invité dans des opéras des dizaines de pays à travers le monde, notamment au Japon, en Allemagne, en Russie, en France et en Grande-Bretagne. 

M. Sutej souffrait de leucémie depuis août 2008. Après avoir été initialement soigné pendant sept mois dans une clinique aux Etats-Unis, il avait brièvement repris les concerts l'été dernier, avant sa dernière hospitalisation à Zagreb.

29/11/2009

Prince ALEXANDRE de BELGIQUE - 29-11-2009

Alexandre de BelgiqueNé en 1942 de l'union entre Léopold III et sa deuxième épouse Lilian Baels, titrée Princesse de Réthy, le Prince Alexandre n'entrait pas dans l'ordre de succession. Il était le demi-frère de feu le Roi Baudouin, disparu en 1993, du Roi Albert II ainsi que de la Grande-duchesse Joséphine-Charlotte de Luxembourg, décédée en 2005. Il était l'époux de Léa Wolman depuis 1991. Le couple n'avait pas d'enfant.

Le Palais Royal a confirmé l'information et indique que le Prince est décédé des suites d'une embolie pulmonaire foudroyante. (source RTL.Info)

Ferial FAROUK - 20-11-2009

LE CAIRE (AFP) - La fille du roi Farouk, souverain égyptien chassé du pouvoir en 1952, est morte  à Genève après plusieurs années de lutte contre un cancer de l'estomac, a-t-on appris auprès d'un proche de la famille, Lotus Abdel Karim. La princesse Ferial était née en 1938 à Alexandrie (nord), de l'union du roi Farouk avec Farida, sa première femme.

 Elle avait suivi des études en Suisse, où elle s'était définitivement installée. Elle souffrait d'un cancer de l'estomac depuis sept ans.

 "Elle sera enterrée en Egypte. Sa dépouille sera rapatriée (...) d'ici un à deux jours", a précisé M. Abdel Karim. 

Le roi Farouk a abdiqué dans le cadre de la révolution de 1952. Son fils, Ahmed Fouad (Fouad II d'Egypte) lui avait alors succédé, mais il avait été contraint de rejoindre sa famille en exil après la proclamation de la République en 1953

Gilles CARLE - 28-11-2009

Décès du réalisateur Gilles Carle à l'âge de 80 ans. Ce cinéaste est considéré par beaucoup comme le père du cinéma québécois dans les années 60. Il était atteint de la maladie de Parkinson. À la fin de sa vie, complètement paralysé par ce mal, lui et sa compagne, Chloé Sainte-Marie, se sont beaucoup investis pour les malades à mobilités réduites.

En 1965, il réalise le portrait d'un Montréalais à la veille de Noël : La vie de Leopold Z est couronné Meilleur film québécois de l'année. Sa carrière internationale sera ensuite grandement soutenue par le festival de Cannes qui sélectionne ses films les marquants : Le viol d'une jeune fille douce (1968), La mort d'un bûcheron (1973) et surtout La vraie nature de Bernadette. Ce film choc de 1972 pour la société traditionaliste quebécoise suit le destin d'une bourgeoise qui se rêve hippy.

Le réalisateur a partagé la vie de Carole Laure mais aussi de l'actrice et chanteuse Chloé Sainte-Marie, sa dernière compagne, mais attention, il ne les jamais considérées comme des muses : "Quand je change de femme, je change tout, je change de maison, je change d'auto, je change de chat, et je plonge dans un autre univers qui me fascine." Comme si c'était elle qui dessinait sa vie à lui.

À l'annonce de son décès, le Premier ministre du Québec, Jean Charest, à déclaré : "Gilles Carle a été un des cinéastes les plus marquants du Québec, un homme au talent immense et reconnu à travers le monde."

Le gouvernement a offert à la famille la tenue de funérailles nationales. (source Pure People)

Elisabeth-Anne KELLY LEVINE - 24-11-2009

Le Palais Princier de Monaco vient d'annoncer le décès de Madame Elizabeth-Anne Kelly Levine, qui s'est éteinte à l'âge de 76 ans, à Philadelphie, le 24 novembre 2009, des suites d'un cancer. Celle-ci était la soeur de la princesse Grace Kelly (épouse de Rainier III décédée le 14 septembre 1982 à Monaco), et était née en juin 1933.

Son époux Donald C. Levine est mort en 2000, un an après que leur fille prénommée Grace soit décédée. Elle laisse donc seul son fils Chris (membre du Conseil d'Administration de la Fondation Princesse Grace), ses trois petits-enfants, et bien sûr des nièces et neveux, tels que le fameux trio monégasque, et des arrières petits neveux et nièces dont les enfants de Caroline et Stéphanie.

Avec la disparition de celle qui était surnommée Lizanne, s'éteint la dernière figure d'une famille mondialement connue (Margaret et Jack Kelly sont respectivement décédés en 1991 et 1985). Parents et amis sont invités à saluer la famille à l'eglise Sainte-Brigitte, à Philadelphie, demain samedi 28 novembre. S'en suivra une messe aux alentours de midi, à laquelle le Prince Albert devrait être présent.

26/11/2009

Samak SUNDARAVEJ - 24-11-2009

Samak SundaravejL'ancien Premier ministre conservateur est mort d'un cancer à l'âge de 74 ans. Il avait été  nommé en janvier 2008 à la tête d'un gouvernement de coalition pendant neuf mois.

L'ancien Premier ministre conservateur de Thaïlande, Samak Sundaravej, est mort d'un cancer mardi à l'âge de 74 ans, annoncent son entourage et des responsables médicaux.

Samak avait été nommé 25e Premier ministre de Thaïlande en janvier 2008 et demeura à la tête d'un gouvernement de coalition pendant neuf mois.

Samak avait été un proche allié politique de l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra, lequel fut démis de ses fonctions lors d'un coup de force.

Une nomination controversée

La nomination de Samak avait débouché sur des mois d'agitation anti-gouvernementale, les manifestants allant jusqu'à faire le siège de ses bureaux. Les protestataires faisaient valoir que Samak était un chef de gouvernement illégitime parce qu'allié de Thaksin, lequel était accusé de corruption et d'abus de pouvoir.

Samak fut contraint de quitter le pouvoir en septembre 2008, la justice estimant qu'il avait enfreint la législation sur les conflits d'intérêt.

Avant d'être Premier ministre, Samak avait été plusieurs fois ministre, ainsi que gouverneur de la capitale, Bangkok.

Serguei MAGNITSKI - 16-11-2009

MOSCOU (AFP) - Le président russe Dmitri Medvedev a ordonné mardi l'ouverture d'une enquête sur la mort en prison du juriste Sergueï Magnitski, alors que pleuvent désormais les accusations de "meurtre" et les dénonciations des sévices "de routine" infligés dans les geôles russes. Le président "a chargé le procureur général Iouri Tchaïka et le ministre de la Justice Alexandre Konovalov de mener une enquête sur les circonstances de la mort du juriste Sergueï Magnitski", ont rapporté les agences russes, citant la porte-parole du Kremlin Natalia Timakova. 

Dans son attitude, M. Medvedev se distingue de son prédécesseur Vladimir Poutine par une plus grande sensibilité au thème des droits de l'Homme, mais les militants n'en déplorent pas moins une détérioration de leur situation depuis son élection au printemps 2008, avec de multiples assassinats non élucidés. 

Le comité d'enquête du parquet a rapidement réagi à la demande présidentielle en annonçant l'ouverture d'une enquête criminelle pour "non-assistance à personne malade" et "négligence", selon un communiqué. 

Soupçonné d'une fraude fiscale d'un montant de 500 millions de roubles (12 millions d'euros), le juriste était en détention provisoire depuis son interpellation fin 2008 quand il est mort, à 37 ans, le 16 novembre dans une prison de Moscou dans des circonstances controversées. 

Dans son journal, dont des extraits ont été publiés vendredi par le journal d'opposition Novaïa Gazeta, le juriste racontait les conditions épouvantables de sa détention, marquée par l'insalubrité, le froid, la faim et la promiscuité, et ses vains efforts pour obtenir un accès aux soins, alors qu'il souffrait selon ses proches de douleurs rénales aiguës. 

Selon une source dans les forces de l'ordre citée mardi par Interfax, la cause du décès a été établie: "La conclusion du procureur est déjà prête: selon elle, Magnitski est mort d'une insuffisance cardiaque à l'hôpital pénitentiaire". 

Son décès a suscité de vives réactions en Russie comme à l'étranger. 

Ella Pamfilova, la présidente du conseil pour les droits de l'Homme auprès du président russe l'a qualifiée lundi de "meurtre et de tragédie" lors d'une rencontre avec M. Medvedev. "La mort subite en centre de détention est presque devenue une maladie professionnelle pour les entrepreneurs russes", a-t-elle déploré. 

Bill Browder, président du fonds d'investissement Hermitage Capital Management pour lequel travaillait le juriste, a pour sa part qualifié lundi la Russie d'"Etat criminel". 

Sergueï Magnitski a été pris en "otage et ils ont tué leur otage", a-t-il déclaré, accusant les autorités russes d'avoir refusé au juriste un traitement médical pour le pousser à signer de fausses confessions. 

"Magnitski n'est pas mort par hasard. Il est mort parce que des employés corrompus du ministère de l'Intérieur l'ont tué. Ils ont sciemment emprisonné un homme innocent, détruit sa santé et l'ont empêché d'accéder à des soins médicaux", accuse de son côté l'avocat Jamison Firestone, un ancien collègue du défunt, dans une tribune au quotidien Moscow Times. 

"Et l'histoire de Magnitski est d'autant plus épouvantable qu'elle constitue désormais une routine. (...) Des responsables corrompus ouvrent régulièrement des enquêtes criminelles contre des innocents, emprisonnent et tuent des gens et volent impunément", poursuit-il. 

Le quotidien américain Wall Street Journal a lui aussi dénoncé dans un éditorial un "meurtre autorisé par l'Etat". Son homologue français, Le Monde estime pour sa part que "maintenir derrière les barreaux un malade sans qu'il puisse bénéficier d'un traitement médical adéquat relève de la torture".

Haydain NEALE - 22-11-2009

Haydain NEALELe chanteur du groupe canadien R&B Jacksoul, Haydain Neale, est mort dimanche des suites d'un cancer du poumon. Il avait 39 ans.

Son décès survient une semaine avant le lancement du nouvel album de Jacksoul, un disque qui devait marquer le retour du groupe à l'avant-scène.

L'artiste basé à Toronto avait passé les deux dernières années en réhabilitation après avoir été victime d'un accident de la route. En août 2007, son scooter de marque Vespa était entré en collision avec une voiture. Neal avait été blessé à la tête et s'était retrouvé dans le coma.

Le processus de réhabilitation s'était fait de façon lente mais constante. Au cours de six derniers mois, entouré de sa femme Michaela, de sa fille Yasmin et de ses collègues de Jacksoul, il avait pu terminer la production de son album, un disque dont la préparation avait été amorcée il y a presque trois ans.

Comble du malheur, le chanteur avait reçu un diagnostic de cancer du poumon il y a sept mois. Cette nouvelle n'avait cependant jamais été rendue publique.

Malgré les difficultés qu'il a rencontrées, Neal n'a jamais perdu son sens de l'humour et son amour pour la musique, a dit son épouse dans un communiqué.

Jacksoul est l'un des groupes soul canadiens contemporains les plus populaires. La formation s'est notamment distinguée aux Juno Awards et au Prix de la SOCAN.

'Soulmate', le nouvel album de Jacksoul, sera en magasin le 1er décembre sur étiquette Sony Music Canada.

Selon le National Post, les profits liés à la vente de cet album seront versés au Haydain Neale Family Trust.

(source: National Post)

21/11/2009

Corinne GORSE - 19-11-2009

Kriss, de son vrai nom Corinne Gorse, voix emblématique de France Inter et de Fip, est décédée jeudi matin à la suite d'une longue maladie. Son carburant, c'était la gourmandise des autres ; curieuse, drôle, proche des gens - «ils m'ont emportée dans leur salle de bain, dans leur voiture, dans leur cui­sine, alors évidemment, ça crée des liens», disait-elle en guise de boutade. Il suffisait d'entendre les premiers mots de sa voix gouailleuse, espiègle, chaleureuse pour savoir que c'était elle qui parlait. Elle, Corinne Gorse (la fille de l'ancien ministre du général de Gaulle, Georges Gorse, mais elle n'en faisait jamais état) plus connue sous le pseudonyme de Kriss Graffiti par les auditeurs de France Inter et de Fip, dont elle fut l'une des premières animatrices, une «fipette».

Une femme qui se voulait positive dans «un monde sombre» en donnant la parole à des inconnus qu'elle jugeait parfois plus importants que les importants. De «petites lumières individuelles» qu'elle faisait vivre à travers ses interviews et ses chroniques. «Tenter une question comme on trempe son orteil dans la mer», écrivait-elle dans son livre La Sagesse d'une femme de radio. On ne l'entendra plus sur les ondes. Atteinte d'un cancer des poumons, Kriss s'est éteinte jeudi, à 61 ans.

La radio, elle y était entrée presque par effraction, un copain comédien qui lui avait parlé de Pierre Codou et Jean Garetto, producteurs de «L'oreille en coin» sur Inter. Séduits par la repartie de cette jeune fille de 20 ans, ils l'avaient embauchée. Et ce sont eux à nouveau qui l'ont propulsée dans le projet FIP où, immédiatement, Corinne s'est sentie à l'aise. On se souvient de ces flashs sur l'état de la circulation à Paris qui étaient autant de billets d'humeur et d'humour. Par la suite, elle a animé plusieurs émissions - dont «Kriss Crumble» depuis 2005 -, sans jamais se départir de son ton insolite.

source  http://www.lefigaro.fr/

Daul KIM - 19-11-2009

Le top model coréen Daul KIM, 20 ans, a été retrouvée morte jeudi dans son appartement parisien, a-t-on appris vendredi auprès de l'agence Next, pour laquelle elle travaillait depuis octobre. Selon nos informations, la jeune femme a été retrouvée pendue jeudi vers 9h30 au domicile de son ami, dans le 10e arrondissement de la capitale. Daul Kim aurait laissé une lettre explicative laissant à penser qu'il s'agit d'un suicide.  

La mannequin, au sommet d'une belle carrière internationale, avait défilé récemment pour Chanel, Dries Van Noten ou Alexander McQueen. "Elle était un top model et une grande amie pour nous tous chez Next.  Respectez l'intimité de sa famille dans ce grand moment de tristesse", a indiqué l'agence dans un communiqué. "Nous exprimons nos profondes condoléances à la famille de Daul Kim", a déclaré pour sa part son agence à Séoul, Esteem.

Le blog de la jeune femme, intitulé "I like to fork myself", affiche une dernière entrée à la date de jeudi, avec le commentaire "Say I to forever", "dis bonjour à l'éternité". La jeune femme avait commencé à défiler pour de grands couturiers en 2007 et avait récemment participé à une publicité pour les magasins britanniques de vêtements Topshop.


 

Par Alexandra Guillet, le 20 novembre 2009 à 11:49 (source TF1 News)