24/09/2006

Malcolm ARNOLD - 23.09.2006

Décès du compositeur Malcolm Arnold, premier Britannique oscarisé



LONDRES (AP) -- Le compositeur Malcolm Arnold, premier Britannique a gagner un Oscar, est décédé samedi à l'âge de 84 ans suite à une courte période de maladie, a déclaré son partenaire.
Sir Malcolm Arnold avait gagné un Oscar en 1958 pour la musique originale du film "Le pont de la rivière Kwaï". Il est décédé samedi dans un hôpital du comté de Norfolk, dans l'est de l'Angleterre, suite à une infection thoracique, a déclaré Anthony Day, son compagnon depuis 23 ans.
Arnold a composé plus que 130 bandes originales, dont celles de "L'auberge du sixième bonheur", qui lui a valu le prestigieux prix Ivor Novello en 1958, de "Chaussure à son pied", ou encore de "Whistle down the wind".
Il a également composé neuf symphonies, sept ballets, deux opéras, un musical et plus de 20 concertos. Il a été fait Commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique en 1970. AP

Bernard PERPETE - 18.09.2006

Le comédien et animateur de télévision et radio Bernard Perpète est décédé lundi à l'âge de 45 ans, a annoncé lundi RTL-TVI dans son journal télévisé.

Bernard Perpète, âgé de 45 ans, avait notamment animé les émissions de télévision Bon week-end et Double 7 pour la RTBF. Il travaillait désormais pour des projets de RTL.

Il poursuivait également une carrière théâtrale.

Bernard Perpète avait été hospitalisé à Charleroi il y a quelques jours pour ce qu'il pensait être une mauvaise grippe. Il est décédé lundi après-midi, a précisé le Journal télévisé de RTL-TVI.

Jean-Claude CARPENTIER - 18.09.2006

Le cancer a finalement eu raison du courage de Jean-Claude Carpentier, bourgmestre ff de Mons

MONS C'est avec une tristesse immense, la voix tremblante, qu'Elio Di Rupo, bourgmestre en titre de Mons, a annoncé, hier matin, le décès de Jean-Claude Carpentier, l'homme à qui il avait confié les clés de la ville le temps de sa mission à la tête de la Région wallonne.

Très affaibli par un cancer contre lequel il a lutté pendant dix ans, le bourgmestre faisant fonction de Mons, âgé de 64 ans, a fini par baisser sa garde face à la maladie qui a eu raison de lui au cours de la nuit de dimanche à lundi, à 2 h 30. "Il s'est éteint cette nuit à l'hôpital Ambroise Paré, après avoir reçu la visite de son fils qui était à l'étranger et qui a juste eu le temps de revenir pour voir son père, une dernière fois . Vendredi soir, il a dû malheureusement être à nouveau hospitalisé, sa maladie s'étant subitement aggravée, a expliqué, hier midi, Elio Di Rupo, visiblement très affecté par la disparition d'un ami. Cela fait une dizaine d'années qu'il vivait avec cette maladie qu'il a gérée avec un courage exceptionnel. Il savait que l'issue serait fatale. Mais, même sachant cela, il avait la volonté d'arriver aux élections communales."

Et de reprendre, une fois le scrutin passé, du moins s'il en avait encore la force, son rôle de bourgmestre ff. Une position qu'il a occupée pendant un peu moins d'un an, depuis le 5 octobre 2005. "Quand je lui ai demandé de me remplacer à la ville, il m'a dit qu'il se sentait apte à assurer sa tâche et depuis un an, il a travaillé comme peu de personnes le peuvent. Quelques heures avant d'entrer à l'hôpital, vendredi, il travaillait encore."

Échevin pendant 18 ans, bourgmestre ff pendant 1 an, président du CPAS pendant 10 ans, ancien collaborateur de 10 ministres, Jean-Claude Carpentier était un dinosaure de la politique montoise. Ce qu'on retiendra de ce municipaliste convaincu, c'est une intégrité absolue et une humilité incomparable dans le monde politique. Bien qu'ayant occupé d'importantes fonctions, il n'a jamais quitté sa petite maison de cité à Hyon où il partageait un bonheur sans ombre depuis quarante ans avec son épouse Jeanine, jusqu'au jour où cette maudite maladie en a décidé autrement.

16/09/2006

Oriana FALLACI - 15-09-2006

ROME (AFP) - La journaliste italienne mondialement connue, Oriana Fallaci, dont les essais au vitriol contre l'islam ont suscité d'énormes polémiques, est morte dans la nuit de jeudi à vendredi à Florence à l'âge de 77 ans.

Au-delà des controverses, "La Fallaci" comme l'appelaient les Italiens, a aussi été une grande intervieweuse des puissants du monde et un écrivain reconnu avec des romans comme "Lettre à un enfant jamais né (1975), "Un homme" (1979) ou "Inchallah" (1990).

Cette passionaria du journalisme - visage fin encadré de cheveux bruns, une cigarette le plus souvent au bout des doigts - se battait depuis plusieurs années contre un cancer. Elle est décédée dans une clinique privée de Florence, la ville où elle était née le 29 juin 1929.

Vivant la plupart du temps à New York, elle avait été hospitalisée il y a quelques jours, selon l'agence Ansa.

Cette ancienne reporter de guerre avait fait scandale avec "La rage et l'orgueil", un brûlot antimusulman qui lui a valu des poursuites en justice, en France notamment par des associations antiracistes qui avaient perdu leur procès.

Cet ouvrage, écrit sous le choc des attentats du 11 septembre qu'elle avait vécus sur place, le plus vendu de l'année 2002 en Italie, était devenu un best-seller mondial.

Cette fille de résistant antifasciste y dénonçait violemment la culture musulmane, considérée comme inférieure à la culture occidentale et y alignait les phrases à connotation raciste comme "les fils d'Allah se multiplient comme des rats".

Elle affirmait que les imams sont "d'une manière ou d'une autre les guides spirituels du terrorisme" et que les mosquées "surtout en Italie (...) grouillent jusqu'à la nausée de terroristes ou aspirants terroristes".

Dans la même veine scandaleuse, elle avait ensuite publié "La force de la raison" (2004) où elle dénonçait la démission de l'Occident face à l'islam puis une "auto-interview" tout autant controversée ("Orianna Fallaci interviewe Oriana Fallaci", 2004), écrite parce qu'elle avait "la mort sur elle" et encore tant de choses à dire.

Passée de la gauche, qui se déchaînera contre elle, à la droite où elle a été soutenue par le parti populiste de la Ligue du Nord, Oriana Fallaci se définissait comme une "athée chrétienne", une non croyante attachée à l'identité chrétienne.

Déjà très malade, elle avait été discrètement reçue par le pape Benoît XVI le 30 août 2005. Elle avait pourtant dans ses essais vivement critiqué l'Eglise catholique qui manquait à ses yeux de vigilance contre l'islam.

Entrée adolescente dans la résistance antifasciste, elle avait commencé sa carrière de journaliste à l'âge de 17 ans et couru tous les champs de bataille - de la guerre du Vietnam au Proche-Orient - notamment pour le Corriere della Sera, collaborant aussi à de nombreuses publications étrangères.

Elle s'est rendue célèbre pour ses interviews sans concession des puissants - Yasser Arafat, Indira Gandhi, Golda Meir, Deng Xiaoping - et a été l'une des rares femmes à interviewer Khomeiny en 1979.

La seule histoire d'amour connue de cette célibataire est sa liaison avec l'opposant au régime des colonels grecs assassiné, Alekos Panagoulis.

Le chef du gouvernement italien Romano Prodi a rappelé qu'il n'avait pas été d'accord avec les derniers livres de la journaliste tout en reconnaissant que ses analyses "obligeaient à réfléchir", tandis que le chef de l'opposition Silvio Berlusconi
saluait "une grande journaliste qui n'avait jamais renoncé à sa liberté de penser.

09/09/2006

Steve IRWIN -04.09.2006

L'Australie appelée à se parer de kaki en hommage à Steve Irwin

BEERWAH (AFP) - Les fans du "chasseur de crocodile" australien Steve Irwin, qui a succombé lundi à une piqûre de raie, ont appelé l'Australie à honorer sa mémoire en revêtant sa couleur fétiche: le kaki.

L'initiative est partie d'internet où les fans de l'animateur de documentaires animaliers ont fait circuler des courriels appelant tous les aficionados à porter, vendredi, "quelque chose de kaki à la mémoire d'un grand homme".

Irwin, 44 ans, était en train de tourner dans la Grande Barrière de corail un documentaire intitulé "Mortel Océan" quand il a été attaqué par une raie pastenague. Il a été piqué par le dard de l'animal en pleine poitrine.

L'animateur et aventurier était une véritable icône en Australie où son décès brutal a provoqué une onde de choc.

Le journal Sydney's Daily Telegraph a rapporté que plusieurs hommes politiques du pays allaient observer la consigne, dont le leader de l'opposition travailliste, Kim Beazley, qui portera vendredi un pantalon kaki tandis que le Premier ministre de la Nouvelles-Galles-du-sud Morris, Iemma envisageait d'arborer, une cravate kaki.

Un réseau de radio australien (ARN) s'est également joint à l'intiative en organisant une opération "vendredi kaki" pour récolter des fonds pour la fondation de Steve Irwin dédiée à la protection des animaux sauvages.

Le gouvernement du Queensland (nord-est) avait proposé d'organiser des funérailles d'Etat pour l'aventurier mais sa famille a décliné l'offre, affirmant que "c'était quelqu'un comme les autres".

John Stainton, producteur et ami de long date du "Crocodile Hunter" (chasseur de crocodile) , a indiqué à la presse qu'un office privé se tiendrait dans la semaine mais qu'une cérémonie publique, où entre 5.000 et 50.000 personnes sont attendues, aurait lieu d'ici deux semaines.

Giacinto FACCHETTI - 04.09.2006

Disparition - Décès de Giacinto Facchetti

Giacinto Facchetti, ancien capitaine de l'équipe d'Italie et président de l'Inter Milan, est décédé lundi. Cet ancien défenseur latéral était un des symboles des Nerazzurri, dont il a porté le maillot de 1961 à 1978 (634 matches), avant de rejoindre l'encadrement et d'accéder à la présidence du club en 2004. Sa carrière professionnelle correspond à l'âge d'or de l'Inter : son palmarès comprend notamment quatre championnats d'Italie, deux Coupes d'Europe des clubs champions (1964, 1965), autant de Coupes intercontinentales.

Héraut du catenaccio qu'il appliquait avec une correction exemplaire, Facchetti avait également brillé en sélection. Ses 94 capes, dont 70 en tant que capitaine, lui ont permis de remporter le Championnat d'Europe en 1968 et d'accéder à la finale de la Coupe du monde en 1970. « Aujourd'hui nous a laissés le 19e président de l'histoire de l'Inter, le champion "nerazzurro" et l"azzurro" jamais oublié et inoubliable, le dirigeant italien estimé par la Fifa et l'UEFA, le mari, le père, le grand-père et l'ami », publie en hommage le site internet de l'Inter.

Remy BELVAUX - 04.09.2006

Rémy Belvaux, le réalisateur belge du film C'est arrivé près de chez vous, qui avait lancé en 1992 la carrière de son compatriote Benoît Poelvoorde, est décédé lundi, a rapporté mercredi la télévision belge RTL-TVI.

Né en 1966 à Namur, Rémy Belvaux est le frère du réalisateur Lucas Belvaux (La raison du plus faible) et du metteur en scène Bruno Belvaux (Modèle déposé). A Bruxelles, le distributeur en Belgique de La raison du plus faible, Cinéart, a indiqué n'avoir aucune information sur les circonstance du décès.

Vers la publicité

Dans C'est arrivé près de chez vous, une première réalisation immédiatement élevée au rang de film-culte, dont il avait également co-écrit le scénario, Rémy Belvaux incarnait Rémy, le journaliste de télévision accompagnant Ben, l'inoubliable tueur en série joué par Poelvoorde, dans ses pérégrinations morbides.

Rémy Belvaux s'était ensuite tourné vers la réalisation de films de publicité et habitait Paris. Ces dernières années, ses spots pour les marques SFR et Charal lui avaient valu des récompenses dans les festivals spécialisés.

03/09/2006

Nellie CONNALLY - 02.09.2006

Mort de Nellie Connally, dernière passagère survivante de la limousine dans laquelle a été tué John Fitzgerald Kennedy

AUSTIN, Texas (AP) - Nellie Connally, la dernière survivante parmi les passagers de la limousine à bord de laquelle le président américain John Fitzgerald Kennedy a été assassiné, est morte à l'âge de 87 ans, a annoncé samedi sa famille. Nellie Connally, veuve du gouverneur John Connally, est s'est éteinte vendredi dans son sommeil à Austin, au Texas, a précisé Julian Read, ancien attaché de presse du gouverneur, dans les années 1960.

Elle avait déclaré que l'image la plus dure qu'elle gardait du 22 novembre 1963, jour de l'assassinat de JFK à Dallas, était un mélange de sang et de roses.

"C'est l'image de roses jaunes et rouges et du sang partout sur la voiture... sur nous", avait-elle déclaré en 2003, dans un entretien à l'Associated Press. "je ne l'oublierai jamais. ...Cela a été si rapide et si court, si fort."

Alors que la limousine conduisait les couples Connally et Kennedy à travers la foule de Dallas, Nellie Connally se tournait vers le président américain, qui était assis derrière elle, et lui déclarait : "M. le président, vous ne pouvez pas dire que Dallas ne vous aime pas".

Presque immédiatement, elle entendait le premier de ce qu'elle avait estimé plus tard être trois coups de feu rapprochés. AP

 Gyorgy FALUDY - 01.09.2006

Décès du poète et traducteur hongrois György Faludy- 01.09.06 

BUDAPEST (AP) - Le poète et traducteur György Faludy, une des plus grandes figures de la littérature hongroise du XXème siècle, est mort vendredi à l'âge de 95 ans, ont annoncé ses proches cités par l'agence de presse MTI.

Né dans une famille juive de Budapest en 1910, Faludy devint célèbre dans les années 30 pour ses traductions du poète français du XVème siècle François Villon, avant de fuir la Hongrie et l'antisémitisme en 1938. Revenu après la seconde guerre mondiale, il fut incarcéré en 1950 dans le sinistre camp de travail de Recsk par le régime communiste hongrois.

Dans le camp, il continua à composer, ses vers étant mémorisés par ses camarades de détention, exercice collectif qui permit à ses poèmes de passer à la postérité. Il fut libéré en 1953 lorsque ce camp, dont l'existence était restée secrète, fut fermé après la mort de Staline.

Faludy quitta une nouvelle fois la Hongrie en 1956, passant les 33 années suivantes en exil, en Europe puis au Canada dont il obtint la nationalité.

Il regagna son pays en 1989, peu après la première publication de son autobiographie "Mes jours heureux en enfer" en Hongrie, où son oeuvre était interdite depuis des décennies. Ce livre, publié pour la première fois en anglais en 1962, est considéré comme un précurseur de l'oeuvre d'Alexandre Soljénitsyne sur le Goulag soviétique.

Ses funérailles auront lieu le 9 septembre au cimetière Fiumei uti de Budapest. AP

02/09/2006

Glenn FORD - 30.08.2006

 

GLENN FORD DECEDE A 90 ANS - 30.08.2006

 

Glenn Ford, qui a campé des personnages puissants et profonds dans des films tels que "Graine de violence" et "Gilda", est décédé à l'âge de 90 ans, a déclaré la police.
Les services médicaux dépêchés à son domicile de Beverly Hills mercredi l'ont retrouvé mort, selon Terry Nutall, un policier qui a précisé qu'aucune cause suspecte n'était envisagée.
L'acteur américain d'origine québécoise avait subi une série d'attaques dans les années 1990. Le 1er mai dernier, sa santé fragile l'avait contraint à annuler une fête en forme d'hommage organisée pour ses 90 ans au célèbre théâtre égyptien Grauman de Hollywood.
Sidney Poitier, son partenaire dans "Graine de violence" (The Blackboard Jungle), se souviendra de lui comme d'un "remarquable acteur". "Il avait ces qualités magiques qui sont intangibles et qui crèvent immédiatement l'écran. C'était une star", a-t-il dit en apprenant le décès de Glenn Ford.
Connu pour ses nombreux rôles dans des films westerns et policiers, l'artiste prolifique jouera notamment dans deux classiques du film noir: d'abord sous la direction du réalisateur allemand Fritz Lang dans "Règlements de compte" (The Big Heat) et sous Charles Vidor dans "Gilda" où il donne la réplique à la plantureuse rousse Rita Hayworth.
Né à Sainte-Christine-d'Auvergne près de Québec le 1er mai 1916, Glenn Ford s'installe avec sa famille en Californie à l'âge de huit ans. D'abord attiré par la médecine, il est gagné par le théâtre avant d'être remarqué par un dépisteur et fait ses débuts dans un long métrage au cinéma en 1939 dans "Heaven with a Barbed Wire Fence" (Paradis avec barrière de barbelé).
Durant la Seconde Guerre mondiale, il s'enrôlera dans la Marine et sera envoyé en France.
Il poursuivra ensuite sa longue carrière de 53 ans constituée d'un grands nombre de films westerns, policiers, d'action, mais aussi de comédies. Sa filmographie compterait 85 oeuvres, de 1939 à 1991, selon "The Film Encyclopedia".
Outre ses rôles dans "Gilda" et "Règlements de compte" (The Big Heat), il jouera les cow-boys notamment dans "3h10 pour Yuma", "Cowboy", "Texas", et "La première balle tue" (The Fastest Gun Alive).
Il apparaîtra aussi dans des films de guerre tels que "Paris brûle-t-il?" ou "La bataille de Midway". Parmi ses rôles les plus récents, on le retrouvera dans le "Superman" de 1978 où il jouait le père adoptif de Clark Kent.
Dans les années 1970, il fera ses débuts à la télévision dans "The Brotherhood of the Bell" et jouera également dans "La famille Holvak".
Sa dernière apparition au cinéma date de 1993 dans "Tombstone".
Marié à trois reprises, Glenn Ford avait un fils. AP

Naguib MAHFOUZ - 30.08.2006

LE CAIRE (AP) - Il était le premier écrivain de langue arabe à avoir obtenu le prix Nobel de littérature. Naguib Mahfouz, qui a toujours défendu la tolérance et la modération, se prononçant même pour la paix avec Israël, s'est éteint mercredi à l'âge de 94 ans.

L'auteur notamment de la trilogie "L'Impasse des deux palais", "Le Palais du désir" et "Le Jardin du passé" avait été admis dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital de la Police du Caire le 19 juillet dernier, après s'être blessé à la tête en chutant dans sa maison. Il est décédé après une subite aggravation de son état la semaine dernière, a précisé son médecin, le Dr Hossam Mowafi.

Il avait reçu en 1988 le prix Nobel de littérature, devenant ainsi le premier écrivain de langue arabe à recevoir la prestigieuse récompense. Cette distinction avait mis sur le devant de la scène un homme déjà connu comme un des auteurs les plus aimés du Moyen-Orient, à la réputation d'excellence, prônant la tolérance religieuse.

Mais en 1994, l'écrivain survit à une tentative d'assassinat. Il est blessé d'un coup de couteau dans la capitale pour son livre "Les Fils de la Médina", jugé blasphématoire pour ses références à Jésus, Moïse et Mahomet. Le roman avait d'abord été publié en 1959 dans la presse égyptienne, avant d'être interdit par les islamistes.

Mais c'est une fatwa lancée en 1989 par le radical égyptien Cheikh Omar Abdel-Rahman, ensuite reconnu coupable d'avoir préparé le premier attentat contre le World Trade Center, qui sera à l'origine de l'attaque. Le livre sera toutefois publié au Liban. L'attaque paralyse sa main droite. Et celui qui rédigeait ses romans à la main est désormais incapable d'écrire correctement.

Cela ne l'empêche pas de poursuivre sur un rythme effréné. Au cours des dernières années de sa vie, il continue à travailler, rédigeant des nouvelles, parfois de quelques paragraphes seulement, les dictant à un ami également chargé de lui lire la presse. Sa dernière oeuvre majeure a été publiée en 2005. Il s'agit d'un recueil d'histoires sur la vie après la mort intitulé "Le Septième Paradis".

"J'ai écrit 'Le Septième Paradis' parce que je veux croire que quelque chose de bien se produira après ma mort", expliquait l'auteur à l'Associated Press pour son 94e anniversaire en décembre dernier.

A travers 34 romans, cinq pièces de théâtre et des vingtaines de nouvelles et essais, Naguib Mahfouz a décrit avec un réalisme saisissant la vie quotidienne du M. Tout le monde égyptien, entre tradition et modernité. Souvent, le lieu où se déroulait ses romans ne s'éloignait guère du "Caire islamique", le quartier vieux d'un millier d'années où l'auteur a vu le jour en 1911.

Enserrée dans l'agglomération moderne du Caire, la vieille ville aux prestigieuses mosquées est notamment le théâtre de sa Trilogie, publiée dans les années 1950. Elle décrit les aventures et mésaventures de la famille d'un commerçant musulman qui n'est pas sans rappeler celle de l'écrivain lui-même.

Naguib Mahfouz était également très impliqué politiquement, tout en conservant une position modérée. Il prônait le droit des Palestiniens à disposer d'un Etat indépendant et critiquait la politique étrangère américaine dans la région. Mais, à l'inverse d'une majorité de romanciers, écrivains et artistes, il avait soutenu les accords de paix entre l'Egypte et Israël en 1979.

L'écrivain a accompli la majeure partie de sa carrière comme fonctionnaire, travaillant notamment au ministère de la Culture jusqu'à sa retraite professionnelle à 60 ans.

Ses obsèques militaires seront organisées jeudi au Caire. Il laisse derrière lui sa femme, Attiyatullah, et deux filles.

Le raïs égyptien Hosni Moubarak a salué la mémoire d'un écrivain qui a fait "reconnaître la littérature arabe à travers le monde", "diffusant à travers ses écrits les valeurs de la tolérance contre l'extrémisme".

En France, le président Jacques Chirac a souligné que l'auteur avait "dépeint avec coeur, finesse et réalisme la société égyptienne".

Joe ROSENTHAL - 21.08.2006

Décès du photographe américain Joe Rosenthal

SAN FRANCISCO (AFP) - Le photographe Joe Rosenthal, devenu célèbre grâce à la photographie de Marines érigeant le drapeau américain sur un champ de bataille au Japon lors de la deuxième guerre mondiale, est mort à 94 ans en Californie, indique lundi le San Francisco Chronicle.

Né le 9 octobre 1911 à Washington, le photographe est mort pendant son sommeil dans une maison de retraite, a indiqué le journal.

Lauréat du prix Pulitzer, Joe Rosenthal a été accusé d'avoir fait poser les sujets de la photo, ce qu'il a toujours nié.

Travaillant pour l'agence américaine Associated Press, il suivait les Marines lors de combats meurtriers dans l'île de Iwo Jima (Japon) lorsqu'il a fait cette fameuse photo.

Ce cliché en noir et blanc montre quatre soldats en train de planter le bannière étoilée sur le champ de bataille du Mont Suribachi, pendant la bataille pour la prise de cette île au cours de laquelle les Japonais ont perdu près de 20.000 hommes et les Américains plus de 6000.

Cette photo est immortalisée par un monument érigé en 1954 à Washington à la gloire des Marines.