31/10/2009

Pierre DORIS - 27-10-2009

PARIS (AFP) - L'humoriste et comédien Pierre Doris est décédé mardi soir à Paris des suites d'un cancer du foie à l'âge de 89 ans, a-t-on appris mercredi auprès de ses proches. Pierre Doris, de son vrai nom Pierre Tugot, devait fêter ses 90 ans jeudi.
Comédien au physique rond et à l'humour noir, Pierre Doris avait débuté sa carrière à la fin des années 50. Il écumait les galas et les cabarets dans des one-man shows où il laissait libre cours à une humour acide, en précurseur de Coluche et Pierre Desproges."On me surnommait le Frankenstein du rire, le Dracula de la facétie, voire le pape de l'humour noir. C'était bien beau, mais le public m'assimilait à mes blagues. Il me considérait comme un franc salaud, un bourreau d'enfants, un monstre. Et moi je suis un tendre", confiait-il à L'Aurore en 1978.
En 1971, il montre une nouvelle facette de sa palette d'acteur en tournant pour la télévision "La maison des bois", sous la direction de Maurice Pialat. Il y interprète un garde-barrière au grand coeur recueillant un jeune orphelin, dans un rôle à contre-emploi.

Mais au cinéma, Pierre Doris est souvent abonné aux personnages d'affreux et aux seconds rôles. Il joue dans de nombreuses comédies, dont "Fortunat" (1960) aux côtés de Bourvil et Michèle Morgan, "Clémentine Chérie" (1962) avec Michel Serrault et Philippe Noiret, "Les rois du gag" (1983) de Claude Zidi. En 1981, il prête ses traits au héros de Frédéric Dard, Bérurier, dans "San Antonio ne pense qu'à ça" (1981).


Homme de scène avant tout, il interprète aussi bien des comédies de boulevards ("Assassins Associés", "Oscar"...), des opérettes, que des classiques ("Ubu Roi", "Pygmalion", "Le Barbier de Séville"...), en particulier les pièces de Molière qu'il affectionnait particulièrement après l'avoir découvert sur le tard.

Avec Pierre Doris, "c'est toute une époque de l'humour à la française qui disparaît", a réagi mercredi Frédéric Mitterrand, soulignant que le comédien "incarnait une culture populaire de qualité, faite de bons mots, qu?il devait à une maîtrise parfaite de la langue française".


"Il aurait dû fêter demain ses 90 ans : n'était notre peine, nous pourrions croire qu?il a voulu, une fois encore, nous jouer un tour", ajoute le ministre de la Culture dans un communiqué.

25/10/2009

Paul CARPITA - 24-10-2009

MARSEILLE (AFP) - Le cinéaste engagé Paul Carpita, dont le film "Le rendez-vous des quais" sur la guerre d'Indochine avait été censuré pendant trente-cinq ans, est décédé samedi à son domicile marseillais à l'âge de 86 ans, a-t-on appris auprès de ses proches. Né le 12 novembre 1922 dans la cité phocéenne, fils d'un docker et d'une poissonnière, M. Carpita, prénommé Séraphin mais devenu "Paul" durant la Résistance où il , monte, dès la Libération, des petits documentaires, sorte de "contre-actualités" par opposition aux actualités officielles.


Puis, de 1953 à 1955, il réalise son premier long métrage, "Le rendez-vous des quais", histoire d'amour d'un docker et d'une ouvrière, sur fond de grève des docks en réaction à la guerre d'Indochine.

Dès sa première projection, le film est saisi et interdit par la censure. Il tombera dans l'oubli avant de resurgir en 1989. Lors de sa sortie officielle en 1991, la critique salue en Carpita un "précurseur de la Nouvelle Vague".


"Tourné clandestinement avec des acteurs non-professionnels dans des décors naturels, caméra à l'épaule, il anticipe" le mouvement cinématographique culte de la fin des années 1950, selon le site internet officiel du cinéaste.

Tout au long de sa vie, Paul Carpita a travaillé comme instituteur, faisant tourner ses élèves et ses amis. Courts-métrages ("La récréation", "Marseille sans soleil", "Graines au vent"...) ou films de commande, il parvint à réaliser ses oeuvres loin de Paris et sans grands moyens, épaulé par son épouse Maguy.


"Dès que j'ai su me servir" de la caméra obtenue tout petit, "je l'ai tournée du côté des millions de gens qui ressemblent à papa et maman, les gens humiliés, méprisés", racontait encore récemment à l'AFP ce défenseur d'un cinéma populaire qui avait adhéré très jeune au Parti communiste.

Après "Les sables mouvants" en 1995, M. Carpita signe en 2002 son troisième et dernier long métrage, "Marche et rêve (ou les homards de l'utopie)", une "comédie méridionale" au regard tendre sur trois métallurgistes au chômage, dans la petite ville provençale de Martigues.


M. Carpita préparait un nouveau film provisoirement intitulé "Le Dessin" avec Claude Martino, déjà à ses côtés pour "Marche et rêve".

Pierre Dharréville, secrétaire départemental du PCF des Bouches-du-Rhône, a rendu hommage, dans un communiqué diffusé samedi sur le site du parti, à "un très grand cinéaste, enraciné dans une culture populaire", qui "a toujours été du côté des humbles, de ceux qui luttent, de ceux qui espèrent".

Pierre CHAUNU - 22-10-2009

PARIS (AFP) - L'historien Pierre Chaunu, l'une des grandes figures de l'école historique française, est décédé jeudi soir à son domicile à Caen, à l'âge de 86 ans, a-t-on appris auprès de l'Académie des Sciences morales et politiques dont il était membre.Ancien professeur d'histoire moderne à la Sorbonne, Pierre Chaunu était l'un des fondateurs de l'histoire quantitative qui s'appuie sur les mathématiques et les statistiques, et utilise l'économie et la démographie pour analyser les évolutions historiques. Le grand public le connaissait surtout pour ses cris d'alarme concernant la démographie européenne.


Spécialiste de l'Amérique espagnole et de l'histoire sociale et religieuse de la France des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècle, il est l'auteur de plusieurs dizaines de livres.Né le 17 août 1923 à Belleville (Meuse), "à la lisière du champ de bataille de Verdun", selon ses propres termes, agrégé d'histoire et docteur ès lettres, Pierre Chaunu a commencé sa carrière comme professeur au lycée de Bar-le-Duc en 1947.
Membre de l'école des hautes études hispaniques, il séjourne à Madrid et à Séville jusqu'en 1951. A son retour en France, il est professeur au lycée Michelet de Vanves (1951-1956) avant de poursuivre sa carrière à l'Université.

Entre 1956 et 1959, Pierre Chaunu est chargé de cours à la Faculté des lettres de Paris et attaché de recherches au Centre national de la recherche scientifique (CNRS).
La publication de sa thèse monumentale en douze volumes sur "Séville et l'Atlantique (1504-1650)", de 1955 à 1960, marque un tournant dans la recherche en histoire.Devenu professeur à l'Université de Caen, Pierre Chaunu y fonde en 1966 le Centre de recherches d'histoire quantitative. "Les graphiques des naissances me paraissent plus sûrement annonciateurs que les tendances réunies du Dow Jones, du Nikkeï et du Cac 40; et les réflexions et représentations sur l'au-delà de la mort, plus opérationnelles que la lutte dite des classes et le cours du Brent à Rotterdam", expliquait-il.


Désigné professeur d'histoire moderne à l'Université Paris IV-Sorbonne en 1971, il y enseignera jusqu'à sa retraite.Pierre Chaunu a par ailleurs joué un rôle important dans les instances du CNRS. Il était membre de l'Académie des sciences morales et politiques depuis 1982 et du Haut Conseil à l'intégration depuis 1994.
Auteur prolifique, l'historien a notamment publié "La Civilisation de l'Europe des lumières" (1971), "Démographie historique et système de civilisation" (1974), "La Peste blanche, Comment éviter le suicide de l'Occident ?" (1976), "Un futur sans avenir, Histoire et population" (1979), "Histoire et décadence" (1981), "Trois millions d'années, quatre-vingt milliards de destins" (1990), "Colomb ou la logique de l'imprévisible" (1993), "Charles Quint" (2000).

Marié et père de six enfants, Pierre Chaunu était commandeur de la Légion d'honneur.

Remo FORLANI - 25-10-2009

PARIS (AFP) - Rémo Forlani, la voix du cinéma sur RTL, est mort dimanche matin à 82 ans des suites d'une longue maladie, a annonce dimanche la radio.Rémo Forlani, journaliste cinéma de la radio de la rue Bayard pendant plus de 50 ans, était "une encyclopédie vivante" selon Philippe Labro, ancien directeur de RTL.
Ecrivain, dramaturge, réalisateur et scénariste français, il est né à Paris le 12 février 1927.Il a écrit, en particulier, de nombreux livres sur le cinéma et les chats.

Bruce WASSERSTEIN - 14-10-2009

Bruce Wasserstein, emblématique P-DG de Lazard est mort, annonce la banque américaine qui ne précise pas les causes exactes du décès.

Bruce Wasserstein avait été hospitalisé la semaine dernière pour arythmie cardiaque.

Le vice-président du groupe Steven Golub a été nommé directeur général par intérim avec effet immédiat.

Âgé de 61 ans, il était une figure importante du marché des fusions et acquisitions depuis les années 1970, son dernier fait d'armes en date est son implication dans l'offre de reprise lancée par Kraft Foods sur Cadbury.

Il est devenu célèbre à Wall Street et au-delà par son rôle de conseil dans le rachat, en 1989, de RJR Nabisco par le fonds d'investissement KKR. Jusqu'à il y a peu, il s'agissait de la plus grande LBO (leveraged buy out ou rachat avec effet de levier) de l'histoire.

Bruce Wasserstein a participé à la conclusion de plus de 1.000 transactions représentant plus de 250 milliards de dollars, dont la fusion de Time avec Warner Brothers et le regroupement de Morgan Stanley et de Dean Witter.

L'investisseur Carl Icahn a salué un "bon ami et un type intelligent. L'un des seuls types intelligents de Wall Street."

Le cours de l'action de Lazard a été suspendu dans l'attente de la publication de davantage d'informations. Le titre valait alors 42,77 dollars.

Rédaction de New York, version française Nicolas Delame

Alain CROMBECQUE - 12-10-2009

PARIS (AFP) - Le responsable culturel Alain Crombecque, directeur général du Festival d'automne à Paris et ancien patron du Festival d'Avignon, est décédé lundi à Paris des suites d'un accident cardiaque, à l'âge de 70 ans, a-t-on appris mardi dans son entourage professionnel.Conseiller artistique auprès de Patrice Chéreau au Théâtre Nanterre-Amandiers de 1981 à 1985, ce Lyonnais a dirigé le Festival d'Avignon de 1985 à 1992.
Troisième directeur (après Jean Vilar et Paul Puaux) de cette grande manifestation internationale du spectacle vivant contemporain, Alain Crombecque y a programmé des spectacles aussi marquants que le "Mahabharata" de Peter Brook (1985) et le "Soulier de Satin" mis en scène par Antoine Vitez (1987).

Alain Crombecque était depuis 1993 directeur général du Festival d'automne à Paris, dont il avait assuré la direction artistique de 1974 à 1978.
Dans la droite ligne du fondateur de la manifestation Michel Guy, Alain Crombecque a continué à faire du Festival d'automne un rendez-vous mondial de la création pluridisciplinaire (théâtre, musique, danse, arts plastiques), avec une grande fidélité à certains artistes, tels Bob Wilson et Merce Cunningham.

Homme de l'ombre d'une grande discrétion, mettant ses talents d'organisateur au service de sa passion pour le théâtre, Alain Crombecque a également toujours été à l'affût de talents originaux.
Pour la 38e édition du Festival d'automne, programmée jusqu'au 19 décembre, il avait ainsi parié sur des metteurs en scène émergents adeptes de nouvelles formes, comme le Polonais Jan Klata et le Français Sylvain Creuzevault.

Né le 5 octobre 1939 à Lyon, Alain Crombecque a fait des études de lettres modernes et a été en 1964-1965 vice-président de l'Unef (Union nationale des étudiants de France), où il a été en charge des Affaires culturelles puis internationales.
Il a d'abord mené, de 1968 à 1970, des activités journalistiques et de relations publiques, notamment auprès des metteurs en scène Claude Régy, Jérôme Savary et Alfredo Arias.

Entre 1978 et 1981, il a effectué diverses missions internationales pour le Festival de Nancy animé par Jack Lang. Il a aussi été délégué général de l'association "Premier siècle du cinéma" au côté de Serge Toubiana, de 1993 à 1995.

Jacques CHESSEX - 09-10-2009

GENÈVE (AFP) - Le romancier Jacques Chessex, le seul écrivain suisse à avoir été honoré en France par le Prix Goncourt, est décédé vendredi soir à l'âge de 75 ans, a annoncé le maire d'Yverdon-les-Bains (canton de Vaud), où il s'est écroulé au cours d'un débat sur son oeuvre.Jacques Chessex avait reçu le Prix Goncourt en 1973 pour "L'ogre", décrivant les tourments d'un homme écrasé par l'ombre du père décédé.
Le romancier s'est écroulé vendredi soir une dizaine de minutes après le début du débat dont il était la vedette, a indiqué le syndic (maire) d'Yverdon-les-Bains, Daniel von Siebenthal, à l'agence de presse suisse ATS.

Né le 1er mars 1934 à Payerne (canton de Vaud), Jacques Chessex a publié plusieurs dizaines d'ouvrages. Il considérait "La mort d'un Juste" (1996) et "Le rêve de Voltaire" (1995) comme ses oeuvres les plus abouties.
Outre le Goncourt, l'auteur a reçu de nombreuses distinctions, dont le prix Schiller, le Grand Prix du rayonnement français de l'Académie française, le Ruban de la Francophonie, le Grand Prix du langage français et, récemment, le Prix Jean-Giono

Bruno LUSSATO - 30-09-2009

PARIS (AFP) - Bruno Lussato, qui fut un des premiers à annoncer le triomphe de la micro-informatique sur l'informatique centralisée, est décédé le 30 septembre à l'âge de 76 ans, a annoncé son fils Pierre sur le blog tenu par son père. Né le 25 novembre 1932, Bruno Lussato est décédé au soir du 30 septembre, suite à des "complications liées une infection hospitalière" après avoir subi une opération au début de la semaine, précise son fils.
Professeur et fondateur de la chaire d'organisation au Conservatoire national des arts et métiers, directeur du département informatique de HEC, Bruno Lussato a également enseigné pendant plus de quarante ans à la Wharton School, Université de Pennsylvanie. Il avait été promu en juillet 2007 au grade de commandeur de la Légion d'honneur.

Parallèlement à sa carrière d'enseignant, il a joué le rôle de conseiller auprès d'organisations internationales ou de sociétés.
En 1986, il avait invité à se "rebeller contre la crétinisation universelle" dans son livre-pamphlet "Bouillon de culture".Passionné d'art et de musique classique, il avait achevé en 2006 un ouvrage encyclopédique, de quelque 1.600 pages, sur la tétralogie "L'Anneau du Nibelung" de Richard Wagner, "Voyage au coeur du Ring".
Membre du conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France, Bruno Lussato lui a donné ses archives musicales et son journal (Apocalypsis cum figuris) en plusieurs tomes.

Il a publié une quinzaine d'ouvrages, portant notamment sur l'informatique, la structure de l'entreprise ou plus récemment la "désinformation", en "huit leçons".

Filip NIKOLIC - 16-09-2009

Filip Nikolic, né le 1er septembre 1974 à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) et mort le 16 septembre 2009 à Paris, est un chanteur et acteur français.D'origine serbe[1], il est lancé dans la vague des boys band en 1996, il est leader du groupe 2Be3, avec Frank Delay et Adel Kachermi, connu notamment avec le premier tube Partir un jour. Il était aussi acteur dans une sitcom Pour être libre sur l'histoire du groupe.En 1997, il est intronisé au musée Grévin à Paris.

Il se lance ensuite dans une carrière de comédien. D'abord dans le film américain Simon Sez avec Dennis Rodman, qui n'est pas un grand succés, puis à partir de 2001 dans la série des Navarro jusqu'en 2005, puis à partir de 2006 dans Brigade Navarro. Entre-temps, il participe, en 2006, à l'émission de télé réalité Je suis une célébrité, sortez-moi de là ! sur TF1, terminant à la seconde place.Il fait ses premiers pas au théâtre dans la pièce Viens chez moi, j'habite chez une copine, inspirée du film du même nom, en tournée française de 2006 à 2007. En août 2009, il démarre une tournée théâtrale avec Drôle de parents, aux côtés de Maurice Risch et de Julie Arnold.

Il est retrouvé mort chez lui, le 16 septembre 2009. Selon son avocat, qui a annoncé son décès, il pourrait s'agir d'« un arrêt cardiaque ou un abus de somnifères »[2].

Son premier album solo était en préparation et devait sortir en fin d'année 2009[3].

Il s'était séparé récemment de sa femme et il était pére d'une petite fille, Sasha, née en 2005.

Stephen GATELY - 10-10-2009

The Associated Press -LONDRES - Un chanteur du groupe irlandais Boyzone est décédé alors qu'il séjournait en Espagne, a annoncé dimanche le site web de la formation.
Stephen Gately, 33 ans, était en vacances sur l'île de Majorque avec son conjoint, Andrew Cowles. Les circonstances entourant sa mort demeurent floues. La police espagnole a déclaré qu'elle avait été appelée à une maison près du port d'Andratx, à la pointe occidentale de l'île, samedi après-midi.
Selon un porte-parole des autorités, la cause du décès était inconnue et il n'y avait aucun signe de violence. Il a ajouté qu'une autopsie serait probablement pratiquée.

Boyzone a accumulé les succès en Grande-Bretagne dans les années 1990 et avait annoncé un retour dans le cadre d'une tournée à la fin de l'année dernière.
Stephen Gately a également lancé plusieurs pièces en solo et participé à des comédies musicales, dont "Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat" du compositeur Andrew Lloyd Webber.

Mercedes SOSA - 04-10-2009

The Associated Press

BUENOS AIRES - La chanteuse argentine Mercedes Sosa, la "voix de l'Amérique latine", s'est éteinte dimanche dans un hôpital de Buenos Aires, a annoncé sa famille dans un communiqué. Elle avait 74 ans.
Figure de proue de la chanson populaire et folklorique en Amérique latine, Mercedes Sosa était affectueusement surnommée "La Negra" par ses fans. La "Voix de l'Amérique latine", qui avait enregistré plus de 70 albums, avait été nominée le mois dernier pour trois Grammy Awards latino, pour son dernier album, "Cantora 1", sur lequel elle interprète des grands classiques de la région avec des stars Shakira, Fito Paez, Gustavo Cerati, Julieta Venegas, Joan Manuel Serrat, Joaquin Sabina, Lila Downs ou Calle 13.
Née dans la province de Tucuman, Mercedes Sosa avait commencé sa carrière très jeune, subissant la censure en Argentine de la part des gouvernements militaires en raison de son soutien aux mouvements de gauche. En 1979, en pleine dictature, elle était arrêtée sur scène en plein concert à La Plata, son public étant également interpellé. Elle partait quelques jours plus tard pour l'exil, entre Paris et Madrid, avant de regagner l'Argentine en 1982, pendant les dernières heures de la junte militaire. Les années de la "guerre sale", la répression menée par les militaire auront fait quelque 30 000 victimes, mortes ou disparues, selon les organisations de défense des droits de l'homme.
Parmi les plus grands succès de l'interprète à la voix reconnaissable entre toutes, on trouve "Gracias a la vida" et "Si se calla el cantor".

Derek EDELMAN - 02-10-2009

VARSOVIE (AFP) - Le dernier commandant de l'insurrection héroïque du Ghetto juif de Varsovie contre les nazis en 1943, Marek Edelman, est décédé à Varsovie à l'âge de 90 ans, a annoncé vendredi soir le quotidien Gazeta Wyborcza sur son site internet."Marek Edelman, un des commandants de l'insurrection du Ghetto de Varsovie, combattant de l'insurrection de Varsovie, cardiologue et militant de l'opposition démocratique à l'époque de la Pologne communiste, est décédé à Varsovie", a écrit le journal.
"Il est arrivé à un bel âge. Il est parti comme un homme comblé même s'il a toujours vécu dans la conscience de la tragédie qu'il avait vécue. Je ne veux pas dire qu'il était irremplaçable, personne ne l'est, mais il y avait peu de gens comme Marek Edelman, même dans ses milieux, dans sa génération", a déclaré l'ancien chef de la diplomatie polonaise Wladyslaw Bartoszewski cité par Gazeta Wyborcza."Je tiens à présenter mes condoléances à la famille de Marek Edelman, à la nation polonaise et à la nation juive. Il était notre héros commun", a déclaré à la télévision publique polonaise Shewah Weiss, ancien président de la Knesset.
"Le président Lech Kaczynski a été bouleversé par cette information", a déclaré à la télévision Maciej Wypych, ministre à la présidence polonaise.

Shoichi NAKAGAWA - 04-10-2009

TOKYO - L'ancien ministre japonais des Finances Shoichi Nakagawa, qui avait dû démissionner en début d'année après être apparu dans un état ressemblant à de l'ébriété lors d'une réunion du G-7 à Rome, a été retrouvé mort dimanche, a-t-on appris auprès de la police nippone. Une enquête est ouverte pour déterminer les causes du décès de l'ancien ministre, qui était âgé de 56 ans, selon une porte-parole de la police de Tokyo. C'est son épouse qui a découvert le corps dans la chambre à coucher de leur domicile de Tokyo, d'après la police.
Shoichi Nakagawa avait été obligé de démissionner peu après la réunion des ministres des Finances du G-7 à Rome en février dernier. Lors d'une conférence de presse, il était apparu hébété et confus, avec des difficultés d'élocution. Des images qui avaient tourné en boucle sur les chaînes d'informations internationales.

Le ministre s'était ensuite fait remarquer de nouveau lors d'une visite qui avait suivi au musée du Vatican, touchant des oeuvres exposées et déclenchant une alarme après avoir pénétré dans une zone interdite d'accès.
Shoichi Nakagawa avait expliqué avoir pris des médicaments pour soigner un rhume qui, combinés au décalage horaire, l'avaient rendu assez groggy. Mais l'opposition avait exigé sa démission. L'affaire s'était inscrite dans une série de scandales qui avaient mis à mal le gouvernement de Taro Aso, entraînant des élections anticipées en août dernier.
Originaire de l'île d'Hokkaido, dans le nord du Japon, Shoichi Nakagawa était membre du Parti libéral démocrate (PLD), qui a dirigé le pays de façon presque continue au cours du demi-siècle écoulé. Il avait perdu son siège au Parlement lors des législatives du 30 août, remportées par le Parti démocrate (PDJ), qui a mis en place un gouvernement de coalition.

Patrick SWAYZE - 14-09-2009

LOS ANGELES Né en 1952 à Houston dans l’Etat du Texas, Patrick Swayze est un acteur clé des années 90. En 1987, « Dirty Dancing » lui offre un rôle qui le propulse sur le devant de la scène et lui permet d’allier deux passions : cinéma et danse. Avant d’être acteur, le fils de la chorégraphe américaine Patsy Swayze est avant tout danseur. Il fait d’ailleurs partie des figurants dans une autre comédie musicale, « Grease ».
Pour « Dirty Dancing », l’acteur américain compose et interprète plusieurs chansons dont le tube « She’s like the wind ».

C’est avec Demi Moore qu’il partage l’affiche de « Ghost » en 1990. Ce film lui ouvre les portes d’Hollywood et en fait un acteur culte. Il joue ensuite dans plusieurs bons films : Point Break, La cité de la joie, The player,… Mais il ne retrouvera plus le succès de « Ghost » ou « Dirty Dancing ».

Son physique lui permet d’enchaîner quelques navets où il joue les gros bras : Road House, Black Dog, Lettres à un tueur ,…
En 2004, l’acteur/danseur fait une apparition dans « Dirty Dancing 2 », clin d’œil à son premier film à succès.

Patrick Swayze était marié à Lisa Niemi avec qui il n’avait pas d’enfants.

Simon BERRYER dit SIM - 06-09-2009

L'humoriste et comédien Sim est décédé dimanche matin d'une embolie à Saint-Raphaël (Var), a-t-on appris auprès du service de presse de France-3, diffuseur de la série "Louis la brocante" dans laquelle il avait joué. Artiste très populaire, notamment auprès des téléspectateurs à travers son personnage travesti de la "baronne de la Tronche-en-biais", Sim -Simon Berryer de son vrai nom- était âgé de 83 ans.

En son hommage, l'épisode de la série "Louis la brocante" intitulé "Le mystère du viager" dans lequel il jouait, sera rediffusé ce dimanche soir à 20h35, a précisé France-3. Vétéran de l'émission de radio culte de Philippe Bouvard sur RTL "Les Grosses Têtes" depuis son lancement au milieu des années 70, Sim était aussi connu pour une multitude de petits rôles au cinéma dans de grands succès au box-office, comme "Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause" de Michel Audiard (1970) ou "Pinot, simple flic" (1984), mais aussi dans des oeuvres plus intimistes comme "La Voce della luna" de Federico Fellini 1990. Son dernier personnage sur grand écran fut celui du vieillard Agecanonix dans l'adaptation de "Astérix et Obélix aux Jeux olympiques" de Thomas Langmann et Frédéric Forestier (2008). Amuseur public né, assumant son physique hors du commun, Sim a également signé de nombreux livres depuis "Elle est chouette ma gueule", une autobiographie de 1984 à "Et la retraite, bordel?" (2009).

Côté musique, il a interprété une dizaine de chansons dont quelques grands succès. L'on souvient de son duo à succès avec Patrick Topaloff "Où est ma chemise grise?", sur l'air du tube "You're the One that I Want" de John Travolta et Olivia Newton-John dans "Grease" (1978) ou "Quoi, ma gueule?" (1980). A la fin des années 80, il montait sur scène au théâtre, dirigé par son ami Victor Lanoux qu'il devait rejoindre en 2003 dans "Louis la brocante", série dans laquelle il jouera régulièrement jusqu'en 2006. (source La Libre Belgique).

Jean-Claude MASSOULIER - 03-09-2009

Le chanteur et comédien Jean-Claude Massoulier, qui avait enregistré une quinzaine de disques et tourné dans une vingtaine de comédies, est mort à Vannes (Morbihan), à l’âge de 77 ans, a annoncé sa famille hier dans le quotidien l'Alsace. Jean-Claude Massoulier a écrit les textes de nombreuses chansons pour Les Frères Jacques, Marcel Amont, Philippe Clay, les Compagnons de la Chanson, Jean Ferrat, Marie-Paule Belle. Au cinéma, Jean-Claude Massoulier a surtout tourné avec Serge Korber (Un idiot à Paris, La petite vertu, Je vous ferai aimer la vie, A notre regrettable époux), Claude Chabrol (Les sept péchés capitaux), Jean Yanne (Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil), Pierre Richard (Je suis timide mais je me soigne), Christian-Jaque («La vie parisienne »).