08/01/2006

Alan BULLOCK - 02.02.2004

Décès de l'historien britannique Alan Bullock, spécialiste de Hitler

Cliquez sur l'image pour l'agrandirLONDRES (AFP) - L'historien britannique Alan Bullock, auteur en 1952 de la toute première biographie d'Adolf Hitler, intitulée "Hitler: étude d'une tyrannie", est décédé lundi à Londres à l'âge de 89 ans, a-t-on appris mercredi.

Spécialiste d'histoire contemporaine, il avait approfondi ses travaux sur le nazisme dans une double biographie publiée en 1991 et intitulée "Hitler et Staline: des vies parallèles".

Alan Louis (en l'honneur de Robert Louis Stevenson) Charles (en l'honneur de Charles Dickens) Bullock était né le 13 décembre 1914 à Trowbridge (Wiltshire, sud de l'Angleterre). Son père était jardinier et pasteur de l'église unitarienne. Sa mère était une domestique.

Après des études secondaires à Bradford (Lancashire, nord-ouest de l'Angleterre), où la famille s'était installée, il avait étudié l'histoire contemporaine à Oxford.

Souffrant de crises d'asthme, Alan Bullock n'avait pas été appelé sous les drapeaux pendant la Seconde guerre mondiale et avait rejoint la BBC.

A la fin des hostilités, il avait plongé dans les archives du Troisième Reich et les minutes du procès de Nuremberg.

En 1952, Lord Bullock avait fondé le St Catherine's College à Oxford, destiné à l'origine à accueillir des étudiants trop pauvres pour financer des études universitaires.

Parallèlement à ses activités de professeur d'histoire, il avait écrit plusieurs autres livres et rédigé des rapports pour le gouvernement britannique. En 1972, il avait défini les fondamentaux de l'enseignement de l'anglais pour Margaret Thatcher, alors ministre (conservatrice) de l'Education.

Il avait ensuite rendu un rapport sur la démocratie industrielle en 1977, dans lequel il souhaitait que les ouvriers siègent à égalité avec les actionnaires dans les conseils d'administration des entreprises.

L'historien avait aussi été actif dans les médias et les arts. Après avoir travaillé à la BBC, il avait été directeur du journal dominical The Observer (1977 à 1981) et, de 1973 à 1980, avait présidé la Tate Gallery.

Alan Bullock, dont la devise était "Bullock par le nom, Bullock ("bouvillon", en anglais) par nature", avait été anobli en 1972. Il était membre de la British Academy depuis 1967.


Ann MILLER - 22.01.2004

Décès de la comédienne Ann Miller
23 Jan. 
12h20
L'actrice américaine
Ann Miller, qui connut un certain succès dans les années quarante et cinquante, est décédée ce 22 janvier à l'âge de 81 ans des suites d'un cancer. Après une enfance difficile, elle fait ses débuts sur les planches à 11 ans, et à l'écran à 15. On la retrouve en 1937 aux côtés de Ginger Rogers dans Pension d'artistes de Gregory La Cava, et dans Vous ne l'emporterez pas avec vous de Capra, puis dans des films à petit budget de la RKO. Mais c'est la MGM -avec qui l'actrice est en contrat depuis Parade de printemps en 1948 avec Fred Astaire et pour lequel elle remplace au pied levé Cyd Charisse- qui emploiera cette championne des claquettes (elle revendique le record avec plus de 500 "coups" par minute) dans de nombreuses comédies musicales. Ann Miller, dont la vie sentimentale est très mouvementée, ne sera cependant jamais une actrice de premier plan. A plus de 60 ans, elle triomphe dans un spectacle de Broadway avec Mickey Rooney, et, en 2001, David Lynch l'engage pour jouer Coco, l'énigmatique gérante de l'appartement dans le vénéneux Mulholland Drive. Reuters

Helmut NEWTON - 23.01.2004

HELMUT NEWTON - 23.01.2004
 
LOS ANGELES (AFP) - 24/01/2004 06h42 - Le photographe australien Helmut Newton est décédé accidentellement vendredi à 83 ans à Hollywood, royaume du glamour qu'il avait immortalisé avec ses célèbres clichés.

L'un des photographes les plus connus au monde, Helmut Newton s'était spécialisé dans les photos de mode pour les magazines Vogue, dont il était l'un des piliers, ou Elle.

Cet homme élégant était également considéré comme un maître de la photo érotique, notamment avec sa série des "Big nudes" ("les grands nus"), des clichés grand format noir et blanc qui avaient fait scandale à leur sortie dans les années 80.

Le photographe est décédé dans un hôpital californien après avoir perdu le contrôle de son véhicule en sortant d'un hôtel chic sur le célèbre Sunset Boulevard d'Hollywood, le Chateau Marmont, fréquenté par des vedettes du cinéma et de la mode.

Vers 12H00 (20H00 GMT), "M. Newton était en train de quitter le parking de l'hôtel lorsque son véhicule a brusquement accéléré, a traversé la rue et s'est écrasé contre un mur", a expliqué un porte-parole de la police de Los Angeles, don Cox. "Il a été transporté à l'hôpital Cedars Sinai où il est décédé peu après son arrivée", a-t-il ajouté.

Des témoins ont indiqué que le photographe se trouvait seul dans son véhicule et que le choc avait été violent.

Helmut Newton est né le 31 octobre 1920 à Berlin. Très tôt, il se passionne pour la photographie, ce qui lui vaut de se faire exclure de l'école. A 16 ans, il entre comme apprenti chez l'un des photographes les plus réputés de Berlin, Elsie Simon, chez qui il apprend le métier durant deux ans.

Mais, en 1938, pour échapper les persécutions nazies, Newton, qui est juif, fuit à Singapour. Il y est embauché, comme photo-journaliste, par le quotidien Singapore Straits Times, qui le renvoie pour incompétence au bout de deux semaines. Il rejoint l'Australie, dont il a la nationalité, et s'enrôle dans l'armée.

En 1948, Newton épouse l'actrice June Brunell, connue sous le nom d'Alice Springs, et après avoir ouvert un petit studio à Melbourne, commence à travailler pour Vogue France en 1961. Débute alors une fructueuse collaboration d'un quart de siècle.

Il travaille également avec les plus célèbres magazines de mode ou de charme sur papier glacé, comme Playboy, Queen, Nova, Marie-Claire et Elle. Cela fait de lui l'un des photographes internationaux les plus chers, avec des honoraires journaliers de 5.000 euros.

"Je n'ai quasiment pas changé ma manière de photographier depuis que je suis enfant", a-t-il expliqué l'an dernier au journal canadien National Post.

Après s'être installé à Paris, le photographe, célèbre pour ses lunettes fumées cerclées, partage les dernières années de sa vie entre Monte-Carlo, où il possédait une résidence, et les Etats-Unis.

Il avait été récompensé par les plus hautes distinctions artistiques et avait été fait "Chevalier des Arts et des Lettres" en France en 1989.

Ticky HOLGADO - 22.01.2004

Ticky Holgado
Acteur français

Né(e) le 24 Juin 1944 à Toulouse (France)
Mort(e) le 22 Janvier 2004 à Paris (France) (Cancer)
 
Issu d'une famille aisée (son père était chirurgien et sa mère libraire), Ticky Holgado abandonne relativement tôt les études, préférant se lancer dans une carrière plus séduisante de musicien et de chanteur. De galas en concerts, il sympathise avec quelques grandes vedettes de l'époque yé-yé, devenant même le secrétaire particulier de Claude François, puis de Johnny Hallyday à la fin des années 60.

Un pied dans le Show Bizness, il fait une première apparition au cinéma en 1980 dans
Les Surdoués de la première compagnie, une série Z signée Michel Gérard, puis dans Putain d'histoire d'amour de Gilles Béhat (1981). Après une multitude de petits rôles dans des films à l'humour plutôt potache, il interprète en 1987 un inspecteur dans Les Keufs de Josiane Balasko.

Acteur populaire et gouailleur, il joue en 1988 aux côtés de
Gérard Jugnot le chevalier Mignard de Parthode dans Sans peur et sans reproche, avant d'incarner un hôtelier déjanté offrant son gîte à Jacques Villeret dans Les Secrets professionnels du Dr Apfelglück (1991).

Son interprétation de 'Crayon', SDF bavard et maladroit, dans
Une époque formidable lui vaut en 1992 sa première nomination au César du meilleur second rôle. Bien que rarement en tête d'affiche, Ticky Holgado est très présent dans le paysage du cinéma français. On le retrouve ainsi dans Justinien Trouve ou le batard de Dieu (Christian Fechner, 1993), Gazon maudit (Josiane Balasko, 1995), Le Plus beau métier du monde (Gérard Lauzier, 1996), ou encore Le Schpountz (Gerard Oury, 1999). En 1999, il décroche enfin un premier rôle dans Le Sourire du clown, un polar signé Eric Besnard avec Bruno Putzulu.

Fidèle, il a collaboré au cours des années 90 à quatre reprises avec Gérard Jugnot, et trois fois avec
Jean-Pierre Jeunet (Delicatessen, La cité des enfants perdus, et Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain).

 

source allo ciné.


Olivier GUICHARD - 20.01.2004

Décès d'Olivier Guichard, ancien ministre du général De Gaulle

PARIS (AFP) - L'ancien ministre du général De Gaulle Olivier Guichard est décèdé mardi à son domicile parisien, à l'âge de 83 ans, a-t-on-appris auprès de sa famille.

Sept fois ministre, ancien député RPR de la Loire-Atlantique, ancien maire de la Baule, Olivier Guichard avait placé toute sa carrière politique sous le signe de la fidélité au gaullisme, dont il était l'un des derniers "barons".

Ancien président de la région Pays-de-la-Loire (1974-1998), il avait participé en 1979 à la création de "Carrefour du gaullisme", groupe d'études destiné à définir les futures orientations du mouvement.

En 1980, il avait publié "Mon Général", ouvrage dans lequel il retraçait la "traversée du désert" de de Gaulle, depuis l'échec du Rassemblement du peuple français (RPF) en 1946 jusqu'à son retour au pouvoir en 1958.

Né le 27 juillet 1920 à Néac (Gironde) dans une famille anoblie par Napoléon 1er, Olivier Guichard est licencié de lettres, de droit, et diplômé de l'Ecole libre de sciences politiques, lorqu'il adhère au RPF, dont il devient très vite "chargé des relations publiques".

En 1951, il succède à Georges Pompidou comme chef de cabinet du général de Gaulle, qu'il accompagne dans ses voyages jusqu'en 1955, année où il est nommé chef du service de presse au Commissariat à l'Energie atomique.

Après avoir participé activement au retour de de Gaulle au pouvoir, il est chargé en juin 1958 avec Pompidou, de la direction du cabinet du général, avant d'occuper de 1959 à 1960, la fonction de conseiller technique au secrétariat général de la présidence de la République.

Homme de sang-froid, à la haute silhouette massive, Olivier Guichard avait la réputation d'arrondir les angles, de faciliter les relations, notamment entre le général de Gaulle et Michel Debré.

Délégué général à l'Organisation commune des régions sahariennes (1960-62), il est ensuite chargé de mission au cabinet du Premier ministre Georges Pompidou (1962-67).

Il occupe ensuite de nombreux postes ministériels : Industrie (1967-68), Plan et Aménagement du Territoire (1968-69), Education nationale (1969-72), Equipement-Logement-Tourisme (1972-74).

Il sera ensuite deux fois ministre d'Etat, chargé de l'Aménagement du Territoire (mars-mai 1974), puis Garde des Sceaux (1976-77) sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing.

Maire de Néac, sa ville natale (1962-1971), puis de La Baule (1971-1995), M. Guichard sera député de Loire-Atlantique pendant trente ans (1967-1997).

Préfet hors cadre en 1958, conseiller d'Etat de 1978 à 1987, Olivier Guichard était grand officier de la Légion d'honneur et croix de guerre 39-45. Olivier Guichard était père de trois enfants, nés d'un premier mariage. Veuf en 1982, il s'était remarié en 1990 avec Mme Daisy de Galard, il est notamment l'auteur de "Mon Général", prix des Ambassadeurs 1980.

Frank TENOT - 08.01.2004

Mort du critique de jazz et homme de presse Frank Ténot

PARIS (AFP) - Le journaliste et critique de jazz Frank Ténot, homme de radio et de presse, directeur et fondateur de publications diverses spécialisées, de "Jazz magazine" et "Jazzman" à "Lui", est décédé à Paris jeudi à l'âge de 78 ans, a-t-on appris vendredi auprès de ces proches.

Mordu de musique depuis toujours, initié très tôt dans son Bordeaux familial à la musique de Coltrane, Count Basie et Miles Davis, il a été à la fois un passionné de radio, devenant même président d'Europe 1 et un homme de presse qui fonctionnait par coup de coeur et qui donnait son avis sans mâcher ses mots.

Secrétaire de rédaction de "Jazzhot" de 1946 à 1948, Frank Ténot, né le 31 octobre 1925, a fait très rapidement autorité dans le monde du jazz, tout en travaillant comme agent technique au Commissariat à l'énergie atomique. Le nom de ce "toqué" de jazz, ami de Boris Vian et Lucien Morisse, a cependant rapidement débordé le cercle fermé des initiés lors de son association avec Daniel Filipacchi auquel le liait une grande amitié.

Sur Europe 1 de 1955 à 1968, le tandem Frank Ténot-Daniel Filipacchi créa et anima une populaire émission "Pour ceux qui aiment le jazz". Elle laissa la place à "Salut les copains" (SLC) qui a rythmé la vie de tous les collégiens de cette époque. En 1962, SLC devint un hebdomadaire dont le dixième numéro frôlera le million.

Frank Ténot continua ensuite à être associé aux activités éditoriales de Daniel Filipacchi. Les deux copains-associés laissent de côté la radio et lancent dès 1964 "Lui", puis "Pariscope" et "Photo". En 1976, ils rachètent "Paris-Match" en déficit et s'associent avec Matra pour le contrôle du secteur presse du groupe Hachette, Frank Ténot assurant la gestion et Daniel Filipacchi la création.

Quant Hachette racheta Europe 1 en 1986, Jean-Luc Lagardère nomma Frank Ténot au poste de président d'Europe 1. En 1992, il était encore reconduit pour six ans, président délégué du groupe Europe 1 communication.

Franck Ténot a été également l'initiateur de la radio Jazz à Paris-Ile de France TSF 89.9 et il était PDG depuis 1997 de la société Nemm gestion et fondateur des éditions du Layeur.

Il avait publié en 1997 son autobiographie "Je voulais en savoir davantage" chez Albin Michel. Il y livrait une série de portraits de famille, de son oncle allemand qui, en 1940, était nazi, de son père et de sa mère enseignants, de ses amitiés et racontait sa découverte du jazz au Hot club de Bordeaux.


Ingrid THULIN - 07.01.2004

Ingrid Thulin

Actrice 

Né(e) le 27 Janvier 1929 à Sollefteaa (Suède)
Mort(e) le 07 Janvier 2004 à Stockholm (Suède)
 
Après avoir suivi des cours de danse et de théâtre à Stockholm, Ingrid Thulin fait de la figuration dans de nombreux longs métrages. En 1957, Ingmar Bergman la remarque sur scène et lui offre immédiatement l'un des rôles principaux des Fraises sauvages.

La jeune fille devient, à l'instar de
Liv Ullmann, l'une des égéries du cinéaste suédois qui la fait notamment jouer dans Au seuil de la vie (1958), pour lequel elle obtient un Prix d'interprétation à Cannes, Le Visage (1958), Les Communiants (1963), Le Silence (1963), Cris et chuchotements (1973) ou encore Apres la repetition (1983).

Installée en Italie depuis le milieu des années 60,
Ingrid Thulin s'affranchit parfois du cinéma suédois, collaborant pour des réalisateurs italiens (Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse de Vincente Minnelli ou Les Damnes de Luchino Visconti) ou français (La Guerre est finie d'Alain Resnais).

 

Src Allo ciné


PIERRE CHARLES - 06.01.2004

Décès du Premier ministre dominicain Pierre Charles

ROSEAU, République dominicaine (AP) - Le Premier ministre de la République dominicaine, Pierre Charles, est décédé mardi à l'âge de 49 ans, a annoncé son porte-parole Sean Douglas.

Pierre Charles avait récemment pris un congé maladie sur ordre de son cardiologue. La cause de son décès n'a pas été précisée mais il semble que le Premier ministre se soit effondré à la suite d'un malaise mardi soir, avant de s'éteindre à l'hôpital Princesse Margaret de cette île caribéenne de 71.000 habitants.

En février 2003, le Premier ministre dominicain avait subi une angioplastie après s'être plaint de douleurs à la poitrine lors d'un sommet des dirigeants des Caraïbes.

Pierre Charles avait été opéré de nouveau en août à Atlanta, aux Etats-Unis, car il avait besoin d'une dilatation de son artère coronarien, une opération nécessitant une technologie sophistiquée, selon les responsables dominicains.

Durant son congé maladie, Pierre Charles était remplacé par le ministre dominicain des Affaires étrangères et du commerce, Osborne Rivière.

Pierre Charles était né le 30 juin 1954 dans le village de Grand Bay dans le sud de la République dominicaine. Il était devenu chef du gouvernement en octobre 2000 à la mort du Premier ministre d'époque, Roosevelt Douglas. AP


Denise COLOMB - 01.01.2004

Mort de la photographe Denise Colomb à l'âge de 101 ans

PARIS (AFP) - La photographe et portraitiste Denise Colomb est décédée le 1er janvier à son domicile parisien à l'âge de 101 ans, ont annoncé vendredi ses proches.

Nombre des portraits qu'elle a réalisés sont devenus des icônes de la photographie, comme ceux d'Antonin Artaud, Picasso ou Nicolas de Staël.

Née Denise Loeb le 1er avril 1902 à Paris, elle avait appris le violoncelle au Conservatoire de Paris mais avait renoncé à passer le concours pour cause de trac.

Elle était venue à la photo en 1935 à l'occasion d'un voyage à Saïgon où elle accompagnait son mari qui était ingénieur du génie maritime. Il lui avait offert un petit appareil photo et elle a commencé à faire des portraits d'inconnus.

En 1947, elle entame avec Antonin Artaud une longue série de portraits d'artistes qu'elle rencontrait notamment par l'intermédiaire de son frère, le galeriste Pierre Loeb.

Outre ses célèbres portraits, elle a fait aussi des reportages pleins de sensibilité, notamment sur la population d'Haïti, les pécheurs de l'Ile de Sein ou encore les forts des Halles.

Selon son entourage, elle a eu jusqu'à la fin "plus très bon pied mais bon oeil". Pour elle, une "photo réussie", c'était "une photo bien cadrée, avec des noirs, des gris, des blancs bien répartis, mais avec une émotion à l'intérieur".

Denise Colomb, qui avait trois enfants, huit petits enfants et 18 arrières petits enfants, a fait don à l'Etat de l'ensemble de son oeuvre photographique.


Sophie DAUMIER- 31.12.2003

Décès de la comédienne Sophie Daumier

PARIS (AFP) - La comédienne française Sophie Daumier, partenaire sur scène de Guy Bedos dans les années 60, est décédée mercredi soir à l'âge de 67 ans à Paris, selon la chaîne de télévision France 2.

Sophie Daumier est décédée à son domicile parisien du XIe arrondissement des suites d'une longue maladie.

Atteinte depuis plusieurs années d'une maladie génétique rare - la maladie de Huntington - elle vivait retirée de la scène. En 1988, à l'occasion d'une soirée spéciale de la comédie musicale "Starmania", elle avait lancé un appel pour la création d'une structure d'accueil spécialisée en France.

Née le 24 novembre 1936 à Boulogne-sur-mer (Pas-de-Calais), Elisabeth Hugon qui deviendra Sophie Daumier, apprend la danse classique au Châtelet à Paris, tout en suivant des cours de dessin. A 16 ans, elle part en tournée à l'étranger avec une troupe de ballet de French Cancan.

A son retour, elle est engagée en 1955 à la Nouvelle Eve comme chanteuse fantaisiste, joue de petits rôles au cinéma, étudie la comédie avec Pierre Dux et se produit au théâtre.

La comédienne est révélée avec le rôle de la jeune fille dans "Patate" de Marcel Achard, pièce qu'elle a jouée durant six ans. C'est à cette époque qu'elle adopte définitivement le pseudonyme Sophie Daumier.

Elle joue ensuite dans des comédies musicales et au cinéma dans "Carambolages" de Jean-Claude Brialy, et "Amélie ou le temps d'aimer" de Michel Drach.

En 1963, Sophie Daumier rencontre Guy Bedos. Les deux acteurs deviennent inséparables sur scène avec les fameux sketches à deux comme "Tête-bêche" et tournent souvent dans les mêmes films, notamment "Dragées au poivre", "Cent briques et des tuiles".

Marié en 1965, le couple divorcera en 1977. Deux ans plus tard, Sophie Daumier publiera des souvenirs teintés d'amertume: "Parle à mon coeur, ma tête est malade".

Sophie Daumier avait eu un fils, Philippe, d'une union précédente.


Charles BERLITZ - 30.12.2003

Décès de l'écrivain-linguiste Charles Berlitz

TAMARAC, Floride (AP) - Le célèbre linguiste et écrivain Charles Berlitz, dont le grand-père avait crée les écoles de langue qui portent le nom de sa famille, est décédé le 18 décembre, selon le "Miami Herald", qui cite ses proches. Il avait 90 ans.

Il parlait plusieurs langues et était chef des publications chez Berlitz&Co, à New York, où il écrivait des manuels de langues pour les écoles du monde entier. Son grand-père Maximilian avait fondé l'école Berlitz en 1878 en France.

Charles Berlitz était connu du monde entier pour son best-seller "Le Triangle des Bermudes", et d'autres ouvrages sur des phénomènes paranormaux tels que "L'Incident de Roswell".

Il était né à New York en 1913. Il avait travaillé trois décennies chez Berlitz&Co, en tant qu'écrivain, lecteur et expert en voyages. Il avait mis au point des méthodes d'apprentissage de langues enregistrées et avait travaillé à la simplification des méthodes de son grand-père.

Il avait également servi dans les services de renseignements de l'armée américaine pendant 26 ans. AP


Anita MUI - 30.12.2003

Décès de l'actrice et diva pop hongkongaise Anita Mui

HONG KONG (AP) - L'actrice et diva pop honkongaise Anita Mui, dont la voix mélancolique faisait fondre les Chinois du monde entier, a succombé tôt mardi à un cancer du col de l'utérus. Elle avait 40 ans.

Celle que Jackie Chan appelait affectueusement "soeur Mui" est morte à l'hôpital-sanatorium de Hong Kong à 2h50 du matin, des suites de complications pulmonaires liées à son cancer, a-t-on appris dans son entourage.

"Elle n'appartenait pas à l'industrie du divertissement. Elle appartenait à tous les gens de Hong Kong", a déclaré Jackie Chan dans un hommage diffusé sur la chaîne Cable TV. La défunte avait joué plusieurs fois avec la star du kung-fu, notamment dans le récent "Jackie Chan dans le Bronx."

Impressionnante sur scène, Anita Mui l'était aussi à l'écran, ce qui lui avait valu en 1987 le Golden Horse de la meilleure actrice, équivalent taïwanais de l'Oscar hollywoodien, pour son rôle de fantôme tourmenté dans le film "Rouge".

La presse hongkongaise a rendu mardi un hommage unanime à la reine du "canto-pop", chansons populaires en cantonais. Le quotidien "Apple Daily" a ainsi publié de nombreuses photos de stars locales se rendant au chevet d'Anita Mui. On reconnaît parmi elles les chanteurs Andy Lau, Eason Chan, Nicholas Tse, Sammi Cheng et l'ex-Bond Girl Michelle Yeoh.

Son décès intervient huit mois après le suicide d'une autre star de Hong Kong, l'acteur Leslie Cheung, qui s'était rendu célèbre avec Anita Mui dans les années 80. AP


Ying RUOCHENG - 28.12.2003

Décès de l'acteur chinois Ying Ruocheng- 28.12.2003 

PEKIN (AP) - L'acteur chinois Ying Ruocheng, qui avait notamment joué dans "Le Dernier empereur" de Bernardo Bertolucci en 1987, est décédé d'une maladie du foie à l'âge de 74 ans, ont rapporté dimanche les médias chinois.

Il est décédé samedi dans un hôpital de Pékin.

Ying Ruocheng avait également joué dans un autre film de Bertolucci, "Little Bouddha" (1993), avec l'acteur américain Keanu Reeves.

L'acteur avait été emprisonné pendant trois ans durant la Révolution culturelle en Chine entre 1966 et 1976, ce qui ne l'avait pas empêché d'être plus tard nommé vice-ministre de la Culture, dans les années 1980. AP


Alan BATES- 27.12.2003

Alan Bates
Acteur britannique

Né(e) le 17 Février 1934 à Allestree, Derbyshire (Angleterre)
 
Issu d'une famille de musiciens, Alan Bates suit très tôt les cours de l'académie Royale d'Art dramatique de Londres, avant de débuter au théâtre à 21 ans au sein de la troupe du Midland Theatre. Un an plus tard, il apparaît pour la première fois au cinéma en jouant le Roi Lear dans la comédie de Michael McCarthy: It's never too late. En 1960, il partage la vedette avec Sir Laurence Olivier dans Le Cabotin (The Entertainer) de Tony Richardson, un drame sur les coulisses du music-hall. Tout en poursuivant sa carrière théâtrale, Alan Bates tourne Zorba le Grec (Alexis Zorbas) (1964) sous la direction de Michael Cacoyannis, et surtout L' Homme de Kiev (The Fixer) de John Frankenheimer, l'histoire d'un juif injustement accusé d'un viol durant la révolution d'Octobre. Ce film lui vaut d'ailleurs en 1969 une nomination au Oscar.

L'année suivante il est à nouveau nommé comme meilleur acteur, mais cette fois au British Award Academy pour son rôle d'inspecteur d'école dans la romance de Ken Russell : Love (Women in love) (1969). Acteur plutôt solennel et habitué des mélodrames historiques, il vit un amour interdit avec Julie Christie dans le film de Joseph Losey : Le Messager (The Go-Between) (1970). Il surprend quelque peu le public en jouant par la suite dans deux comédies dont une signée Richard Lester intitulée Royal Flash (1975). Internationalement reconnu, il donne la réplique à Bette Midler dans The Rose (1979), puis à Isabelle Adjani dans Quartet (1981), un drame dans le Paris des années folles.

Après avoir tourné dans de nombreuses fictions pour la télévision anglaise au cours des années 80, il fait un retour remarqué au cinéma dans Hamlet (Franco Zeffirelli - 1990) dans le rôle de Claudius au côté de Mel Gibson, puis en interprétant le terrifiant Dr M. dans le film éponyme de Claude Chabrol. En 2002 et à 68 ans, il tient un second rôle dans Gosford Park, une comédie de moeurs dans l'Angleterre du début du siècle de Robert Altman.

 
src: allo ciné.

Heydar ALIEV - 12.12.2003

Décès de l'ancien président azerbaïdjanais Heydar Aliev

Cliquez sur l'image pour l'agrandirCLEVELAND (AFP) - L'ancien président azerbaïdjanais Heydar Aliev, 80 ans, est mort vendredi matin dans une clinique américaine de Cleveland (Ohio, nord) des suites de complications cardiaques et rénales, ont annoncé des responsables hospitaliers.

"Il est mort ce matin, nous devons attendre des éléments précisant les circonstances de sa mort", a de son côté déclaré Tahir Taghi-Zadeh, consul à l'ambassade azerbaïdjanaise à Washington.

Heydar Aliev avait été pris d'un malaise en direct à la télévision début 2003, avant d'être hospitalisé en Turquie, puis en août dans la clinique de Cleveland spécialisée dans la chirurgie cardiaque. Il n'a plus fait d'apparition publique depuis deux mois.

Ancien général du KGB à l'époque soviétique, il était arrivé à la tête de la République comme Premier secrétaire du parti pour l'Azerbaïdjan, avant d'entrer au bureau politique du PC de l'URSS, siège ultime du pouvoir soviétique.

Mis à l'écart sous Mikhaïl Gorbatchev à la fin des années 80, il avait été élu président de l'Azerbaïdjan indépendant en 1993 après un coup militaire.

Il a été critiqué par certains pour la corruption florissante sous son régime et ses manières autoritaires, mais de nombreux Azerbaïdjanais l'admiraient et l'avaient surnommé affectueusement "Baba" ou grand-père.

Le corps de l'ancien président devrait être rapatrié dans son pays dans les tout prochains jours, a ajouté le consul de l'ambassade d'Azerbaïdjan.

Après un scrutin présidentiel organisé le 15 octobre dernier, le fils d'Heydar Aliev, Ilham Aliev, 41 ans, a succédé officiellement à son père le 31 octobre à la tête de l'Azerbaïdjan, petit Etat caucasien riche en pétrole, instituant ainsi la première dynastie politique dans une ancienne république soviétique.

L'opposition et les observateurs internationaux avaient dénoncé des cas de fraudes et de pressions sur les électeurs lors du scrutin présidentiel. Les autorités avaient rejeté ces accusations.

Au lendemain du vote, des heurts violents avaient opposé des militants de l'opposition aux forces de l'ordre dans les rues de Bakou, des affrontements qui avaient fait un mort et des dizaines de blessés.


David HEMMINGS - 03.12.2003

David Hemmings- 03.12.2003
Réalisateur, Acteur, Producteur 

Né(e) le 18 Novembre 1941 à Guildford, Angleterre, Grande-Bretagne
 
Acteur dès son plus jeune âge, David Hemmings débute sa carrière cinématographique à l'âge de 13 ans dans le drame The Rainbow jacket. Une dizaine de films plus tard, l'acteur explose dans Blow-up de Michelangelo Antonioni (1966), dans lequel il incarne un photographe de mode témoin involontaire d'un crime. Un rôle qui l'impose immédiatement en figure de proue de la pop-culture alors en plein développement.

Désormais comédien de premier plan, David Hemmings apparaît dans le drame de guerre La Charge de la brigade legere (The Charge of the Light Brigade) puis passe à un registre plus léger avec Barbarella (The Barbarians) de Roger Vadim, tous deux tournés en 1968.

En 1972, David Hemmings passe à la réalisation avec le drame Running scared, qui ne remporte pas le succès escompté. Acteur, David Hemmings continue de collaborer avec les plus grands : Richard Lester en 1974 pour Terreur sur le britannic (Juggernaut) ou Dario Argento en 1975 pour Les Frissons de l'angoisse (Profondo Rosso).

En 1981, l'acteur repasse derrière la caméra avec le drame paranormal Le Survivant d'un monde parallele (The Survivor), un nouvel échec. Durant la décennie suivante, David Hemmings alterne les apparitions sur grand écran et la réalisation, dans le monde de la télévision notamment avec la mise en scène d'épisodes de Magnum, L'Agence tous risques, ou encore Code Quantum.

Dans les années 2000, David Hemmings revient sur le devant de la scène en apparaissant presque coups sur coups dans Gladiator de Ridley Scott et Spy game, jeu d'espions (Spy game) de Tony Scott.



Extrait de la filmographie

 The Night we called it a day (2003) de Paul Goldman avec Dennis Hopper, Melanie Griffith
 Carton rouge - Mean Machine (Mean Machine) (2001) de Barry Skolnick avec Vinnie Jones, David Hemmings 
 Spy game, jeu d'espions (Spy Game) (2001) de Tony Scott avec Robert Redford, Brad Pitt 
 Gladiator (1999) de Ridley Scott avec Russell Crowe, Joaquin Phoenix 
 Un homme, une femme et un enfant (Man, Woman and Child) (1983) de Dick Richards avec Martin Sheen, Blythe Danner
 Les Bourlingueurs (Race for the Yankee Zephyr) (1981) de David Hemmings avec Ken Wahl, Lesley Ann Warren
 Le Survivant d'un monde parallele (The Survivor) (1980) de David Hemmings avec Robert Powell, Joseph Cotten
 Just a gigolo (Schöner gigolo, armer gigolo) (1979) de David Hemmings avec David Bowie, Sydne Rome
 Meurtre par décret (Murder by decree) (1978) de Bob Clark avec Christopher Plummer, James Mason
 Le Prince et le pauvre (Crossed swords) (1978) de Richard Fleischer avec Oliver Reed, Raquel Welch
 Le Jeu de la Puissance (Power Play) (1978) de Martyn Burke avec Harvey Atkin, Dick Cavett

Jacques FRANCOIS - 25.11.2003

Jacques François
Acteur français

Né(e) le 16 Mai 1920
Mort(e) le 25 Novembre 2003
 
Fils d'un avocat français et d'une Américaine, Jacques François reçoit une éducation bourgeoise, dont il gardera toute sa vie durant rigidité et retenue. En 1939, il s'engage dans la Marine française. Démobilisé, il reprend ses études mais les délaisse rapidement pour se consacrer au théâtre. Elève de Charles Dullin, René Simon, Marcel Herrand et Raymond Rouleau, il débute sur les planches aux côtés d'Elvire Popesco en 1941 dans La Ligne d'horizon de Serge Roux.

En 1942, Jacques François fait ses premiers pas au cinéma sous la direction de
Jean Dréville dans Les Affaires sont les affaires. Remarqué par les producteurs de la Metro Goldwyn Mayer, le comédien, parfaitement bilingue, s'envole pour Hollywood. Dès son premier film américain, il figure au générique d'Entrons dans la danse, une comédie musicale de Charles Walters avec Fred Astaire et Ginger Rogers. L'expérience américaine se révèle rapidement une parenthèse. Déçu, Jacques François rentre en France. Il se produit dans des films de Jacques Becker (Edouard et Caroline), René Clair (Les Grandes Manoeuvres) ou Sacha Guitry (Si Versailles m'etait conté...). Sa distinction et son maintien le prédestinent aux rôles d'aristocrates, d'officiers ou de grands bourgeois.

A la fin des années cinquante, les jeunes réalisateurs de la Nouvelle Vague délaissent l'acteur. S'ensuit une éclipse d'une quinzaine d'années des plateaux de cinéma, une période qu'il met à profit pour revenir au théâtre, se produisant notamment dans des pièces de
Graham Greene, Félicien Marceau, Jean Anouilh ou Francoise Sagan. Il mène également une brillante carrière à la télévision.

En 1970, il revient au premier plan dans Clair de Terre, enchaîne sur L'Attentat, le film choc d'
Yves Boisset sur l'enlèvement de Ben Barka, et apparaît en 1973 dans Chacal de Fred Zinnemann. Cette même année 73, il participe à l'acide Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil de Jean Yanne, où sa composition de PDG laisse entrevoir ses talents dans le registre comique. Le réalisateur-comédien fait à nouveau appel à lui pour Les Chinois à Paris ou encore Je te tiens, tu me tiens par la barbichette. Dès lors, Jacques François trouve son emploi, celui du notable, froid et distant, capable de garder son sérieux dans les situations les plus loufoques. Le comédien prête ainsi sa stature distinguée et sa calvitie aristocratique à des rôles d'hommes de pouvoir. Il est tour à tour rédacteur en chef despotique dans Le Jouet, préfet dans La Zizanie, général dans Les Aventures de Rabbi Jacob ou encore colonel dans Le Gendarme et les extraterrestres.

Second rôle réclamé dans les comédies les plus populaires,
Jacques François voit sa popularité décupler au début des années 1980 au contact d'une nouvelle vague comique française. La troupe du Splendid lui confie le rôle du pharmacien dans Le Père Noël est une ordure de Jean-Marie Poiré, qu'il retrouve successivement pour Papy fait de la résistance (1983), Twist again à Moscou (1986), Mes meilleurs copains (1989), Operation Corned-beef (1991), et Les Couloirs du temps, les visiteurs 2. La décennie 1980 marque également ses retrouvailles avec Jean Yanne (Liberté, égalité, choucroute ) et ses collaborations avec Georges Lautner (La Vie dissolue de Gérard Floque, Triplex).

Plus discret dans les années 1990, il apparaît encore dans Mon homme et Les Acteurs de
Bertrand Blier, Le Roi danse de Gérard Corbiau et Fifi Martingale, son dernier rôle.

 
source www.allocine.fr

Michael KAMEN - 18.11.2003

Décès du compositeur Michael Kamen

Par Marc Gadoury

Le compositeur Michael Kamen est décédé hier matin, à l'âge de 55 ans, des suites d'une attaque cardiaque. Il souffrait également de la sclérose en plaques depuis plusieurs années.

Kamen était un des compositeurs les plus prolifiques et les plus connus à Hollywood. Il a composé la musique des franchises LETHAL WEAPON et DIE HARD; il a été mise en nomination deux fois aux Oscars pour les chansons "Have You Ever Really Loved a Woman" (DON JUAN DEMARCO) et "(Everything I Do) I Do It For You" (ROBIN HOOD : PRINCE OF THIEVES) et il a remporté un Grammy pour la chanson "(Everything I Do) I Do It For You", prix qu'il a partagé avec Bryan Adams et Robert John Lange.

Kamen avait été diagnostiqué avec la sclérose en plaques en 1996 mais il n'a révélé son état qu'en septembre dernier.

Outre son travail dans le cinéma, il a été également directeur musical de la tournée DIAMOND DOGS de David Bowie. Il a également enregistré avec la formation METALLICA, le projet S&M Live en collaboration avec l'Orchestre symphonique de San Francisco. Il a aussi travaillé sur les arrangements orchestraux des albums "The Wall", "The Final Cut" et "The Division Bell" de la formation PINK FLOYD.

Voici un aperçu du travail de Michael Kamen comme compositeur :

First Daughter (2004) (post-production)
Against the Ropes (2004)
Open Range (2003)
Mr. Dreyfuss Goes to Washington (2001) (TV)
"Band of Brothers" (2001) (mini-série)
X-Men (2000)
Frequency (2000)
S & M: Metallica with Michael Kamen Conducting the San Francisco Symphony Orchestra (1999) (TV)
Iron Giant, The (1999)
What Dreams May Come (1998)
Lethal Weapon 4 (1998)
Fear and Loathing in Las Vegas (1998)
"From the Earth to the Moon" (1998) (mini-série)
Winter Guest, The (1997)
Event Horizon (1997)
Remember Me? (1997)
Heart Surgeon, The (1997) (TV)
Inventing the Abbotts (1997)
101 Dalmatians (1996)
Jack (1996)
Mr. Holland's Opus (1995)
Stonewall (1995)
First 100 Years: A Celebration of American Movies, The (1995) (TV)
Die Hard: With a Vengeance (1995)
Don Juan DeMarco (1995)
Circle of Friends (1995)
"Celeste siempre Celeste" (1994) Série télé
Three Musketeers, The (1993)
Wilder Napalm (1993)
Last Action Hero (1993)
Splitting Heirs (1993)
Amazing Stories: Book Four (1992) (V) (segment "Mirror, Mirror")
Blue Ice (1992)
Lethal Weapon 3 (1992)
Shining Through (1992)
Michael Kamen: Concert for Saxophone (1991) (V)
Two-Fisted Tales (1991) (TV) (segment "Showdown")
Last Boy Scout, The (1991)
Let Him Have It (1991)
Company Business (1991)
Robin Hood: Prince of Thieves (1991)
Hudson Hawk (1991)
Nothing But Trouble (1991)
Cold Dog Soup (1990)
Krays, The (1990)
Die Hard 2 (1990)
Lethal Weapon 2 (1989)
Licence to Kill (1989)
"Tales from the Crypt" (1989) TV Series (episodes "The New Arrival", "Showdown", "Death of Some Salesmen", )
Renegades (1989)
Road House (1989)
Crusoe (1989)
Dead Bang (1989)
Rooftops (1989)
Adventures of Baron Munchausen, The (1988) (also song)
Raggedy Rawney, The (1988)
Homeboy (1988)
Die Hard (1988)
For Queen and Country (1988)
Action Jackson (1988)
Suspect (1987)
Someone to Watch Over Me (1987)
Adventures in Babysitting (1987)
Lethal Weapon (1987)
Rita, Sue and Bob Too (1986)
Shoot for the Sun (1986) (TV)
Shanghai Surprise (1986)
"Edge of Darkness" (1986) (mini-série)
Mona Lisa (1986)
Highlander (1986)
"Amazing Stories" (1985) TV Series (episode "Mirror, Mirror")
Lifeforce (1985)
Brazil (1985)
Dead Zone, The (1983)
Angelo My Love (1983)
Venom (1982)
Polyester (1981)
S*H*E (1980) (TV)
Boardwalk (1979)
Between the Lines (1977)
Stunts (1977)
Liza's Pioneer Diary (1976) (TV)
Next Man, The (1976)
Rodin mis en vie (1976)
Zachariah (1971)


Peter LINDROOS - 20.11.2003

Décès du ténor finlandais Peter Lindroos dans un accident de voiture - 20.11.2003 

HELSINKI (AFP) - Le célèbre ténor finlandais Peter Lindroos a trouvé la mort à l'âge de 59 ans dans un accident de voiture en Suède.

Le fils de Lindroos, âgé de 18 mois, est mort des suites de cet accident, tandis que son épouse d'origine suédoise est plongée dans le coma. Sa fille de quatre ans est dans un état critique dans un hôpital suédois.

La voiture de Peter Lindroos a violemment percuté un poids-lourd lundi dans les environs de Goeteborg, dans le sud-ouest de la Suède.

Outi Kaehkoenen, qui dirige le département lyrique de l'Académie Sibelius où enseignait Lindroos, a déploré "la grande perte" provoquée par la mort du ténor.

Organiste, puis chanteur à l'Académie Sibelius, Peter Lindroos avait débuté sa carrière de ténor à l'Opéra national de Finlande en 1967. Il l'a poursuivie à Goeteborg, puis au Théâtre Royal de Copenhague de 1971 à 1985.

Dans les années 1970 et 1980, Peter Lindroos avait conquis le public, notamment à Vienne, Munich et Hambourg dans les rôles de Rodolfo dans La Bohême, Cavaradossi dans La Tosca, ou Don Jose dans Carmen.

Avec une trentaine de grands rôles à son répertoire, il a aussi été acclamé à La Scala de Milan et à Covent Garden à Londres.

Selon Mme Kaehkoenen, une grande chanteuse lyrique finlandaise, Peter Lindroos avait le timbre d'un "ténor italien typique". Il a réalisé "une grande carrière internationale, se produisant sur les plus grandes scènes d'opéra du monde", a estimé cette ancienne partenaire de Lindroos, qui fut Gilda dans Rigoletto aux côtés du ténor dans le rôle du Duc.

Après s'être retiré de la scène, Peter Lindroos enseignait à l'Académie Sibelius depuis 1995. Outi Kaehkoenen a rendu hommage a un "homme très chaleureux, attentif à ses étudiants, très aimé de ses collègues".


Loris AZZARO - 20.11.2003

Décès du couturier Loris Azzaro - 20.11.2003 

PARIS (AP) - Le couturier Loris Azzaro est décédé des suites d'un cancer jeudi à Paris à l'âge de 70 ans, a-t-on appris auprès de la société Azzaro.

Il était devenu célèbre en 1968 lorsque Marisa Berenson avait porté sa robe aux trois anneaux de strass, dont l'un partait du cou. Il avait aussi habillé Raquel Welch, Claudia Cardinale, Sophia Loren et Isabelle Adjani. Liz Hurley et Nicole Kidman apprécient ses robes vintage.

Le styliste, qui ne dessinait que des collections féminines, était connu pour ses créations glamour qui subliment le corps de la femme.

La collection printemps-été 2004, récemment présentée à la presse, avait été entièrement imaginée par lui autour du thème "Loris Azzaro s'inspire de Loris Azzaro". Il avait réactualisé ses robes des années 1970.

Né de parents italiens le 9 février 1933 à Tunis (Tunisie), il avait fait l'Institut d'études politiques de Toulouse avant de devenir professeur d'italien.

Il s'était installé en 1962 à Paris et avait monté trois ans plus tard une entreprise d'accessoires de mode devenue la maison de couture Loris Azzaro. Cette maison avait été rachetée en 2002 par une holding présidée par Antoine Frey.

Loris Azzaro était marié -sa femme a toujours travaillé avec lui-, père de deux filles et trois fois grand-père.

Dans un communiqué, la société Azzaro rend hommage à "un homme passionné par toutes les expressions de la beauté et particulièrement celle des femmes". Elle annonce que l'une des filles du styliste, qui a notamment collaboré à la dernière collection, va reprendre le flambeau: "La Maison n'est pas orpheline puisque Béatrice Azzaro prolongera le nom du créateur". AP